jeudi 24 mai 2018
Édito
Le devoir de mémoire ne doit pas être une option. C’est une obligation et en ce sens, il est particulièrement regrettable que les enfants des écoles du Creusot ne soient pas plus impliqués dans les commémorations. Que ce soit le 11 novembre ou le 8 mai.
Questions à...
Alors que le championnat se termine, Dominique Juillot se livre dans une interview vérité. Il se projette dans l’avenir et dessine ce que devra être l’Elan Chalon 2018/2019. Avec des jeunes. Avec, pourquoi pas, un retour de John Roberson…
Le tourisme en Saône-et-Loire est sur un vent porteur. 2018 sera d’abord l’année du vélo et 2019 sera l’année de l’œnotourisme annonce Elisabeth Roblot, dans une interview à creusot-infos.
L’ancien Ministre sera ce mercredi à Mâcon pour une visite d’expertise. Il se confie dans une interview à creusot-infos :
«André Accary a eu raison de lancer le recrutement de médecins»
«RCEA : On a perdu de belles années»
«Je soutiens la réforme de la SNCF. L’ouverture des lignes à la concurrence est une bonne chose»
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

LE CREUSOT : Le Prix de Poésie Georges Riguet 2018 à la Creusotine Jocelyne Arveux

22/04/2018 10:20Lu 2010 foisImprimer l’article
Le patient préféré de la lauréate, alors aide-soignante, était... Georges Riguet...
«Je me dépêchais de finir ma tournée pour passer un maximum de temps en sa compagnie», a révélé Jocelyne Arveux.
Placé sous la Présidence d’Honneur de David Marti, Maire du Creusot, le Prix de Poésie Georges Riguet entend perpétuer la mémoire, dans la ville où il a vécu, d’un écrivain particulièrement talentueux et fécond de Saône-et-Loire.
David Marti s’est tout d’abord félicité de l’attribution du Prix Georges Riguet à une Creusotine pure souche et a lu un extrait de « Mozart », un texte de Jocelyne Arveux qui l’a particulièrement interpelé.
Cette manifestation créée en 1999 a eu lieu pour la 20ème (et dernière fois) ce samedi dans le salon d’honneur du Château de la Verrerie. Le résumé des précédentes allocutions de Maurice Riguet a précédé un dit de poèmes et plusieurs interprétations musicales mêlant chant, clarinette et accordéon. Le Prix, doté de 50 bouteilles de vins offertes par des viticulteurs de la Côte chalonnaise (domaine Besson de Givry, domaine Monneret de Saint-Mard-de-Vaux et domaine Ragot de Givry) a ensuite été remis à Jocelyne Arveux pour son œuvre « Les Horizons clandestins ».
Après avoir travaillé en imprimerie puis comme aide-soignante auprès de différents publics, Jocelyne Arveux s’est consacrée à l’écriture, au dessin à la sculpture et à la guitare classique lorsqu’elle était plus jeune. L’œuvre couronnée ce samedi présente une trentaine de textes illustrés témoignant d’un regard visionnaire et d’une incontestable maîtrise de l’écriture poétique. Les chats, la solitude, Mozart ou encore Chopin, Jocelyne Arveux n’a pas de thème particulier, l’écriture lui vient naturellement au gré de ses inspirations et de ses humeurs. La poésie l’a toujours attirée « des rêves de petite fille » ajoute-t-elle.
Lorsque Jocelyne Arveux était aide-soignante, son « patient préféré » était Georges Riguet qu’elle a côtoyé pendant près de deux ans. « Je me dépêchais de finir ma tournée pour passer un maximum de temps en sa compagnie. Nous avons beaucoup ri et nous avons beaucoup parlé poésie. Le contact humain était formidable. Il était aussi grand amateur de chocolat noir, il lui fallait résister au chemin de la tentation».
Renée Monamy, Présidente du Jury, composé de Marie-Odile Goudet, Emmanuel Mère, Maurice Riguet a souligné le talent de Jocelyne Arveux qui a su s’imposer devant de nombreux candidats
Le vin d’honneur a été offert par la Municipalité à la fin de cette sympathique rencontre culturelle, où poésie, musique et bons vins se mêlent joyeusement… Pour la dernière fois hélas !
Joël Servy