mercredi 22 novembre 2017
Sondage
Appréciez-vous le passage à l'heure d'hiver ?
Questions à...
Dans une interview à creusot-infos, André Accary, président du conseil départemental évoque le débat d’orientation budgétaire programmé ce jeudi, avec un fort volume d’investissements. Avec aussi des annonces :
Le Président de l'Elan Chalon se confie dans une longue interview vérité.
«Le club vit une des périodes les plus difficiles qu'il a connues»
«L’équipe est traumatisée et cabossée»
«L'Elan est malade mais on a commencé la thérapie»
> Vie locale > Le Creusot

LE CREUSOT : Le premier Bistrot Mémoire sur la maladie d’Alzheimer a eu lieu

14/11/2017 07:30Lu 1923 foisImprimer l’article
Le sujet traitait de la prise en charge nutritionnelle du patient atteint d’Alzheimer. Il était animé par Clémence Taballet, diététicienne API Restauration. Catherine Desplanches, adjointe déléguée aux solidarités, au CCAS et aux personnes âgées représentait la municipalité.
Il s’est déroulé au Creusot Hôtel ce lundi en présence d’une assistance plus que confidentielle due à une erreur de planification.  C’est bien regrettable lorsque l’on sait qu’il y a 900 000 malades en France, qu’il y a 225 000 nouveaux cas chaque année et qu’il y aura sans doute 1 300 000 personnes concernées en 2020 du fait du vieillissement de la population. Rares sont les familles qui ne sont ou n’ont pas été confrontées à cette maladie.
A ce jour, il n’existe aucun remède, ce qui impose une approche centrée sur la personne. 40% des patients atteints de troubles cognitifs présentent une dénutrition. La perte de poids est un symptôme qui révèle la sévérité de la maladie. Les conséquences de la perte de poids sont de plus en plus dramatiques avec en cascade la diminution de la masse musculaire, de la force musculaire, des capacités motrices, l’augmentation du risque de chutes et de fractures et l’aggravation du handicap. Au contraire, la prise de poids maintiendra le niveau cognitif et ralentira l’évolution de la maladie.
Au niveau alimentaire, le stade léger entraîne une perte de mémoire (j’ai déjà mangé ou pas?) et un jugement amoindri. Le stade modéré peut avoir comme conséquences la constipation, la déshydratation, la perte d’appétit ou la suralimentation, un manque de concentration, le refus de la nourriture, la baisse de la vue, de l’agitation ou des sautes d’humeur. Le stade avancé, bien plus grave,  se traduit par une perte d’appétit notoire, des problèmes de mastication et de déglutition jusqu’à l’incapacité à se nourrir.
Cela se traduit progressivement par la stimulation du patient, l’incapacité à se servir d’une fourchette (couverts adaptés, puis cuiller, puis manger-main et impossibilité de se nourrir seul). Le manger-main implique en priorité l’adhésion du patient, la formation du personnel soignant et des cuisines et l’explication du projet à l’entourage. Les objectifs du manger-main sont : garder son autonomie le plus longtemps possible, retrouver une relation positive avec la nourriture, reprendre du poids, retrouver l’estime de soi et le regard revalorisé des proches.
C’est pourquoi une prise en charge nutritionnelle indispensable doit être précoce et adaptée malgré toute sa complexité. Le café mémoire s’est bien sûr achevé par le traditionnel questions-réponses.
Le prochain Bistrot Mémoire aura lieu lundi 11 décembre de 14h à 16h30 au restaurant Le Creusot Hôtel. Le thème « La maladie, symptômes, diagnostic» sera animé par Madame Petit, gériatre.
Joël Servy

Dates à retenir : 11 décembre, 22 janvier, 12 février, 12 mars, 23 avril. Le Bistrot Mémoire est ouvert à tous, sans inscription, ni engagement.