vendredi 15 décembre 2017
Sondage
Le Président de l'Assemblée Nationale a-t-il eu raison de sanctionner le «député Insoumis» François Ruffin ?
Questions à...
Pierre Doucet de Jean-Paul Pelloux sont catégoriques : Demain plus qu'aujourd'hui et hier, la formation sera capitale pour un club comme Le Creusot.
Le Président du Comité de Bourgogne, candidat à la présidence de la nouvelle Ligue de Bourgogne – Franche-Comté a accordé une interview vérité à creusot-infos. Sans langue de bois, il place les acteurs du rugby face à leurs responsabilités.
Le leader de l’opposition municipale, dans une interview à creusot-infos parle de la réunion mi-mandat, des chantiers en cours dans la ville du Creusot. Il évoque aussi l’avenir. Il prépare les échéances de 2020. Au Creusot, mais aussi au Breuil, à Torcy, à St-Sernin du Bois.
> Vie locale > Le Creusot

LE CREUSOT : La «chenille» à nouveau dans la place pour la fête foraine

10/08/2017 21:18Lu 3839 foisImprimer l’article
C’est une nouvelle structure et de nouvelles «voitures» qui sont mises en place. Que l’on se rassure, la «chenille» sera bien sur la place Schneider à partir de ce week-end !
Sur la fête foraine du Creusot, appelée plus historiquement fête patronale de la Saint-Laurent, Lambert & fils est une vraie marque peut-on dire. Une marque à laquelle est associée la fameuse chenille. Le père Serge Lambert avait installé ce manège devenu incontournable, et le fils John a pris la suite. «J’ai quand même 46 ans et je suis moi-même né au Creusot, donc la fête ici, on s’y arrête depuis plusieurs décennies», remarque-t-il.
Le manège évoqué datant des années 1960 voire 1970, il a donc décidé cette saison d’offrir une seconde jeunesse à son affaire. Depuis les premières festivités 2017, en mars dernier pour lui, John Lambert est aux commandes de L’Antartic, et les tours à une vitesse folle se compteraient déjà en nombre important. Au Creusot à partir de ce week-end, c'est la première fois qu'il fera tourner en Saône-et-Loire.
«L’ancien manège avait fait son temps. Avec ce nouveau manège, on garde le principe de la chenille qui plait beaucoup, mais les sensations ne sont pas tout à fait les mêmes et la vitesse est meilleure», explique le propriétaire et gérant, ne tenant tout de même pas à trop en dévoiler sur les caractéristiques et les capacités techniques de cette nouvelle «chenille», faite de 20 voitures pouvant contenir chacune quatre personnes assez aisément. Niveau tarifs, John Lambert assure que les mêmes bases sont appliquées par rapport à l’ancien manège.
Nul doute que le concept ravira une nouvelle fois du monde sur cette fête foraine gardant ses attraits pour les enfants, les adolescents et les familles. L’ouverture des festivités aux publics est annoncée dans la journée de vendredi. Elles seront à la portée de toutes et tous durant une dizaine de jours sur la place Schneider.
Alix BERTHIER