mardi 18 décembre 2018

Samedi 22 Décembre de 11h à 12h

Venez rencontrer le Père Noël

Jusqu’au 31 Décembre 2018

Profitez de l’Offre Reste à Charge 0€*

Édito
Le Président de la République ne peut pas se permettre un quatrième samedi aussi catastrophique pour l’image de la France. Il doit prendre les bonnes décisions et envoyer des signes aux Gilets Jaunes. Il n’a pas d’autre choix.
Questions à...
Le vice-président du Conseil Régional se confie sur le budget économie de la Bourgogne-Franche-Comté, «au service de toutes les entreprises».
A l'occasion de la session plénière du Conseil Régional consacrée au vote du budget, la question des transports, le premier budget de la Région, a constitué une grande par des discussions. Et l'imbroglio autour de la hausse des tarifs des abonnements TER a masqué d'autres aspect de cette compétence. Le premier vice-président revient pour Infos-Dijon sur les grandes lignes du budget transports 2019 de la Bourgogne-Franche-Comté.

Exclusif

C’est un visiteur de marque qui, dimanche après-midi, a découvert l’exposition «Pierre Soulages, Le Creusot» à L’arc.
Président de l’institut national de la recherche agronomique, Philippe Mauguin s’est confié à «creusot-infos».
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

OPINION : Pourquoi imposer un repas végétarien aux enfants ?

11/10/2018 14:25Lu 1619 foisImprimer l’article
«Pourquoi imposer un repas végétarien aux enfants ?
J’ai lu sur creusot-infos, qu’au dernier conseil municipal du Creusot, il a été question des cantines scolaires (*). Si je salue bien volontiers la volonté de tendre vers plus de bio et plus de produits achetés en circuits courts, il y a cependant quelque chose qui m’a fortement interpellé.
Si j’ai bien compris, chaque jour de la semaine, les enfants prenant leur repas à la cantine de leur école au Creusot ont le choix entre un menu standard et un menu végétarien. Ce qui me semble une bonne chose. Respectueuse de chacun. Par contre je ne comprends pas pourquoi une fois par mois chaque enfant n’aura pas le choix et devra obligatoirement se satisfaire, je cite, «d’un menu à base de recettes végétariennes». Et il est ajouté, sans doute pour mieux enrober cette décision unilatérale, que cela sera «dans un esprit de découverte de nouveaux produits et de nouvelles saveurs».
Cette approche me révolte. Car finalement, les seuls enfants qui auront toujours ce qu’ils veulent seront ceux dont les parents demandent qu’ils mangent végétarien.
Cela participe à une forme de terrorisme intellectuel et alimentaire. Et je me dis que ce n’est pas la peine d’avoir vu des élus socialistes avoir contesté le «porc pour tous» à Chalon-sur-Saône et montré du doigt Monsieur Platret ; et dans le même temps voir ces mêmes élus imposer le «végétarien» coûte que coûte, sans doute pour faire plaisir à leurs alliés municipaux d’Europe Ecologie Les Verts.
Il y a là deux poids, deux mesures et ce n’est pour moi pas acceptable. J’ai un enfant et je ne vois pas pourquoi je dois accepter qu’on lui impose un menu végétarien une fois par mois, alors qu’à l’inverse un menu avec de la viande ou du poisson, ne sera pas imposé une fois par mois, aussi, aux enfants dont les parents ont décidé qu’ils sont ou doivent être végétariens.
Et puis je trouve que c’est une porte ouverte pas très saine : Aujourd’hui on nous dit un repas végétarien par mois. Demain ce sera deux, ensuite un par semaine, deux... Et puis verra-t-on la ville, un jour, imposer aux enfants de manger végan, à la cantine, une fois par semaine ? Je suis en droit de me poser la question».
Un parent d’un enfant scolarisé au Creusot

(*) Cliquez ici pour lire notre article