dimanche 17 novembre 2019

Dernière ligne droite : Tout doit disparaître !*

Sans oublier les Cuisines Mobalpa

Jusqu’à -70%

Ouverture exceptionnelle Dimanche 17 Novembre après-midi

Édito
Les cheminots qui, vendredi, ont décidé de ne pas travailler ont délibérément pris en otage les usagers. Les conséquences de ce mouvement n’étaient pas acceptables.
Questions à...
«La Bourgogne est reconnue mondialement...» déclare le Président de Paris 2024 dans une interview à creusot-infos.
Le leader de l’opposition, qui avait échoué de peu en 2014, sera bien à nouveau candidat. Sa liste et son projet seront dévoilés en janvier. Mais Charles Landre a déjà donné quelques pistes dans une interview à creusot-infos.
«Un projet neuf et des pratiques nouvelles»
«L’élection sera le statuquo ou innover»
«Il faut rendre la ville attractive»
«Les quartiers ont besoin d’une action humaine»
1er vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des transports, Michel Neugnot réagit au mouvement à la SNCF, revendiqué «droit de retrait» qui a privé de trains TER des milliers de voyageurs vendredi et qui s’est poursuivi…
«Tout est fait pour que la sécurité soit assurée»
«Sur un Dijon – Nevers pas question de supprimer les contrôleurs»
«Dans les Ardennes c’était un accident de la route»
«C’est un mauvais procès de dire qu’il y avait une situation d’insécurité faute de contrôleurs»
Écouter, lire, voir
> Vie locale > St-Sernin du Bois

LES FORGES DE MESVRIN ET DE BOUVIER : Une centaine de personnes pour la conférence d'Alain Dessertenne et Michel Prêtet

23/10/2019 10:34Lu 2855 foisImprimer l’article
La salle de la mairie de Saint-Sernin était particulièrement bien remplie à l'occasion de cette conférence.
En 2001, Robert Boulisset a réalisé un ouvrage sur les forges de Mesvrin, avec la participation de Georges Bondoux. Cet ouvrage est épuisé. Depuis ces 18 années, de nouveaux documents d'archives sont devenus disponibles.
Ils concernent Saint-Sernin du bois et la forge de Mesvrin, Saint-Firmin avec le fourneau et la forge de Bouvier. Ils concernent également la généalogie, permettant de mieux connaître les personnes qui ont participé à cette époque industrielle. C'est pour cette raison qu'en 2019, Alain Dessertenne, avec le concours de Michel Prêtet, a relevé le défi de rédiger une nouvelle édition de cet ouvrage en complétant celle de ses prédécesseurs, notamment sur le site de Bouvier, son haut fourneau et sa forge construits par l'abbé de Salignac-Fénelon, figure historique de Saint-Sernin.


Le nouvel ouvrage a été présenté au pavillon de l'Industrie le 20 septembre dernier et ce lundi soir salle de la mairie de Saint-Sernin où plus d'une centaine de personnes s'est déplacée, témoignant ainsi de l'intérêt porté au patrimoine et à l'histoire locale.
Après l'introduction de Michel Prêtet et un petit rappel des faits, Alain Dessertenne a entamé la soirée par une question : « Le Creusot serait-il le grand centre industriel que nous connaissons si les forges de Bouvier et Mesvrin n'avaient pas existé?». Pour le conférencier, il est quasiment certain qu'on a produit de la fonte à Bouvier et qu'on a affiné du fer à Mesvrin, en utilisant de la houille comme combustible à la place du charbon de bois traditionnellement utilisé à cette époque. « Cela 5 à 6 ans avant la première mise à feu du haut-fourneau de la fonderie royale du Creusot...». Alain Dessertenne rappela ensuite la première tentative réussie de fonte au charbon chez Wendel en présence de l'ingénieur Gabriel Jars. Personnage qui était venu au Creusot en 1768 où il avait rencontré Delachaise. «Jars a dit à Delachaise : construisez des routes, établissez une usine métallurgique sur place, mais c'est à Bouvier et Mesvrin que les choses ont eu lieu et que ce secteur est devenu en fait le laboratoire industriel de la fonderie royale du Creusot...» a rappelé le conférencier, avant d'expliquer qu'en 1781, la décision fut prise au plus haut sommet de l'état, d'établir la fonderie royale au Creusot. « C'est bien parce qu'il y avait un savoir-faire à Mesvrin et Bouvier que le choix s'est porté sur Le Creusot...» a tenu à préciser Alain Dessertenne. Cette conférence (90 minutes) très bien suivie et riche en détails s'est terminée vers 19h30 lundi soir. L'occasion pour Michel Prêtet dans sa conclusion, de rappeler que l'ouvrage illustré par un tableau de Raymond Rochette (Le déversoir de l'étang de Mesvrin-1947) est en vente à l'épicerie, au bourg de Saint-Sernin, au tarif de 13 euros.