Creusot-infos.com > Opinion > De droite

OPINION : Charles Landre réagit aux feux de voitures de la rue Marcel Sembat

29/11/2018 00:05Lu 2842 fois
Communiqué :
Sécurité : sortons de la démagogie
Ce mercredi matin, deux véhicules ont brûlé rue Marcel Sembat. Il s’agit au moins du 5ème incendie touchant des voitures et des immeubles dans cette rue en 2 ans. C’est évidemment 5 de trop.    
Au Creusot les incendies de voiture se succèdent à une fréquence tristement banale dans l’indifférence de la municipalité qui ne fait pas évoluer les politiques de tranquillité publique et de lutte contre la délinquance.
A l’échelle de notre agglomération nous aurions pourtant les moyens, au quotidien, de traiter ces problèmes. C’est une question de volonté.
Or, le maire du Creusot, sur ces questions là, dans la droite ligne de ces prédécesseurs, est un bloc de démagogie. A ce niveau le refus de donner par exemple à sa police municipale les moyens de travailler tend à l’aveuglement. Nous avons pourtant besoin de ces agents de proximité pour identifier les problèmes et travailler en collaboration efficace avec la police nationale. Les quelques agents de la police municipale du Creusot ont ils des prérogatives et des moyens suffisants ? Assurément non.
Nous savons aussi parfaitement que la petite délinquance, les incivilités et les dégradations répétées qui dégradent la vie des habitants se nourrissent principalement des drogues et de leur trafic. Des immeubles, des rues, des quartiers le vivent au quotidien.  Nous devons mener une guerre sans merci contre ces trafics qui gangrènent nos villes, créent de la misère et du désespoir et affranchissent ceux qui s’y adonnent des règles de vie collective. Les mots ou les discours ne suffisent pas, il faut en faire une priorité.
De là même façon, je l'ai dit à l'occasion du nouveau "contrat de ville", la majorité municipale choisit de traiter les difficultés sociales avec les mêmes recettes qu'il y a 20 ans. Aucune remise en cause face aux situations d’échecs mais un saupoudrage de subventions, sans réflexion globale, alors que nous avons besoin d'une politique sociale de proximité innovante pour aider ceux qui en ont besoin.
Il est insupportable de voir les biens de particuliers, souvent fragiles, brûler dans l’indifférence et le silence.
Mais il est encore plus accablant de savoir des professeurs agressés au lycée, l’irrespect pour ce lieu de vie et d’éducation, la description qui est faite de l’incivilité auxquels certains s’adonnent à ces abords, et de voir les élèves qui suivent les règles pénalisés. Je leur exprime à tous, professeurs, élèves et famille, ma plus grande solidarité.
Je souhaite traduire là le sentiment de nombreux Creusotins. Depuis le début du mandat il m'interpellent pour me dire, ici dans une cage d’escalier de la Charmille, là à la Molette, là encore dans une tour au Tennis, ou encore rue Foch, ou dans le parc de la Verrerie, les incivilités qu'ils vivent au quotidien. Il disent aussi l’indifférence qu’ils ressentent et le silence de la mairie.
Il est temps d'agir. Et pas uniquement en réaction à des événements malheureux. Mais en concevant une vraie politique de sécurité publique, en transformant les méthodes de l’action sociale, en menant une politique culturelle qui rassemble vraiment et fait confiance à la jeunesse, en soutenant tous ceux qui font vivre la ville, en rappelant les règles de vie collective et en les faisant respecter.
Il faut commencer par le dire. C’est le rôle de la mairie de le mettre en œuvre.
Charles Landre
Leader de l'opposition au Creusot