lundi 17 juin 2019

Autun
Augustodunum

Le grand spectacle historique

son et lumiere de la Bourgogne

Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Alors qu’ils sont officiellement présentés ce jeudi à 18h30, Jérémy Pinto lève un coin du voile sur les 42 rendez-vous programmés.
Nicolas Pommerel est le nouvel entraîneur du Creusot, avec Eric Catinot pour les arrières et Vuli pour les avants.
Avant la reprise de juin, Nicolas Pommerel se confie dans une interview à creusot-infos.
Le vice-président de la Région Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées est catégorique : «On sait s’adapter, on sait être réactif et on peut voter un financement exceptionnel»
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

LE CREUSOT : La médiathèque à l’heure de la grande guerre

19/09/2018 11:35Lu 2220 foisImprimer l’article
C’est une très belle exposition, concoctée par l’Académie François Bourdon, qui vient de s’installer à la Médiathèque. La première d’un long cycle d’événements consacrés à la 1ère guerre mondiale.
C’est ainsi. Le Creusot et ses usines se sont retrouvés en 1ère ligne pour la 1ère guerre mondiale. Puisque 400 chars de combat, fabriqués dans les ateliers Schneider, avaient pris la direction du front à Verdun… C’est une des nombreuses informations que l’on peut découvrir en parcourant l’exposition consacrée à la grande guerre qui a été officiellement inaugurée, mardi soir, à la Médiathèque.
Si Le Creusot a contribué pour 400 chars, c’est ensuite Renault qui avait pris la suite avec 4000 unités. «Mais l’expérience Schneider a servi à Renault» a souligné Michel Prétet, ancien Président de l’Académie François Bourdon, qui parle comme un livre.
Il a aussi expliqué comment on avait fait venir des ouvriers du monde entier, et notamment des Chinois et des Serbes pour travailler dans les usines. Rappelé que la gare de la Mouillelongue avait été construite en 1917, et livré beaucoup d’autres infos et anecdotes que l’on peut retrouver au fil de l’expo. Les visiteurs pourront ainsi découvrir une plaque de Louis Renault qui remercie Le Creusot.
Jérémy Pinto, adjoint au Maire du Creusot, en charge de la culture, a salué «ces fragments de l’histoire» qui ont été rassemblés et mis en lumière pour être découverts par le plus grand nombre. Il a aussi souligné qu’il y avait forcément de la symbolique à voir que l’expo est présentée rue Edith Cavell, cette infirmière anglaise qui, en Belgique, a contribué à nombre d’évasions. En France, seulement une vingtaine de villes lui rendent hommage avec une rue ou une place. «Et au Creusot cette rue a été baptisée de son nom, avant la fin de la guerre», a complété Michel Prétet.
Alain BOLLERY

L’exposition à la Médiathèque
est à découvrir jusqu’au 10 novembre.