lundi 18 juin 2018
Édito
Le héros de la finale de 98 est maintenant triplement dans la légende.
Questions à...
Les rendez-vous d’été seront lancés avec un spectacle très aérien. Avec aussi un nouveau lieu de programmation.
L’adjoint à la culture parle aussi de l’avenir de L’arc, de la mise en lumière du Château de la Verrerie, du projet d’installations de boites à livres.
30 associations écologistes ont fait du lobbying auprès de lui, mais Rémy Rebeyrotte n’a pas cédé aux pressions vertes sur la question du glyphosate et il s’en explique avec force d’arguments.
Le Député n’hésite pas à prendre le désherbant pour nettoyer les arguments de la nouvelle gauche sur les dotations de fonctionnement. Il parle aussi des accords possibles pour les municipales de 2020 avec un peu d’engrais pour le Grand Autunois Morvan…
Sans oublier les poules, les abattoirs, le bois et les rodéos…
Le 1er vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, dans une interview exclusive, revient sur la convention TER entre la Région et la SNCF, qui a ébranlé le groupe de gauche.
Il justifie le retrait de l’article 19 sur l’ouverture à la concurrence. Il évoque aussi le «baiser qui tue» de François Sauvadet en dénonçant sa posture et celle de la droite.
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

LE CREUSOT : Sarcloret a ouvert la 3ème édition du Printemps des Chansons

19/03/2017 03:02Lu 2030 foisImprimer l’article
«Sarclo est la plus belle invention suisse depuis le gruyère»...
C’est à la salle Georges Riguet de la Médiathèque que  Sarclo ou plutôt Sarcloret pour éviter toute homonymie avec un président récent a mis Dylan en scène samedi après-midi devant un public une fois encore bien trop confidentiel pour un tel artiste.
Mais les spectateurs se sont bien marrés car l’artiste a plusieurs cordes à son arc ou plutôt à ses quatre guitares. Une blessure à un doigt mardi dernier et première pointe d’humour avec un « je suis sûr que je joue mieux que vous avec 9 doigts ». A plusieurs reprises, il s’interrompt pour chausser ses lunettes et reprendre le texte. On s’en amuse.
Aujourd’hui, c’est Dylan le maître qu’il met en scène, qu’il traduit en français dans la lignée de certains grands noms de la chanson francophone ou en version originale car certains mots ou locutions ne sont pas traduisibles, en écorchant au passage Hugues Auffray dont les traductions lui semblent mièvres.
Sarcloret interprète également quelques-unes de ses chansons avec des thèmes qui lui sont chers comme l’amour de ses enfants, de sa maman, le temps qui passe, la mort… Des chansons qui font rire ou s’attrister, en tout cas des chansons remarquables.
« Sarclo est la plus belle invention suisse depuis le gruyère », c’est Renaud qui parle ainsi de celui qui fera la première partie de ses concerts en 1996. Sarcloret, homme tendre et amoureux, artiste corrosif est un des plus grands répertoires de la chanson francophone, mais aussi et c’est bien dommage, un des moins connus.
Joël Servy