lundi 23 octobre 2017
Sondage
Craignez-vous une pénurie de carburant avec la grève des routiers ?
Questions à...
Vice-président du Conseil Régional en charge de l’économie, Jean-Claude Lagrange parle exportation, santé économique et enjeux de formations, dans une interview à creusot-infos.
Dans une interview à creusot-infos, la 1ère adjointe au Maire du Creusot, en charge des travaux, précise les choses au sujet du vaste chantier du pont de la gare.
Se déclarant «blessée» par les «attaques personnelles» qui l’ont visée, Marie-Guite Dufay répond à l’opposition. Notamment sur l’agriculture et les actions de la Bourgogne – Franche-Comté. Elle parle aussi apprentissage, lycées, tourisme…
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

LE CREUSOT : Il n’y a pas et il n’y aura certainement plus de concours hippique

12/08/2017 08:45Lu 5141 foisImprimer l’article
Le concours de saut d’obstacles du Creusot n’a pas pu être relancé. Les explications sont multiples.
Quand à la fin des années 70 avait germé l’idée d’organiser un concours de saut d’obstacles dans le Parc de la Verrerie au Creusot, le projet avait été jugé séduisant. Et de fait, le CSO du Creusot avait attiré quelques pointures et quelques noms. Avec des cavaliers de renom, avec aussi des people, comme le comédien Jean Rochefort.
Oui mais voilà, au fil du temps, le parcours dans le parc de la Verrerie est devenu si atypique que les cavaliers ont commencé à le bouder, par peur de voir leurs chevaux blessés, alors que l’histoire du concours ne témoignait pas d’une avalanche de blessures.
Mais le ressenti est parfois beaucoup plus fort que la réalité. Et c’est ainsi que les stars des CSO ont été nombreuses à demander un parcours en sable classique, plutôt que ce parcours en herbe vallonné qui demandait beaucoup de maîtrise et de technicité.
C’est ainsi qu’après l’édition de 2014, une pause a été marquée, avec la volonté de créer un parcours en sable sur les hauteurs de la ville, sur l’ancien terrain de baseball.
Oui mais voilà, cela n’a pas été possible et c’est donc non plus un concours national, mais un concours régional qui devait avoir lieu en ce second week-end du mois d’août, toujours sur l’herbe, au Parc de la Verrerie.
Il n’a pas lieu, faute d’inscriptions suffisantes, indique Catherine Revel, la présidente du comité d’organisation. Il devait présenter 15 épreuves avec 150 cavaliers. Lundi matin, le jour des dernières inscriptions, il n’y avait plus que six inscrits, contre quatorze le vendredi… Car des cavaliers inscrits, constatant le peu d’inscriptions, s’étaient désinscrits !
C’est donc la boule au ventre que Catherine Revel a jeté l’éponge. Elle s’est expliqué sur l’insuffisance d’inscriptions. Mais elle a aussi voulu refaire l’historique.
«En 2014, la ville avait accepté d’investir 80.000 euros et nous avions obtenu pour 2016, un accord pour une participation au financement de l’investissement, de l’Eperon, qui récolte des fonds. Mais compte tenu des restrictions budgétaires, Monsieur Marti a annulé la participation de la ville à hauteur de 80.000 euros. C’est pour cela que nous avions décidé de revenir dans le Parc, pour relancer le concours sous une forme régionale».
Comme toutes les dates du mois de juillet étaient occupées, c’est donc le second week-end du mois d’août qui avait été retenu.
Les cavaliers n’ont pas adhéré. «Je pense que c’est la fin définitive de l’aventure pour le Parc de la Verrerie. Je ne vois pas comment on pourra relancer un concours hippique au Creusot», constate amèrement Catherine Revel. Elle ne manque pas de noter aussi que petit à petit, un peu partout, les concours de saut d’obstacles disparaissent les uns après les autres.
Le Creusot était un concours différent, atypique, très technique. Il n’est plus, alors qu’il faisait le plein de spectateurs le dimanche. On peut effectivement le regretter.
Alain BOLLERY