jeudi 19 septembre 2019

Offre «Foire»

-15% sur les portails et leur motorisation*

-5% sur les portes de garage**

Hall 3 – Stands 85/87/89

Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Le lundi 9 septembre 2019 restera dans l’histoire pour l’Hôtel-Dieu du Creusot, avec la première intervention chirurgicale réalisée avec le robot chirurgical, le 1er de Saône-et-Loire.
Le Docteur Jean-Philibert Combier a réagi dans une interview exclusive à creusot-infos.
«Le robot ne remplace pas le chirurgien. Il exécute ses gestes. C’est un progrès considérable»
«C’est capital pour recruter de jeunes médecins»
«Le Maire du Creusot a eu une vision d’avenir et de progrès sur ce dossier stratégique»
Vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées et de l’apprentissage, Stéphane Guiguet détaille l’implication de la Région en matière d’investissements, mais aussi pour «le pouvoir d’achat des lycéens et de leurs familles».
Le conseil départemental est mobilisé pour les Collèges. C’est que ce le Président André Accary a annoncé, ce jeudi matin, à Montchanin, où il a fait sa rentrée des classes.
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

LE CREUSOT : La grève au service des Urgences de l'Hôtel-Dieu est maintenue et le conflit continue

08/08/2019 14:45Lu 6738 foisImprimer l’article
Actualisé jeudi à 17h45.
les réactions de Murat Berberoglu (FO) et du Directeur Philippe Bucheret.

Les réactions

Murat Berberoglu (FO) : Il faut que la direction reconsidère sa façon d'échanger avec les représentants syndicaux

«Aujourd'hui on gagne, mais ce n'est pas une question de victoire ou de défaite parce qu'aujourd'hui, les gens ne sont toujours pas bien. Il y a un clivage dans le service et l'ambiance n'est pas bonne, il y a des salariés en dépression, il y a des problèmes liés aux pressions dans le service avec des gens qui ont peur de se mettre en grève, c'est pour cela aussi que le taux de grévistes a baissé. Certains ont peur des représailles, en l'occurrence il y a une salariée qui est convoquée pour un entretien préalable à sanction, sanction qui peut aller jusqu'au licenciement. Nous avons même une salariée qui a été agressée... et nous verrons les suites à donner. Derrière tout cela, nous estimons que les assignons abusifs qui ont eu lieu le lundi 29 juillet sont pour nous, faits pour faire de l'obstruction au droit de grève. Il est évident avec tout ça, que les salariés ne sont pas bien et ont peur de représailles de la part de la direction, qui nous avait signifié qu'elle était dans le dialogue depuis le début du mouvement alors qu'en fait, oui on échange, mais en fait ils ne veulent rien modifier, ils viennent et c'est toujours à prendre ou à laisser... À un moment, il faut que les responsables changent leur fusil d'épaule et reconsidèrent aussi leurs façons de discuter et d'échanger avec les représentants syndicaux...».

Philippe Bucheret : C'est très regrettable !

Au cours d'une conférence de presse qui succédait à l'assemblée générale, le directeur de l’hôpital du Creusot, a tout d'abord rappelé l'évolution très marquée selon lui, des personnels qui se déclarent grévistes : « On a pris acte de la volonté très partagée des personnels, puisque 12 expressions sont pour le maintien de la grève au regard de 10 autres personnels qui souhaitaient l'arrêt du mouvement. Bien évidemment on déplore complètement cette prise de position.  Pourquoi ? Ce qui a été proposé dans le cadre du protocole va clairement dans le sens des revendications et répond sur tous les points des thématiques des revendications . C'est évident que ces propositions sont clairement et directement attachées à l'accord des parties. Il y a rejet du protocole d'accord et donc des propositions formulées, et qu'à partir de là, aujourd'hui il n'y a plus de propositions par définition. En ce sens, c'est évidemment regrettable, c'est très regrettable parce qu'avant tout je pense aux équipes, je pense aux salariés avec qui nous avons concerté de nombreuses fois. À en juger le résultat du vote, certains ont considéré nos propositions recevables, sinon on ne serait pas à résultat à 10-12. Forcément, j'imagine ces personnes très déçues parce que aujourd'hui, il n'y a plus de propositions. Je pense évidemment, parce que c'est notre premier métier aux patients, aux soins, aux projets, au projet  médical, au projet de services, au projet d'établissement... On a beaucoup d'ambitions pour cela, servir les besoins et l'intérêt de la population, et que évidement ce sont des prises de positions bien regrettables qui en tout cas ne sont pas le reflet d'une volonté d'avancer, par définition. Si d'aventure nous avions tout bloqué, si nous n'avions fait aucune proposition, si nous avions fait des propositions complètement  décalées par rapport aux demandes et aux revendications, on pourrait s'interroger et en tout cas entendre, mais pour le coup ce n'est pas le cas. C'est donc en ce sens que ceci est bien regrettable...».





Ce jeudi en début d'après-midi, les personnels du service des Urgences étaient rassemblés en Assemblée Générale et à l'issue de cette dernière, le mouvement de grève a été maintenu.
23 personnes étaient appelés à voter, 22 d'entre eux ont voté avec pour résultat 12 voix pour le maintien de la grève et 10 contre le maintien de la grève. Soit une poursuite du mouvement de grève voté à 55%.

D'autres développements plus tard sur creusot-infos

Communiqué :
La direction de l’hôpital du Creusot, régulièrement en dialogue avec les personnels du service des Urgences en grève depuis le 21 mai 2019 dans le cadre du mouvement national, salue l’état d’esprit de la grande majorité des personnels qui exprime la volonté d’une part de mettre un terme au mouvement, compte tenu des propositions faites par la direction et, d’autre part de poursuivre les travaux engagés au sein du service.
Ces personnels, très soucieux d’assurer la meilleure prise en charge des patients, veulent œuvrer dans le sens des propositions de la direction.
Dès le 8 août 2019, toute l’équipe des Urgences accueillera les patients dans les nouveaux locaux livrés depuis fin mai. La suite des travaux pourra donc reprendre dès septembre.
En effet, la direction a inscrit ses réponses aux revendications dans le cadre d’un protocole de fin de conflit, protocole qui a été soumis le 2 août 2019 au syndicat FO, lequel n’a cependant pas retenu de le signer à ce jour indiquant ne pas avoir le mandat des grévistes pour cela.
La direction note cependant que depuis déjà une dizaine de jours sont déclarées quotidiennement 2 à 4 intentions de grève sur 28 personnes salariées. Au jour de ce communiqué 2 personnes sont déclarées grévistes. Au regard de cela, la direction a demandé à ce que l’ensemble du personnel soit consulté sur le protocole de la direction et sur la suite à donner au mouvement ; les personnels étant eux-mêmes demandeurs de cette consultation en Assemblée Générale.
Le syndicat FO vient d’informer la direction de l’hôpital du Creusot de la tenue de cette consultation dans les prochains jours.
Philippe BUCHERET
Directeur