mercredi 17 juillet 2019
Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Vice-présidente du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté en charge des sports, Laëtitia Martinez, dans une interview, évoque l’engouement autour du mondial féminin. Elle souligne aussi la démarche volontariste de la Région pour développer et soutenir le sport féminin.
Juste avant les grandes vacances, le Maire David Marti se livre dans une interview à creusot-infos.
Gratuité à la piscine, espace Simone Veil, démolition de la Tour Jaurès et à la Molette, travaux dans les équipements sportifs… Le Maire répond aussi au sujet des prochaines élections municipales.
Le Député de Saône-et-Loire veut redonner du pouvoir aux Maires et encore plus dans les intercommunalités. Rémy Rebeyrotte a aussi dit ce qu’il pense de la menace de rétention des notes du Bac.
Municipales : «Nous avons des Marcheurs dans les deux majorités au Creusot et à Autun…»
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

LE CREUSOT : Interview du Maire David Marti

01/07/2019 03:17Lu 4967 foisImprimer l’article
Juste avant les grandes vacances, le Maire David Marti se livre dans une interview à creusot-infos.
Gratuité à la piscine, espace Simone Veil, démolition de la Tour Jaurès et à la Molette, travaux dans les équipements sportifs… Le Maire répond aussi au sujet des prochaines élections municipales.
Ce dernier week-end de juin est arrivé sous le signe de la canicule, avec beaucoup de monde au centre nautique. Qu’est ce qui vous a convaincu d’opter pour une nouvelle saison avec beaucoup de gratuité ?
DAVID MARTI : «La gratuité c’est ce que nous avions décidé pour l’été 2018. Et dès les premières semaines de l’été 2018, j’avais dit à mon équipe, qu’il s’était passé quelque chose. On nous avait prédit la catastrophe avec la gratuité et c’est l’inverse qui s’était passé…»

C’est-à-dire ?
«Que ce soit pour l’accueil, pour l’encadrement, la surveillance ou la sécurité, je n’avais eu que des avis positifs. Des gens avaient été critiques à l’annonce et ils sont venus tous les jours ou très souvent. Mais surtout c’est l’été le plus calme que nous ayons eu. La mixité des publics avait été formidable. Je me suis alors dit : Il faut faire quelque chose. C’est pour cela que nous avons décidé d’une gratuité différente. Tout le temps pour les jeunes et le week-end pour les adultes domiciliés au Creusot. Même si avec une grosse affluence c’est un peu difficile à gérer pour les cartes d’identité, on nous dit merci».

C’est une nouvelle façon de voir un équipement comme une piscine ?
«C’est pour moi une belle expression de ce que peut être le service public et encore plus en période de chaleur. Quand les gens sont entourés et encadrés, il y a moins de risques. Si cette année c’est encore positif et si je suis encore là l’année prochaine, je souhaite que cela soit reconduit. Cela vient en complément de ce que l’on propose l’été».

C’est quoi pour vous Le Creusot, l’été ?
«Le Creusot a maintenant une vraie vie d’été. On a une grosse animation au travers des Beaux Bagages. Cette dynamique est une réalité et ces rendez-vous d’été sont maintenant attendus. On vient même d’autres villes pour en profiter. Nous avons aussi amélioré les services de transport. Pour les Beaux Bagages. Mais aussi avec un bus qui maintenant va jusqu’au Parc des Combes».

L’espace Simone Veil ne sera pas inauguré le 6 juillet comme prévu. Pourquoi ?
«Oui nous avions prévu d’inaugurer l’espace Simone Veil dans son ensemble. On avait un petit doute sur l’œuvre utile. C’est le cas. On n’a pas de certitudes sur la fin des travaux, pour des raisons techniques liées à la construction de l’ouvre. On a donc décidé de repousser l’inauguration à l’automne. Mais en attendant nous avons ouvert le bâtiment qui accueille les guichets pour l’eau et le transport. Mais aussi une borne de la SNCF pour les billets grandes lignes, dont les billets TGV. La promesse a été tenue, les engagements respectés».

Quand la barre du Lycée Jaurès sera-t-elle démolie ?
«Elle a déjà vocation a être démolie, pour libérer de l’espace, pour un quartier moderne. On dit qu’il faut du logement adapté pour les nouveaux arrivants au Creusot. Ce sera la vocation du quartier, juste en face du site technopolitain.
La démolition aura lieu en 2021. Je rappelle que le périmètre de l’opération cœur de ville s’étend de Jaurès à la rue Foch».

Et à la Molette, à quand la première démolition ? Et à Harfleur ?
«L’OPAC  a donné un calendrier. Le premier bâtiment, qui est en cours de désamiantage, sera démoli d’ici la fin de l’année. Le second au printemps. A Harfleur nous sommes dans la poursuite du programme. Il reste des relogements à réaliser. Je rappelle qu’on est dans le dispositif ANRU».

Est-il toujours d'actualité que le Foyer des Jeunes Travailleurs soit construit sur ce secteur ?
«Cela peut être structurant, mais ce n’est pas acquis. Mais on verra aussi pour d’autres constructions, car c’est un secteur attractif».

Quel avenir pour le site Chanliau ?
«Déjà l’OPAC a laissé le Tennis et a installé ses bureaux à Chanliau. On verra plus tard pour la suite».

Où en est-on à Mach 2 ?
«Le centre de santé et la maison de santé ouvriront à l’horizon de l’automne. Tout comme les derniers bâtiments tertiaires. Mais je rappelle que Mach 2 c’est aussi le cinéma et la nouvelle brasserie. Pour le multiplexe cinématographique on a la confirmation que c’est possible. Ce sera un très beau projet. Le multiplexe sera circulaire, vitré et coloré».

Quelles sont les perspectives pour les travaux liés aux équipements sportifs?
«Au Parc des sports, le lancement des travaux pour les nouveaux vestiaires est imminent. La mise en conformité du stade sera effective pour la prochaine saison. Les travaux au Stade Jean Garnier pour la piste et pour le service des sports vont aussi être lancés.  Enfin à Jouffroy, on poursuit les aménagements. Le bâtiment au service des associations sera plein et les travaux vont débuter pour la salle du full contact et pour la salle de boxe».

Quand auront lieu les travaux avenue de Verdun ?
«Pour ne pas trop perturber les circulations, les travaux de l’avenue de Verdun débuteront une fois les travaux de la rue de l’Etang de la Forge terminés. Il est important de souligner que la rue de l’Etang de la Forge restera à double sens et que le cheminement des piétons sera protégé».

Quand le nouveau marteau pilon sera-t-il inauguré ?
«Déjà l’éclairage va être mis en place dans les prochaines semaines. Tout le monde s’accorde à dire que le gris ardoise est magnifique. L’inauguration aura lieu aux alentours du 20 septembre. Car je rappelle que l’inauguration de son insallation au carrefour du 8 mai avait eu lieu il y aura 50 ans, le 20 septembre 1969».

Comment apprécier en été la mise en lumière du Château de la Verrerie ?
«C’est possible maintenant tous les jours. Nous avons en effet décidé de laisser les grilles du château ouvertes jusqu’à l’extinction de l’éclairage, tous les soirs de la semaine».

Serez-vous candidat en mars 2020 ?
«Ce n’est pas le moment de le dire. J’ai dit que je ne communiquerai pas maintenant, parce que je trouve qu’il est beaucoup trop tôt pour évoquer ce sujet. Il nous rester beaucoup de chantier à mener et à terminer. Nous sommes mobilisés avec mon équipe sur cet objectif».

Dans votre équipe il y a des élus qui se sont déclarés «Marcheurs». Envisagez vous de ne plus travailler avec eux, ou bien de continuer ?
«Au delà de ma candidature, au niveau de la majorité au Creusot, nous menons des projets avec des élus qui sont progressistes. Ce sont des gens qui veulent diriger la ville avec des projets qui avaient été définis dans notre programme. Il y a dans cette majorité des personnes de gauche, de centre gauche, du centre, de centre droit. Ils sont humanistes. Pour moi, rassembler c’est important et essentiel. Les gens nous parlent plus de cohérence que des étiquettes politiques. On attend des élus de la cohérence et du travail, bien plus que des étiquettes».
Recueilli par Alain BOLLERY