Creusot-infos.com > SAONE ET LOIRE > Saône-et-Loire

C’en est fini du radar de Marmagne, mais il devrait être rapidement remplacé par le fameux «Mesta fusion»

15/04/2019 12:30Lu 10867 fois
C’est ce lundi matin que le radar historique a été enlevé et son socle détruit. Les grandes manœuvres sont engagées. Rapidement le nouveau radar «double sens» devrait arriver.
Le 3 avril dernier, creusot-infos donnait la liste des «10 sites» en Saône-et-Loire où le nouveau radar, le «Mesta Fusion» pourrait être implanté, prioritairement dans le cadre de la première vague de 400 implantations en France (lire notre précédent article).
Nous avions alors indiqué que Marmagne figurait dans la liste du Top 10 des sites privilégiés. Nos informations semblent confirmées.
En effet, ce lundi matin 15 avril, une entreprise est intervenue pour non seulement enlever le radar qui a été dégradé, incendié, repeint, vandalisé à de multiples reprises. Mais aussi l’entreprise mandatée a procédé à la démolition du socle du radar, qui avait été débâché après avoir été dégradé au mois de novembre…
Selon nos informations, le site de Marmagne, ou son environnement proche, serait bien privilégié pour implanter le nouveau radar «Mesta Fusion». Ce bijou de technologie peut scanner jusqu’à 8 voies de circulation, dans les deux sens. Il est aussi annoncé comme pouvant voir si le port de la ceinture de sécurité est respecté, si l’on téléphone au volant, si l’on respecte des distances de sécurité, si l’on double par la droite…
Si Marmagne semble concerné par la nouvelle implantation, selon nos informations, le radar de Chalon sur Saône, celui de Lacrost, entre Tournus et Louhans, celui de Saint-Martin Belle Roche sur l’ex RN6 au Nord de Mâcon, mais aussi sans doute celui de Blanzy juste avant la Fiole quand on arrive de Montchanin et celui de Palinges sur la RCEA, devraient aussi être enlevés. Le Mestra Fusion pourrait aussi être implanté côté Chalon sur la RN80, dans le secteur du Bois de Givry.
Pour ce qui concerne les nouvelles implantations, il y a fort à parier qu’elles ne devraient pas attendre très longtemps. A suivre…
Alain BOLLERY
(Photos Alain BOLLERY et DR)