vendredi 22 novembre 2019
Édito
Les cheminots qui, vendredi, ont décidé de ne pas travailler ont délibérément pris en otage les usagers. Les conséquences de ce mouvement n’étaient pas acceptables.
Questions à...
Né au Creusot, Gilles Lagarde dont les parents sont à Saint-Jean de Trézy, occupe la fonction prestigieuse de Directeur de Cabinet du Président du Sénat, le 2ème personnage de l’Etat.
Gilles Lagarde a accordé une longue interview à creusot-infos. Il parle de sa fonction, du Président Larcher et du Sénat, mais aussi de la Saône-et-Loire et du Creusot.
«La Bourgogne est reconnue mondialement...» déclare le Président de Paris 2024 dans une interview à creusot-infos.
Le leader de l’opposition, qui avait échoué de peu en 2014, sera bien à nouveau candidat. Sa liste et son projet seront dévoilés en janvier. Mais Charles Landre a déjà donné quelques pistes dans une interview à creusot-infos.
«Un projet neuf et des pratiques nouvelles»
«L’élection sera le statuquo ou innover»
«Il faut rendre la ville attractive»
«Les quartiers ont besoin d’une action humaine»
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

MUNICIPALES : Lancement de campagne en mode bilan pour David Marti au Creusot

06/11/2019 03:17Lu 4959 foisImprimer l’article
Plus de 120 personnes ont pris part à la première réunion de campagne de David Marti. Un exercice réussi, mardi soir, à l’école Raymond Rochette.
C’est donc sur les hauteurs de la ville, dans la dernière école construite par Le Creusot, que David Marti a officiellement tenu sa première réunion de campagne, mardi soir. Elle s’est déroulée avec plus de 120 personnes, puisque beaucoup sont arrivés dans la deuxième partie de ce rendez-vous de la campagne des municipales.
Le choix de l’école Raymond Rochette n’était pas anodin si l’on en juge par le sujet abordé en fin de réunion, à savoir celui du futur éco quartier qui sera construit après la démolition de la barre de l’ex-lycée Jaurès. Pas anodin, car l’école Raymond Rochette avait été construite dans le respect des nouvelles normes environnementales. A savoir que son isolation est parfaite.
Une école qui préfigure de ce que sera donc l’éco-quartier qui est en projet. Mais avant d’aborder ce premier point de programme, David Marti a rythmé sa réunion en plusieurs parties. Il a ainsi invité le premier de ses co-présidents de campagne à se présenter, avant de demander à Moumen Achou et Jérémy Pinto de parler sport et culture. Avant de conclure sur une projection dans l’avenir.



«On consultera les Creusotins sur nos choix»

L’exercice a été réussi si ce n’est que la faiblesse du son d’un petit film vidéo présentant le bilan des six années écoulées, a imposé un silence religieux.
«Nous avons un bilan», a d’abord lancé à l’assistance David Marti avant de poursuivre : «On consultera les Creusotins sur nos choix, qui pourront être modifiés. Les gens ont beaucoup travaillé pendant 6 ans, y compris avec André Billardon qui est là et que je salue.
Si nous sommes élus en 2020 nous continuerons d’associer ceux qui nous aurons élus».
David Marti a ensuite expliqué : «J’ai souhaité que le comité de soutien soit co-présidé par des gens qui ne seront pas candidats, mais eprésentatifs du bassin creusotin. Jean-Pierre Mugnier a accepté de co-présider ce comité». Jean-Pierre Mugnier qui a justifié le sens de son engagement : «Je suis retraité de la fonction publique, à 60 ans. Je suis attaché à la gauche. Je ne suis pas un militant politique. Je suis retraité avec un peu de temps pour participer. La liste de David Marti portera des valeurs humanistes, progressistes sociales et écologistes que je soutiens. Je veux apporter ma petite pierre.
Je vois le développement du Creusot qui répond à la reconquête industrielle. Les politiques locales sont bien menées, même si tout n’est pas parfait. Michel Gane en 1985 disait qu’il fallait toujours se battre pour l’industrie. Il disait qu’il n’y avait pas d’industrie sans services publics et inversement. C’est aussi ce que disait André Billardon».
Moumen Achou parla ensuite sport pour d’abord évoquer le centre nautique : «Si les travaux ont été compliqués ils ont produit un espace lumineux, fonctionnel et complet.
C’est le signe d’une ville qui investit et qui a une vision. Quand certains disent qu’il y a eu explosion des coûts et des délais, nous assumons.
On avait annoncé réouverture été elle a eu lieu, et une ouverture des espaces intérieurs en septembre ce qui a été fait.
4,232 millions d’investissements avaient été annoncés. Le coût total s’établit à 5,8 millions, ce n’est pas deux millions de plus».

«Le sens de nos investissements et de nos engagements»

Moumen Achou égratigna ensuite l’opposition en déclarant : «Elle dit que nous sommes dans une liste à la Prévert, dans un guichet. C’est faux. Quand les bénévoles sont sur les terrains, et pas auprès de leur famille, on se doit d’être à leurs côtés. C’est le sens de nos investissements, de nos engagements.
Le sport au Creusot c’est pour tous les âges. Tout le monde a sa place et s’y retrouve.
Dans les prochains mois arriveront la piste du stade Jean Garnier, les vestiaires du parc des sports, salle des sports de combat et un local technique pour nos services. Oui il nous faut aller plus loin».
David Marti devait poursuivre : «Sur le plan sportif, ce mandat a été riche. La délégation de la Fédération Française de Rugby qui est venue dans la perspective de la Coupe du Monde de Rugby en 2023 a été bluffée par nos installations, les hôtels, le parc de la Verrerie le centre aquatique. On nous a dit, «ça change des CREPS…» Alors on nourrit un petit espoir. La qualité du Creusot a été mise en-avant par la délégation».
Des propos accueillis avec plaisirs par l’assistance, comme le bilan culturel dressé, ensuite par Jérémy Pinto :  «Avec les beaux bagages on a fait un pari gagnant. Ce festival s’adresse à tout le monde car il est entièrement gratuit.
Il faut remarquer que l’on n’a pratiquement pas vu l’opposition pendant les rendez-vous.
Pour la culture et l’éducation, on a fait le choix de faire venir des professeurs dans les écoles.
120 jeunes ont un cours de musique une fois par semaine à l’école Marie-Curie.
Sur l’ensemble de nos cours proposés par le conservatoire ou par les écoles municipales, ce sont près de 600 inscrits qui ont une pratique artistique.
J’ajoute l’infrastructure de l’ampli qui va être doté d’une nouvelle salle.
Autre service : La médiathèque avec 3000 inscrits».

«Nous avons voulu amener la culture aux jeunes»

Sur le sujet de la culture, David Marti devait marteler : «Nous avons voulu amener la culture auprès des jeunes, car il ne doit pas y avoir de frein. Pas de frein financier. Il faut continuer cette expérimentation pour que la pratique culturelle se fasse dès le plus jeune âge».
Interrogé sur l’évolution démographique, le Maire devait déclarer : «Oui elle nuit un peu au budget. La population continue de baisser, mais beaucoup moins qu’avant. On a entre 22 et 23.000 habitants. La perte est dûe au solde naturel, c’est-à-dire plus de décès que de naissance».
Interrogé au sujet de Le Creusot Initiatives et de tous ses rendez-vous proposés, David Marti devait juger : «C’est une culture nécessaire, car avec une pièce de théâtre de boulevard, L’arc est plein. On a besoin que cela continue. Et puis LCI c’est la foire qui joue un rôle essentiel dans l’animation de la ville. La force de LCI se sont ses bénévoles».
Le Maire devait ajouter : «Tout ce que l’on a dit, on l’a fait et même plus et sans augmenter les taux des impôts. Ce n’est pas tout de faire un programme. Derrière il faut le réaliser. Et on le fait grâce à des services compétents, à la ville et à la communauté urbaine».

«Nous avons besoin de capter des gens»

L’heure était ensuite venue de parler de l’avenir du site Jean Jaurès et du projet d’éco-quartier. L’occasion pour le Maire de Préciser : «Maintenant à chaque fois que l’on imagine un projet, il faut qu’il soit éco-responsable. Le projet se fera à la  la place de la barre de Jaurès qui va être démolie.
Ce projet a été retenu dans les actions cœur de ville. Notre projet va de Jaurès à la rue Foch, en passant par la rue Edith Cavell.  Le nouveau quartier doit s’inscrire dans son environnement.
Nous avons besoin de capter des gens qui viennent travailler au Creusot et qui ne trouvent pas ce qu’ils recherchent en terme d’habitat.
Avec l’établissement public foncier, on veut reconquérir des  ilots publics dégradés.
L’éco-quartier on l’imagine avec appartements, des espaces de rencontre et surtout qu’il soit inter générationnel. C’est un lieu de la ville extrêmement important. Il ne faut pas se louper».
David Marti devait ensuite déclarer : «On remarque que du dynamisme commercial est revenu rue Leclerc. Cela s’est inversé avec la rue Foch. Le centre commercial L’Arche je pense y a contribué. Notre objectif est de dynamiser la rue Foch. Avec une grosse intervention sur l’habitat du 19’Cent à l’église Saint-Charles.

«Ce que l’on proposera c’est ce que nous pourrons faire»

On veut aussi vous écouter sur le futur aménagement de la Place Schneider.
Les erreurs à ne pas commettre ce sera sur le choix architectural. L’ALTO, la Nef, il fallait oser.
Un bâtiment, il faut qu’il soit beau, mais qu’on puisse y habiter.
Sur le site technopolitain, je rappelle que l’on va quand même accueillir un département d’ingénieurs».
Enfin, David Marti assura en guise de conclusion : «Nous avons été sincères dans ce que nous avons fait durant ce mandat. Ce que l’on proposera dans notre programme, c’est ce que nous pourrons faire».
Alain BOLLERY