jeudi 19 septembre 2019

Offre «Foire»

-15% sur les portails et leur motorisation*

-5% sur les portes de garage**

Hall 3 – Stands 85/87/89

Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Le lundi 9 septembre 2019 restera dans l’histoire pour l’Hôtel-Dieu du Creusot, avec la première intervention chirurgicale réalisée avec le robot chirurgical, le 1er de Saône-et-Loire.
Le Docteur Jean-Philibert Combier a réagi dans une interview exclusive à creusot-infos.
«Le robot ne remplace pas le chirurgien. Il exécute ses gestes. C’est un progrès considérable»
«C’est capital pour recruter de jeunes médecins»
«Le Maire du Creusot a eu une vision d’avenir et de progrès sur ce dossier stratégique»
Vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées et de l’apprentissage, Stéphane Guiguet détaille l’implication de la Région en matière d’investissements, mais aussi pour «le pouvoir d’achat des lycéens et de leurs familles».
Le conseil départemental est mobilisé pour les Collèges. C’est que ce le Président André Accary a annoncé, ce jeudi matin, à Montchanin, où il a fait sa rentrée des classes.
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Montcenis

MONTCENIS : Cinq ans qu’Edmond n’était pas sorti de son logement…

17/06/2019 03:17Lu 10516 foisImprimer l’article
Grâce à un élan de solidarité, il a pu assister, dimanche, au baptême de son arrière petit-fils.
Il suffit parfois de pas grand chose pour faire quelque chose de bien, pour ne pas dire de très très bien… Vous prenez un retraité de 95 ans qui depuis 5 ans est cloué dans son appartement, au 1er étage de la rue d’Autun à Montcenis. Vous ajoutez l’extrême bienveillance d’une infirmière libérale qui mobilise un chauffeur de taxi et surtout une chaise de brancardage… Et à l’arrivée, vous avez donc un retraité, Edmond Moret qui ce samedi 16 juin, jour de la fête des pères, a pu participer au repas de baptême de son arrière petit-fils.
Cette belle histoire ne devrait pas être exceptionnelle. Mais pourtant elle l’est. Pourtant il n’est pas si compliqué que cela de sortir une personne âgée de son isolement. Lui permettre de profiter d’une journée printanière qui sentait l’été.
Oui mais voilà, dans notre société où tout va trop vite, où on ne prend plus assez de temps pour regarder et se poser les bonnes questions. Il suffit juste de bonne volonté, pour redonner le sourire à ceux qui parfois ont bien des raisons de ne pas l’avoir.
Car il fallait voir le sourire d’Edmond Moret, dimanche matin, quand deux costauds, Yann Martinez d’Activ Taxi et Johnny Maurice, ont descendu le nonagénaire par l’escalier qu’il mène à son appartement, grâce à une chaise de brancardage.
Il a quitté son fauteuil roulant pour en retrouver un autre et ainsi aller réserver une bonne surprise à sa famille pour le baptême du petit Enzo. La famille n’était pas au courant du grand moment de bonheur qui avait été orchestré par Alexandrina Durand, infirmière libérale à Montcenis, avec le concours donc d’Activ Taxi, mais aussi des ambulances ETAS pour le prêt du fauteuil de brancardage.
Jeanne, l’épouse d’Edmond a suivi tout cela à la loupe. Les deux fêteront leurs 70 ans le mariage le 30 juin prochain. Une bonne date que celle-ci.
Pour la petite histoire, il est utile de préciser qu’Edmond a tenu une place très importante dans la commune de Montcenis. Il a en effet été le boulanger qui faisait du pain juste en face du Tabac Presse. C’était certes il y a bien longtemps. Mais pour avoir fait le pain pour nourrir des générations après-guerre, il méritait bien un grand geste de solidarité, possible seulement avec un matériel adéquat.
Alexandrina est catégorique : «Il faut savoir sortir des personnes de leur isolement parfois imposé par un handicap, comme celui de ne plus pouvoir marcher, de ne pas pouvoir descendre des escaliers». Dimanche matin, il fallait une chaise de brancardage, que tout le monde ne peut pas se payer.
«Moi ce que je souhaite, c’est que d’autres personnes comprennent qu’on peut apporter beaucoup de bonheur par des gestes simples, par un peu ou beaucoup de solidarité», confie Alexandrina. Elle a bien raison et la famille d’Edmond Moret l’a bien compris.
Alain BOLLERY