mercredi 20 mars 2019

20€* offerts en Bon d’achat par tranche de 300€

Uniquement durant les Portes Ouvertes

Samedi 23 et Dimanche 24 Mars

Édito
La médaille de meilleur apprenti de France reçue par Clément Hélias à la Sorbonne était bien plus qu’un symbole.
Questions à...
Elu lundi après-midi nouveau Président de la Chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire, Bernard Lacour entend mener une présidence de combat. Pour défendre l’agriculture «contre les attaques menées par des minorités». C'est ce qu'il affirme dans une longue interview qu'il a accordée à creusot-infos.
«88% de la société française apprécie notre agriculture et ses agriculteurs et on entend que les minorités»
«L’agriculture française c’est la qualité et la traçabilité»
«L'engagement du conseil départemental a été vital»
«Dans la Communauté Le Creusot - Montceau, on va franchir un cap dans la gestion de l’eau».
Dans une longue interview à creusot-infos, le Député européen sortant, 3ème sur la liste «Les Républicains», n’est pas tendre avec le Président de la République.
«Ce Président est très tacticien et très habile»
«Le grand débat c’est quand même un aveu d’échec».
Alstom, Nadine Morano, Rachida Dati, référendum, immigration, l’élu bressan n’élude aucun sujet.
A qui s’adressera-t-il ? La Présidente du Conseil Régional dit tout dans une interview...
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

LE CREUSOT : Quand, Philippe Mauguin, président de l’INRA, tombe sous le charme de l’exposition «Pierre Soulages»

02/11/2018 03:18Lu 5054 foisImprimer l’article

Exclusif

C’est un visiteur de marque qui, dimanche après-midi, a découvert l’exposition «Pierre Soulages, Le Creusot» à L’arc.
Président de l’institut national de la recherche agronomique, Philippe Mauguin s’est confié à «creusot-infos».
«On se rend à Lausanne et on a décidé de faire un crochet par Le Creusot pour découvrir l’exposition consacrée aux œuvres de Pierre Soulages», explique simplement le Président de l’INRA, l’institut national de la recherche agronomique… Philippe Mauguin et sa compagne Agnès, domiciliés à côté de Paris, se sont donc arrêtés incognito dimanche après-midi à L’arc au Creusot. Sollicité par creusot-infos, c’est bien volontiers que Philippe Mauguin s’est livré à une interview.

Qu’est-ce qui vous a amené à venir ainsi au Creusot ?
PHILIPPE MAUGUIN : «Mes grands parents étaient viticulteurs dans la côte chalonnaise à Montagny, mais c’est la première fois que je viens au Creusot. J’aime beaucoup l’œuvre de Pierre Soulages et c’est sur internet que j’ai découvert que ses créations sont exposées au Creusot. Sur la route de Lausanne en Suisse, avec ma compagne nous avons décidé de faire un crochet par Le Creusot. Nous avons pris le repas de midi à Autun et prévu de passer la nuit à l’Hôtel de la Petite Verrerie au Creusot. Oui je suis venu exprès au Creusot pour Pierre Soulages».

Vous connaissez son œuvre depuis longtemps ?
«J’ai vu une grande exposition qui lui était consacrée à Beaubourg en 2009. J’adore son œuvre et j’ai d’ailleurs très envie d’aller voir son musée à Rodez. En attendant, pouvoir découvrir quelques unes de ses créations ici au Creusot c’est vraiment super. C’est vrai que c’est plus petit qu’au centre Pompidou à Beaubourg, mais ici à L’arc au Creusot le choix des œuvres est parfait».

Qu’est-ce qui vous a séduit ?
«La mise en valeur de ses œuvres est ici parfaite. C’est une vraie réussite très opportune d’avoir refait la salle d’exposition. La mise en valeur de ses œuvres est très bien. C’est un vrai plaisir de pouvoir faire des photos en profitant des éclairages et des différents reflets.
Moi, dans l’œuvre de Pierre Soulages, c’est à la fois la matière et les reflets qui me séduisent. C’est vraiment fascinant…»

Tant que cela ?
«Oui, ce qui est fascinant et ce qui m’interpelle c’est comment il arrive ainsi à sublimer le noir. Pierre Soulages c’est un peu une boite noire. Et puis, il y a une résonnance à ce que Soulages dit au Creusot. Cette exposition au Creusot, une ville qui était considérée comme noire, ce n’est finalement pas surprenant. C’est juste. Et c’est très bien de l’avoir réalisée».
Recueilli par Alain BOLLERY 
(Photos Alain BOLLERY)