samedi 16 décembre 2017
Sondage
Le Président de l'Assemblée Nationale a-t-il eu raison de sanctionner le «député Insoumis» François Ruffin ?
Questions à...
Le vice-président du Conseil Régional Bourgogne - Franche-Comté en charge de l’économie a répondu à nos questions.
Elu d’opposition de droite à la Région, Gérard Gordat a répondu à nos questions sur son domaine de prédilection : L’agriculture.
Pierre Doucet de Jean-Paul Pelloux sont catégoriques : Demain plus qu'aujourd'hui et hier, la formation sera capitale pour un club comme Le Creusot.
> Vie locale > Le Creusot

LE CREUSOT : Jean-Pierre Dudragne raccroche les ciseaux … après plus de 60 années d'activité

06/12/2017 13:30Lu 5896 foisImprimer l’article
C'est une vraie figure du commerce creusotin, Jean-Pierre Dudragne, coiffeur de 77 ans qui va définitivement ranger ses ciseaux le 31 décembre après avoir coupé des cheveux pendant 63 années.
La coiffure c'est une vraie histoire de famille chez les Dudragne ; en effet Jean-Pierre qui officie route de Montcenis depuis ses débuts en 1954 comme apprenti dans le salon de sa mère a passé sa passion à sa fille Frédérique qui a son salon à la Croix-Menée. Mais également son épouse Nicole et son gendre Alain qui tient le salon Coiffure Alain à Marmagne ont perpétué la tradition familiale ; car comme Obélix qui est tombé dans la marmite de potion magique étant petit, on peut affirmer sans trop exagérer que Jean-Pierre est né avec une paire de ciseaux dans les mains.
C'est à 14 ans en effet que le jeune Jean-Pierre entame son apprentissage en coiffure après avoir terminé ses études élémentaires ; "ma mère tenait le salon qui était "hommes/femmes" à l'époque et qui était plus grand qu'aujourd'hui.
Elle le tenait de son ancienne patronne qui exerçait au même endroit et tout naturellement je me suis destiné à devenir coiffeur".
Celui qui est une vraie "Mémoire vivante de son quartier" nous évoque un souvenir datant de 1956 où "il faisait si froid que quand nous jetions la mousse et l'eau des shampooings, l'eau figeait quasiment aussitôt. À l'époque même les Usines fonctionnaient au ralenti à cause du froid mais M. Schneider n'avait mis personne en chômage technique, c'est dire si à l'époque il y avait du travail et des richesses".  
Et pour confirmer ses propos et démontrer la vitalité économique de la route de Montcenis à l'époque, il nous précise qu'il y avait "à l'époque 3 bouchers, 3 épiceries et 3 bars sur un peu plus de 100 mètres du lycée jusqu'à la Couronne. Sans parler du cinéma". C'est vraiment la mémoire du quartier quand il nous apprend que l'ancienne ouvreuse du cinéma qui habitait juste à côté du cinéma venait de mourir à 88 ans il y a moins de 15 jours ; Jean-Pierre est donc maintenant le plus ancien de la rue, lui qui était déjà le plus ancien commerçant du Creusot encore en activité depuis que le départ de M. Clerget et la fermeture de sa quincaillerie.
Jean-Pierre a donc été un témoin privilégié de la mutation de son quartier et de sa ville, lui qui a vu défiler des générations entières de Creusotins pendant plus de 60 ans.
Si je prends mon exemple personnel, mon grand-père, mon père et mes oncles allaient "chez le Jean-Pierre à la Molette" comme ils aimaient le dire ; moi-même par héritage familial ou par imitation, j'ai pris la direction de la route de Montcenis un jour de Juin 1999. Je m'en souviens très bien car c'était le jour de mon oral de bac de Français que je venais de passer au lycée qui à l'époque s'appelait encore lycée Lavoisier. C'était un mardi matin, je passais mon épreuve en tout début de matinée et je me souviens que soulagé d'en avoir terminé avec ma prestation orale, je m'étais rendu dans le salon pour changer de tête dès 9h du matin". Et depuis ce jour, je me suis rendu souvent "Chez Jean-Pierre" et malgré les mutations professionnelles ou les déménagements, je suis toujours revenu "retrouver mon coiffeur et sa coupe mode".
Le samedi 30 décembre prochain, une page va donc définitivement se tourner avec la dernière journée de travail pour notre fringant septuagénaire qui remercie ses nombreux clients pour l'avoir suivi pendant toutes ses années et pour leur fidélité ; c'est donc une nouvelle vie qui s'ouvre pour Jean-Pierre qui ne s'est pas encore projeté sur ses activités futures. Mais philosophe et toujours plein de bon sens, Jean-Pierre rappelle que "dans une maison, il y a toujours quelque chose à faire pour l'entretenir et nous profiterons un peu plus de notre pied-à-terre dans le Sud de la France avec mon épouse".
Pour tous ceux qui souhaitent venir dire un petit au revoir à Jean-Pierre ou pour venir se faire faire une dernière coupe route de Montcenis, vous avez jusqu'au samedi 30 ; pour rappel, les horaires d'ouverture sont mardi, mercredi et vendredi de 8h30 à 11h45 et de 14h à 18h ainsi que le samedi matin de 8h à 12h.
Nicolas AKCHICHE