mercredi 26 juin 2019
Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Le Député de Saône-et-Loire veut redonner du pouvoir aux Maires et encore plus dans les intercommunalités. Rémy Rebeyrotte a aussi dit ce qu’il pense de la menace de rétention des notes du Bac.
Municipales : «Nous avons des Marcheurs dans les deux majorités au Creusot et à Autun…»
Alors qu’ils sont officiellement présentés ce jeudi à 18h30, Jérémy Pinto lève un coin du voile sur les 42 rendez-vous programmés.
Nicolas Pommerel est le nouvel entraîneur du Creusot, avec Eric Catinot pour les arrières et Vuli pour les avants.
Avant la reprise de juin, Nicolas Pommerel se confie dans une interview à creusot-infos.
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

Un téléphérique au Creusot ? Et pourquoi pas !

16/03/2019 03:17Lu 6879 foisImprimer l’article
Pour éviter la saturation automobile au Parc des Combes, la ville du Creusot est en pleine réflexion pour l'avenir. Elle pourrait mettre en place un téléphérique urbain...
Ou pourquoi pas un funiculaire.
Jeudi soir, à l'occasion de la réunion de quartier la plus haute du Creusot, puisqu'elle avait lieu à l'école Raymond Rochette, sur les hauteurs de la ville, David Marti a parlé du Parc des Combes. Pour souligner son succès populaire, avec largement plus de 200.000 visiteurs, dont le nombre augmente chaque année.
Et avec deux nouvelles attractions pour la saison 2019 qui ouvrira en avril, le nombre de visiteurs et usagers du Parc des Combes devrait continuer d'augmenter.
On se souvient que le Parc des Combes, dans les années 90, avait fait un joli coup avec l'ouverture de sa luge d'été... La première depuis Paris.
Depuis, le Parc a continué de se développer. Si un nouveau parking va être aménagé après la piste de karting, il est très clair que les flux d'automobilistes en pleine saison sont proches de la saturation. D'où l'idée d'engager une réflexion. «On ne s'interdit rien, on réfléchit à tout», a lâché avec le sourire le Maire du Creusot.
Pour offrir un nouvel accès au Parc des Combes, autre que le petit train qui part de la gare situé au coeur de ville, les solutions ne sont pas légion. Deux viennent à l'esprit : Soit la mise en place d'un funiculaire qui relierait le bas de la ville aux Combes en quelques poignées de minutes. Soit la mise en place d'un téléphérique urbain, à l'instar de ce qui se fait ou est en projet dans plusieurs villes.
C'est la solution qui a été par exemple retenue par la ville de Brest. C'est la solution qui est envisagée par la ville de Poitiers. C'est la solution historique qui avait été choisie par la ville de Grenoble, avec des boules entre les bords de l'Isère et la Bastille.
Pour Le Creusot ce serait assurément une solution très innovante. Reste la faisabilité et le coût financier pas forcément très élevé. Se poserait aussi la question de l'emplacement des points de départ et d'arrivée. Pour le Parc des Combes il serait facile à mettre en place. Soit juste en face de l'entrée du Parc, soit du côté de la table d'orientation.
Pour le point de départ (et d'arrivée en ville) plusieurs solutions seraient possibles. L'une directement depuis le cœur de ville et Mach 2.
Mais pourquoi pas une autre depuis les Jardins des Terrasses, sous le Château de la Verrerie, avec survol de la Plaine des Riaux, dont il faut rappeler qu'il s'agit du berceau de la révolution industrielle, en Europe continentale.
Mais pour l'heure il ne s'agit que de réflexions et d'hypothèses d'études et de travail. Une chose est certaine, on peut être certain que Le Creusot pourrait défrayer la chronique et réaliser un joli coup, avec le premier téléphérique entre Paris et les Alpes. Ou le premier funiculaire entre Paris et Lyon, autre capitale historique du funiculaire - il y en a trois - sur les collines de Fourvière et de la Croix Rousse...
Si pour Le Creusot c'est l'option aérienne qui est choisie, alors il faudrait décider entre deux cabines classiques de téléphérique ou bien des télécabines. A suivre...
Alain BOLLERY
(Photos d'illustration)