lundi 23 septembre 2019
Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Dans une longue interview, le Président de la Chambre d'Agriculture de Saône-et-Loire parle sans langue de bois. Il dresse des constats, accuse, parle de l’avenir et de la question de l’eau.
Il dénonce la main des Etats-Unis derrière des associations agissantes.
«On a des agriculteurs sur les rotules et petit à petit ils se désespèrent»
«Désolé, mais un steak végétal, ce n’est pas une entrecôte»
«On met de l’eau potable dans les toilettes et on n’est pas capable de répondre à l’abreuvement de nos animaux»
Le lundi 9 septembre 2019 restera dans l’histoire pour l’Hôtel-Dieu du Creusot, avec la première intervention chirurgicale réalisée avec le robot chirurgical, le 1er de Saône-et-Loire.
Le Docteur Jean-Philibert Combier a réagi dans une interview exclusive à creusot-infos.
«Le robot ne remplace pas le chirurgien. Il exécute ses gestes. C’est un progrès considérable»
«C’est capital pour recruter de jeunes médecins»
«Le Maire du Creusot a eu une vision d’avenir et de progrès sur ce dossier stratégique»
Vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées et de l’apprentissage, Stéphane Guiguet détaille l’implication de la Région en matière d’investissements, mais aussi pour «le pouvoir d’achat des lycéens et de leurs familles».
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

LE CREUSOT : "Nous sommes déterminés et mobilisés avec tous les acteurs de terrain pour lutter contre le trafic et la délinquance" martèle David Marti

23/08/2019 03:17Lu 3934 foisImprimer l’article
À l'occasion d'un point presse avec pour thème plus particulièrement la sécurité dans le quartier du Tennis, le Maire du Creusot est revenu sur les événements de l'été et a rappelé que son équipe et lui sont "déterminés et mobilisés auprès des services de Justice, de Police et les bailleurs sociaux pour éradiquer ce fléau qu'est le trafic de drogue".
13 caméras de vidéo-protection seront placées et opérationnelles à partir de début octobre.
Ce jeudi en début d'après-midi, David Marti, Maire du Creusot avait convié la presse pour un point sur la situation de sécurité au Tennis et sur le trafic de drogue qui sévit dans le quartier. Et c'est un Maire du Creusot plus déterminé que jamais que nous avons rencontré et qui a présenté les actions menées par la Ville qui travaille "dans le cadre de ses prérogatives" aux côtés des services de l'Etat, du bailleur social, des forces de Police et de la Justice.
"Nous sommes avec mon équipe municipale mobilisés au quotidien pour traquer ce fléau et pour réaffirmer que nous sommes plus que jamais déterminés et en aucun cas résignés. Notre action se poursuit et elle se fait en coordination avec tous les acteurs de terrain" a d'emblée présenté David Marti qui a précisé être allé à la rencontre des habitants au cours de l’été après les événements. 

"Pas de nouveaux effectifs durables de Police pour l'instant 
mais de la vidéo-protection pour quadriller le quartier"
Cette conférence de presse qui fait suite aux différents événements qui se sont récemment déroulés dans le quartier du Tennis et qui ont été relatés dans les médias entend rappeler les mesures déjà prises et présenter celles qui vont être d'actualité dans les prochaines semaines et mois.
Rappelant l'organisation d'une marche pour dénoncer la fin des violences avec la mobilisation de très nombreux acteurs de terrain, main dans la main, le Maire a évoqué les demandes auprès des autorités de forces de Police supplémentaires au quotidien dans le quartier. "Nous avons contacté le Sous-Préfet, le Préfet, la Directrice Départementale de la Sécurité et par l'intermédiaire du Député, le Ministère pour demander des moyens supplémentaires durables. Nous avons été entendus mais la réponse apportée est une réponse d'attente, elle n'est pas négative mais il n'y a pas de forces durables supplémentaires. On nous octroie des moyens temporaires mais pas sur la durée" regrette le Maire.
Précisant que les contrôles d'identités et les patrouilles se sont renforcés et que la Police Municipale travaille aux côtés des Policiers Nationaux pour effectuer un travail de terrain particulier, signifiant qu'un Officier de Police Judiciaire a été nommé sur Commission Rogatoire exclusivement sur ce dossier, qui dépend directement de la SRPJ de Dijon, le Maire a précisé par ailleurs, que deux "adultes-relais" ont été recrutés pour favoriser le lien social dans le quartier. (les Policiers municipaux, au nombre de 5 vont être munis de Taser dès l'automne).
Surtout David Marti a annoncé que début octobre, le quartier du Tennis sera doté de 13 caméras de Vidéo-protection pour quadriller au mieux le quartier ; pour un montant de 140000€ 13 caméras de 2 types différents (voir ci-dessous), doivent permettre de faciliter l'identification des auteurs d'infractions.

"Un quartier qui n'est pas enclavé"
Dans un quartier qui a profité du dispositif "Politique de la Ville" et qui a connu une grande restructuration, le maire a reconnu que les résultats obtenus ne sont pas à la hauteur des attentes mais beaucoup de choses ont été faites, ce ne sont pas les résultats espérés mais les moyens investis ont été importants et des réalisations concrètes ont vu le jour".
En effet, le maire a rappelé que "décider de placer la Nef au Tennis, c'était un pari osé, il a fallu une volonté politique forte pour mener à bien ce projet et montrer que ce quartier était un quartier comme un autre et non pas un quartier enclavé. Des moyens de fonctionnement importants ont été mobilisés, des investissements conséquents ont été réalisés ici et l'on peut dire que le quartier est doté de nombreux commerces, de services publics et de nombreuses manifestations ont lieu ici et créent du lien avec le reste de la ville" étaye le maire.

"Les propos de l'opposition municipale sont irresponsables, c'est du populisme et de la démagogie"
Dans un deuxième temps de son intervention, David Marti a souhaité revenir sur les propos de l'opposition municipale, notamment son leader qui d'après le maire a tenu des propos irresponsables venant d'un conseiller municipal.
Précisant tout d'abord qu'il n'a pas l'habitude à répondre à ce genre d'attaques ("sinon, je passerai tous les jours à répondre, et j'ai d'autres choses beaucoup plus importantes à faire"), David Marti a relevé que "le dernier communiqué de l'opposition a franchi la ligne jaune".
Pour le maire, "quand on est conseiller municipal d'opposition on a des droits mais aussi des devoirs. Après de tels événements, ce qui doit prévaloir c'est la solidarité, on doit se mettre à disposition, on doit demander à rencontrer le Maire et adopter une attitude pour être utile à sa ville.
C'est du devoir d'un élu de faire cela et non de faire un communiqué à but politique, c'est une méthode qui consiste à jouer sur les peurs pour son intérêt politique personnel en oubliant les enjeux et l'intérêt général" a regretté David Marti. Pour lui, ces propos sont inacceptables, "dans le communiqué, il est écrit que la Ville considérerait les habitants du Tennis comme des citoyens de seconde zone, que les écoles du quartier seraient moins bien traitées d'après M. Landre, je ne peux pas laisser dire ces choses là, c'est du populisme et de la démagogie" s'insurge le maire.
Regrettant que le leader de l'opposition municipal écrit une lettre ouverte aux délinquants, David Marti signale "qu'en agissant de la sorte, c'est donner un statut aux trafiquants et les conforter dans leur position, ils deviendraient des interlocuteurs directs, cela démontre un niveau d'irresponsabilité et de méconnaissance du terrain de la part de M. Landre. Et de plus, ces propos sont préjudiciables à toutes celles et tous ceux qui travaillent au quotidien et pour les habitants qui peuvent ainsi être mis en danger. Je condamne donc fermement ces propos" affirme le maire en haussant le ton.

"Mobilisés, déterminés, la ville et les acteurs de terrain vont continuer leur travail"
Précisant que de nombreuses arrestations avaient été réalisées ces derniers temps, cela ne reste pas satisfaisant "car il faut des moyens conséquents pour lutter contre ce fléau, à ce titre nous restons mobilisés auprès des services de Justice et de Police pour mener ce travail sans relâche afin d'obtenir des moyens durables, la clé est là!" affirme David Marti qui exprime aussi "sa confiance envers tous les acteurs, c'est un travail de longue haleine mené avec humilité et courage. Le travail est fait avec des moyens limités mais on commence à être entendu et c'est gratifiant et cela nous pousse à continuer" clot déterminé le maire du Creusot.
Nicolas AKCHICHE