vendredi 22 novembre 2019
Édito
Les cheminots qui, vendredi, ont décidé de ne pas travailler ont délibérément pris en otage les usagers. Les conséquences de ce mouvement n’étaient pas acceptables.
Questions à...
Né au Creusot, Gilles Lagarde dont les parents sont à Saint-Jean de Trézy, occupe la fonction prestigieuse de Directeur de Cabinet du Président du Sénat, le 2ème personnage de l’Etat.
Gilles Lagarde a accordé une longue interview à creusot-infos. Il parle de sa fonction, du Président Larcher et du Sénat, mais aussi de la Saône-et-Loire et du Creusot.
«La Bourgogne est reconnue mondialement...» déclare le Président de Paris 2024 dans une interview à creusot-infos.
Le leader de l’opposition, qui avait échoué de peu en 2014, sera bien à nouveau candidat. Sa liste et son projet seront dévoilés en janvier. Mais Charles Landre a déjà donné quelques pistes dans une interview à creusot-infos.
«Un projet neuf et des pratiques nouvelles»
«L’élection sera le statuquo ou innover»
«Il faut rendre la ville attractive»
«Les quartiers ont besoin d’une action humaine»
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

LE CREUSOT : Les caméras sont arrivées à la cité du Tennis

06/11/2019 03:15Lu 5860 foisImprimer l’article
Elles sont de deux types. Pour la lecture des plaques d'immatriculation ; et pour la reconnaissance des personnes. Elles doivent permettre de mieux lutter contre les trafics de stupéfiants.
Leurs installations avaient été annoncées pour l'automne. C'est fait ! La vidéo-protection est donc arrivée à la cité du Tennis au Creusot, avec treize caméras de deux types.
Neuf caméras de type VPI, permettant la lecture de plaques d’immatriculation des véhicules circulant aux abords du quartier du Tennis encadré par la rue de la Paix, la rue Baptiste Marcet, la rue des Acacias, la rue Albert 1er et le Boulevard des Abattoirs.
Mais aussi quatre caméras de type dôme PTZ, de reconnaissance de personnes, positionnées aux abords des bâtiments, à l’intérieur du périmètre. Et toujours sur les voies publiques ou dans des espaces ouverts au public.
Les images sont d’abord stockées, puis auto-effacées au bout d’un laps de temps, si aucun fait majeur n’est à déplorer, sans n’avoir été nullement visionnées.
Il est utile de rappeler qu'en cas d'événement grave, l’accès aux images est réglementé et doit s’effectuer dans un local sécurisé et isolé, par des personnes dûment habilitées. Les images sont renvoyées  directement les images au commissariat de Police du Creusot, afin de faciliter le travail des forces de l’ordre.


Comme elles avaient été annoncées, les habitants de la cité n'ont pas été spécialement surpris de leur arrivée. Si certains pensent que cela ne changera rien, comme cette habitante qui estime «que les petits dealers vont avoir vite fait de se déplacer de quelques centaines de mètres pour continuer de faire du trafic», il n'en demeure pas moins que pour beaucoup «ces caméras sont incontestablement un plus». Ainsi, sur le chemin de l'école, une mère de famille est catégorique. «Depuis que c'est filmé en bas de la tour, il y a moins de monde le soir. On voit beaucoup moins de voitures venir et repartir au bout quelques poignées de seconde. Je pense que c'est dissuasif».
Un bientôt quadragénaire veut aussi y croire : «Il n'y a pas de raison que le système de vidéo-surveillance ne produise pas des effets positifs. En tout cas, depuis l'opération anti-drogue qui a eu lieu au début du mois d'octobre, il est clair qu'il y a quand même moins de mouvements sur le quartier. Et puis j'ai comme le sentiment que la Police passe plus qu'avant. Alors avec les caméras j'espère bien que les revendeurs de drogue vont partir ailleurs. Oui le trafic va continuer, mais ailleurs. Moi ça me satisfait. Je veux juste que mes enfants ne tombent pas nez à nez avec des dealers».
Il faudra sans doute attendre quelques semaines ou mois pour avoir de vrais retours sur l'installation du dispositif. «De toute façon ça ne peut pas faire de mal quartier», assurent de concert plusieurs habitants.
A.B.