lundi 24 septembre 2018

Retrouvez les offres en cours sur les pensées, les fraisiers et les cyclamens !

Grand arrivage de fleurs tergal et de fruitiers

Nombreuses compositions d’automne et funéraires

Édito
Ce n’est pas parce que son retentissement médiatique est énorme, qu’il convient de juger l’affaire Benalla à un niveau supérieur de ce qu’elle est et représente.
De quoi s’agit-il ? D’un garçon qui s’est cru plus fort que les autres, parce qu’il était dans le cercle rapproché de la sécurité du Président de la République.
Questions à...
Dans une interview, Michel Neugnot, 1er vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des transports, fait le point après la rentrée des classes. Le nombre de dossiers «à problèmes» liés aux transports a été divisé par deux.
La gratuité du transport scolaire sera de mise à la rentrée 2019, mais peut-être avec des frais de dossier.
Le Président de la FFR était présent samedi au Parc des sports lors de la journée découverte du rugby féminin organisée par le club des Tigresses. Il était accompagné d'Annick Hayraud, Manager de l'équipe de France féminine
A l’occasion d’une conférence de presse de rentrée, le Président du conseil départemental de Saône-et-Loire a annoncé une santé olympique pour le recrutement des médecins.
«Le Creusot a vocation à devenir le 5ème pôle»
«45 antennes vont être ouvertes sur tout le département»
«A Mâcon je veux ouvrir un centre en association avec la faculté de médecine»
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

MONTCHANIN : J-70 pour l’entrée en fonction de la nouvelle plateforme Lidl à Coriolis

12/07/2018 11:40Lu 6223 foisImprimer l’article
Le compte à rebours est enclenché. Dans la nuit du 23 au 24 septembre, les premiers camions quitteront la nouvelle plateforme Lidl de 58.000 m2 pour livrer les magasins de l’enseigne de Bourgogne – Franche-Comté et de l’Auvergne.C’est la plus grande installation de la communauté urbaine qui a été présentée, ce jeudi matin, à David Marti et aux élus communautaires.
Finalement tout est question de logique. A l’étroit à Montceau, Lidl avait de gros besoins pour faire face à la gestion logistique de ses stocks et de l’approvisionnement de ses enseignes. C’est donc naturellement que la zone Coriolis, en façade de la gare de Creusot TGV a été retenue. Un immense bâtiment de 58.000 m2, d’un seul tenant, a été construit.
Il donne aujourd’hui l’impression d’une coquille vide. Mais dans moins de 70 jours cela ne sera plus le cas. C’est en effet dans la nuit du dimanche 23 au lundi 24 septembre que les premières livraisons seront assurées depuis la nouvelle plateforme logistique, à destination de toutes les enseignes de Bourgogne – Franche-Comté et de l’Auvergne. La branche Nord de la RCEA sera donc ardemment utilisée par deux cents camions par jour.
Logique encore quant au choix de domiciliation du siège de Lidl pour cette plateforme au rayonnement extra régional. Ce pouvait être Torcy ou Montchanin, puisque la structure s’étend sur les deux communes. Mais c’est Montchanin qui a été choisie, car en France, avec la gare TGV, c’est un nom. Car si la gare s’appelle aujourd’hui Creusot TGV, elle a longtemps été considérée comme la gare TGV de Montchanin, même si elle est physiquement sur le territoire de la commune d’Ecuisses, ce qui avait conduit ses élus à manifester pour son inauguration en septembre 1981, en dénonçant une forme de ségrégation.
Le 6 septembre prochain, date de l’inauguration, le Maire de Torcy Roland Fuchet et les élus de sa commune ne devraient pas manifester. Ce n’est pas l’impression que Monsieur Fuchet a donnée ce jeudi matin en parcourant et en découvrant la plateforme, dans le sillage de David Marti, président de la Communauté Urbaine Le Creusot – Montceau, avec à ses côtés Jean-Yves Vernochet, maire de Montchanin, Edith Calderon, maire d’Ecuisses, Evelyne Couillerot, vice-présidente de la Communauté Urbaine, Jean-Claude Lagrange, élu en en charge de l’économie à la CCM, domaine dont il est le vice-président à la Région.
C’est Yannik Perreaut, responsable logistique régional, qui a guidé la visite de la plateforme. Celle-ci dans son fonctionnement répondra aussi à une vraie logique géographique, puisque les produits surgelés – à moins 25 degrés – seront au nord, dans les produits non alimentaires seront eux aux Sud. Les légumes, les yaourts et les viandes et charcuteries, se situant entre les deux.
«En 2012, la direction du groupe a décidé de travailler sur le qualitatif, avec ses bâtiments logistiques, mais aussi avec ses magasins, comme l’illustre celui de Torcy», a dit aux élus Yannick Perreaut.
Sur Coriolis, la nouvelle plateforme s’étend sur 58.000 m2 et elle emploiera 200 salariés. Quotidiennement, six jours sur sept, elle réceptionnera 1250 palettes pour préparer 113.000 colis à destination de ses enseignes de Bourgogne – Franche-Comté et de l’Auvergne. Le hard discounteur compte 66 magasins en Bourgogne – Franche-Comté.
Monsieur Perreaut a encore précisé de 60% des approvisionnements sont «made in France» et que les employés n’auront que du matériel neuf dans le nouvel équipement ; Ce qui s’est quand même traduit par un investissement de 2 millions d’euros, à mettre en rapport avec les 55 millions pour la structure.
Elle pourra dans l’absolue être agrandie, puisque Lidl a réservé 12.000 m2 de réserves foncières, dont on ne sait pas si l’alouette Lulu y a fait des nids ! Petit clin d’œil pour rappeler que sa présence avait failli faire capoter le dossier. Mais le Président de la CCM, David Marti, n’avait pas lâché prise face aux services de l’Etat les plus radicaux et l’alouette avait été priée d’aller ailleurs, sans qu’elle s’en offusque. Le Préfet de l’époque, Gilbert Payet, s’était d’ailleurs montré particulièrement conciliant pour éviter qu’une alouette mette 200 emplois en l’air ! Logique, aussi.
Aujourd’hui, bien évidemment, le Président David Marti et les élus du territoire, sont évidemment très heureux du déploiement de la nouvelle plateforme et des emplois directs et indirects qu’elle induit.
Alain BOLLERY

Plus de 62.000 camions à l’année
A raison de 200 camions par jour et six jours par semaine, ce sont plus de 62.000 camions qui annuellement vont passer par la plateforme. Et comme ils sont chargés au maximum de 33 palettes, avec un taux de remplissage moyen de 95%, ce sont au total près de 2 millions de palettes qui, à l’année vont entrer ou sortir de la nouvelle plateforme.
A.B.