jeudi 19 septembre 2019

Offre «Foire»

-15% sur les portails et leur motorisation*

-5% sur les portes de garage**

Hall 3 – Stands 85/87/89

Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Le lundi 9 septembre 2019 restera dans l’histoire pour l’Hôtel-Dieu du Creusot, avec la première intervention chirurgicale réalisée avec le robot chirurgical, le 1er de Saône-et-Loire.
Le Docteur Jean-Philibert Combier a réagi dans une interview exclusive à creusot-infos.
«Le robot ne remplace pas le chirurgien. Il exécute ses gestes. C’est un progrès considérable»
«C’est capital pour recruter de jeunes médecins»
«Le Maire du Creusot a eu une vision d’avenir et de progrès sur ce dossier stratégique»
Vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées et de l’apprentissage, Stéphane Guiguet détaille l’implication de la Région en matière d’investissements, mais aussi pour «le pouvoir d’achat des lycéens et de leurs familles».
Le conseil départemental est mobilisé pour les Collèges. C’est que ce le Président André Accary a annoncé, ce jeudi matin, à Montchanin, où il a fait sa rentrée des classes.
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

LE CREUSOT : Marie-Guite Dufay a inauguré le «plus beau lycée de France»

06/11/2018 17:40Lu 5646 foisImprimer l’article
Le nouveau Lycée du Creusot est un véritable étendard pour Le Creusot, la Saône-et-Loire et la Bourgogne – Franche-Comté.
Ce devait être un aboutissement. Cela l’a été, mais sans l’éclat que tout le monde attendait. Le blocage opéré par les syndicats FO, CGT et FSU ce mardi matin et interdisant aux élèves de rentrer (voir notre premier reportage) a vu l’inauguration du nouveau Lycée Léon Blum s’effectuer avec des classes pratiquement toutes vides.
Devant le blocage nombre d’élèves avaient en effet rebroussé chemin pour certains, et étaient repartis avec leurs parents pour d’autres. De sorte que la visite inaugurale a eu l’impression par instants que ce sont des cours particuliers qui sont délivrés dans l’établissement.
En fait, il n’y a que du côté de la classe du Bac Pro Esthétique et Cosmétique que l’effectif était quasiment au complet. Normal il est composé pour l’essentiel d’élèves internes, dont certaines viennent de très loin. De la ville de Sens a t-il été précisé à Marie-Guite Dufay.
Une précision en forme de confirmation sur le rayonnement très régional du Lycée Léon Blum avec ses sections professionnelles. Car ce qui est vrai en esthétique ou en coiffure, l’est aussi pour la filière nucléaire.
Après être passés par le restaurant scolaire, avec un échange musclé avec les syndicalistes (voir notre reportage plus tard sur creusot-infos) ; guidés par Marc Aubert le Proviseur du Lycée, Marie-Guite Dufay, présidente du Conseil Régional, Frédérique Alexandre-Bailly, rectrice de l’académie de Dijon, David Marti, maire du Creusot et Président de la Communauté Urbaine, Fabien Ben, directeur académique en Saône-et-Loire, Jérôme Durain, sénateur de Saône-et-Loire, Stéphane Guiguet, vice-président de la Région en charge des lycées, Florence Batard, ancienne proviseur de Lavoisier et vice-présidente du conseil départemental, mais aussi de nombreux élus du Creusot et de sa région, les invités ont pu parcourir un établissement qui incontestablement donne envie de travailler, d’enseigner et d’apprendre…
Une visite au cours de laquelle quelques messages subliminaux ont été délivrés à la Président de Région et la Rectrice, comme la nécessité d’implanter un BTS coiffure, au regard ne serait -ce que de la qualité des locaux et des équipements, mais aussi d’engager rapidement des travaux dans les locaux dédiés à la formation «nucléaire» au risque de perdre les agréments…
L’histoire dira si au-delà des bons discours, les messages ont été entendus… En attendant, tout le monde s’accorde à dire que le nouveau lycée est un très bel équipement. «Le plus beau Lycée de France pour les établissements de cette taille», s’est permis Marie-Guite Dufay… Dans la «plus belle ville du monde», comme l’a déjà qualifiée l’écrivain Christian Bobin.
A.B.

David Marti : «C’est une réussite»


«J’avais imaginé un accueil très chaleureux. Il a été au-delà de ce que j’avais imaginé», a glissé ironiquement le Maire du Creusot et Président de la Communauté Urbaine, à l’heure des discours.
Il a rappelé que le projet de nouveau lycée avait été initié par François Patriat, «et il a été poursuivi par Marie-Guite Dufay avec un grand succès.
Succès dans le respect des délais. «Et c’est une réussite qui va permettre aux jeunes de poursuivre leurs études dans de bonnes conditions». Dans un lycée plus confortable.
David Marti a rappelé que la Communauté Urbaine a relevé le défi de la nouvelle gare routière, du stationnement avec la création d’un nouveau parking, avec 130 places dans l’environnement du lycée. Il s’est enfin félicité des bonnes relations de travail entre Le Creusot et la Région, comme en témoigne le contrat métropolitain de 50 millions, dont 20 apportés par la Région.

Marie-Guite Dufay : «Ce Lycée est

un produit d’appel pour l’attractivité»


«Cette inauguration c’est un vraiment moment de fierté. C’est beau, mais rien n’est trop beau pour Le Creusot. Ce Lycée est le plus beau de France, car je ne suis pas certaine qu’en France on trouve un Lycée aussi grand et aussi beau».
Pour la Présidente de Région, cela est juste, «car Le Creusot a besoin de produits d’appels pour montrer combien elle est attractive. Maintenant on pourra dire aux cadres, aux techniciens supérieurs, aux ingénieurs, «vous avez ici le plus beau lycée de France». Alors oui, je suis fière et heureuse. Ce lycée est aussi un produit d’appel pour la Région. Ce lycée est un immense paquebot avec tous ses étages».
La Région a investi 26 millions d’euros. «Le prochain grand projet, ce sera en Franche-Comté, à Morteau. Et nous allons de plus en plus investir, car nous avons 130 lycées qui pour la plupart ont besoin d’être réhabilités pour ne plus être des passoires thermiques».
Marie-Guite Dufay a souligné que d’ici la fin du mandat, ce sont 126 millions d’investissements qui auront été réalisés en Saône-et-Loire. Et de préciser qu’ont été lancés 9 millions à Niepce à Chalon, 5 millions à Thomas Dumorey, 7 millions à Matthias, 5 à Charolles, 3 à Fontaines, 9 à Louhans, 6 à Lamartine à Mâcon, 10 à René Cassin  à Mâcon, ou encore 10 millions à Montceau.
La Présidente de Région a aussi insisté sur la politique qu’elle entend mener et poursuivre pour la qualité de l’assiette des lycéens».

Marc Aubert : «Une nouvelle histoire»


Même s’il a élevé la voix contre les manifestants qui s’étaient introduits dans l’établissement dans le restaurant scolaire, Marc Aubert est un Proviseur heureux. «Nous sommes à la fin d’une histoire et au début d’une nouvelle histoire», a t-il mis en perspective.
Il a rappelé comment de la fusion des deux lycées en 2005, «dans un contexte tendu», on était arrivé  finalement au projet de création d’un site unique du Lycée. «Le pari était audacieux et il a été réalisé en deux ans». En ce sens, il a salué toutes celles et tous ceux qui se sont impliqués pour la réussite du projet, pour le respect des délais, ne manquant pas de souligner qu’une centaine de réunions de chantier ont été tenues, que 2000 cartons ont été déménagés, de même que 80 machines d’une moyenne d’une tonne». Un défi qui a été relevé pour que les élèves puissent effectuer une rentrée normale, à la bonne date.

Frédérique Alexandre-Bailly :

«Un vaisseau amiral au milieu de la nature»


Quand on est Rectrice d’académie, il est évidemment plus agréable d’inaugurer de beaux établissements que d’annoncer des restrictions de moyens. Frédérique Alexandre-Bailly, rectrice de l’académie de Dijon a donc passé un très bon moment ce mardi au Creusot. «Ce lycée,  c’est d’abord un grand projet. J’aime beaucoup les villes où les usines sont au centre et les lycées plus loin, car on peut se reposer et bien respirer».
Frédérique Alexandre-Bailly est catégorique : «Le lycée Léon Blum fait partie de la panoplie des atouts du Creusot. Le Creusot ce sont des emplois, et une éducation de qualité. Et ce lycée est un vaisseau amiral au milieu de la nature».
La rectrice est notamment sensible à toutes les circulations possibles. Pour celle ce n’est pas seulement symbolique, «car à 14 ans, tout n’est pas joué une fois pour toute. On peut changer de parcours.
Oui il faut un respect des adultes pour les personnes en voie de formation. Dans des lieux bien pensés, comme ici, on peut espérer attendre que chaque jeune puisse avoir un avenir harmonieux et plein de bonheur».
En ce sens Frédérique Alexandre-Bailly s’est déclarée soucieuse du bien-être des personnels et des élèves. «Les investissements de la Région sont essentiels à la réussite d’élèves heureux».
La Rectrice a encore appelé à une revalorisation de l’apprentissage, qu’il n’y ait pas de divorce avec la formation initiale. En ce sens elle approuve la démarche engagée par la Région, avec la volonté partagée de «transmettre des valeurs».
Alain BOLLERY