jeudi 24 mai 2018

Réservez dès maintenant au 03.85.78.59.50

Pour votre repas de Fête des Mères

Édito
Le devoir de mémoire ne doit pas être une option. C’est une obligation et en ce sens, il est particulièrement regrettable que les enfants des écoles du Creusot ne soient pas plus impliqués dans les commémorations. Que ce soit le 11 novembre ou le 8 mai.
Questions à...
Alors que le championnat se termine, Dominique Juillot se livre dans une interview vérité. Il se projette dans l’avenir et dessine ce que devra être l’Elan Chalon 2018/2019. Avec des jeunes. Avec, pourquoi pas, un retour de John Roberson…
Le tourisme en Saône-et-Loire est sur un vent porteur. 2018 sera d’abord l’année du vélo et 2019 sera l’année de l’œnotourisme annonce Elisabeth Roblot, dans une interview à creusot-infos.
L’ancien Ministre sera ce mercredi à Mâcon pour une visite d’expertise. Il se confie dans une interview à creusot-infos :
«André Accary a eu raison de lancer le recrutement de médecins»
«RCEA : On a perdu de belles années»
«Je soutiens la réforme de la SNCF. L’ouverture des lignes à la concurrence est une bonne chose»
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

LE CREUSOT : « Les grèves ouvrières de mai juin 1968 »

16/05/2018 21:03Lu 2461 foisImprimer l’article
Mai 68 n’est pas seulement un mouvement de révolte de la jeunesse en quête de liberté, c’est aussi et surtout un mouvement d’ouvriers demandant un changement profond de système économique.
Une conférence sur le monde ouvrier en 1968, les grèves et les contestations qu’elles portaient était proposée par l’Ecomusée ce mardi soir.
 Xavier Vigna a présenté cet évènement sous l’angle national. Son intervention servait d’introduction à l’exposition temporaire qui sera présentée par l’Ecomusée en juillet prochain et qui traitera des évènements de mai 68 sur le territoire Le Creusot Montceau.
Il est vrai que les médias nous abreuvaient de Quartier Latin, de Cohn Bendit et autres leaders étudiants. Normal, cela se passait dans la capitale, mais les mouvements étudiants ne font jamais peur au pouvoir. Il les ignore. Ce n’est donc pas le sujet de la conférence, témoigne Xavier Vigna, la dimension ouvrière a été sous-estimée. Mais dès que les masses ouvrières se mettent en grève, l’ampleur du mouvement change. Il en résulte une portée politique accrue.
Les grèves de mai et juin 68 constituent et de très loin le mouvement le plus puissant jamais connu en France, bien plus que 1936. Déjà en 1967, les signes contestataires apparaissent dans les usines. Les Trente Glorieuses, période d’après-guerre de grande prospérité, sont sur le déclin. Alors, d’où part 1968 ? C’est la conjonction de 3 phénomènes, le premier étant une croissance économique forte, de l’ordre de 5,5% par an. Les salaires augmentent, favorisant l’accès à la consommation et un mieux-être pour la société. Le monde ouvrier a souffert des privations dans les années 50. L’acquisition de la machine à laver est l’exemple type de ce mieux-être, bien avant la voiture.
Mais certains endroits du territoire connaissent déjà des difficultés, en particulier la mine, la sidérurgie et le textile. Le déclin est là avec les pertes d’emploi et les fermetures. 26 zones sont ainsi recensées, parmi lesquelles Montceau. En 1967, De Gaulle nomme 2 commissaires à la reconversion industrielle dans la Lorraine et le Nord.
Le dernier phénomène porte sur la question de la rationalisation. Chaque poste de travail est coté ; Plusieurs facteurs entrent dans la cotation. Exemple, plus le travail est pénible, plus il est rétribué. Avec une conséquence dramatique, car avec l’âge, la force diminue et le salaire en même temps. L’ouvrier a alors une carrière négative, provoquant amertume et colère.
Le progrès engendre des conditions de travail moins pénibles, mais paradoxalement, il en découle du chômage et des dégâts sur la santé et l’environnement. L’abattage à la mine facilite le travail mais augmente les émissions de poussière, donc la silicose (100 000 mineurs morts entre 1960 et 1970). El le plus grand scandale concerne l’amiante qui a déjà fait de nombreuses victimes et beaucoup d’autres qui sont en sursis.
1968 arrive donc comme la rencontre entre 2 processus distincts : la contestation étudiante et celle du monde ouvrier. Le 08 mai, l’Ouest manifeste « L’Ouest veut vivre ». Paysans, ouvriers, fonctionnaires, étudiants se rejoignent. Le 10 mai, c’est la nuit des barricades avec une répression policière forte. 450 manifestations dans toute la France et les occupations d’usine se multiplient. Sud Aviation à Nantes occupera et séquestrera les dirigeants pendant 14 jours. La grève se généralise sans appel à la grève générale. 7 millions de grévistes contre 2 500 000 à l’époque du Front Populaire ! Si les ouvrières et les ouvriers ne représentent qu’une partie de salariés mobilisés, leur action est essentielle dans la dynamique du mouvement et la crainte qu’elle inspire chez les conservateurs. Jeunes, femmes, immigrés, hommes, parfois trois générations dans la même boîte, la pluralité des figures ouvrières montre ces grèves qui ébranlèrent fortement le pays.
Au final, concernant la santé, les conditions de travail, la pénibilité, il n’y a aucune amélioration. En conclusion, le pouvoir est resté sourd à la contestation bien que le mouvement ait traversé tous les segments de la société française, mais également à l’étranger (aux USA avec la contestation noire, La guerre du Vietnam, et les grèves ouvrières en Allemagne, en Italie, en Belgique et au Japon).
Joël Servy