lundi 26 février 2018
Édito
Personne n’a oublié que l’avocat de Nordahl Lelandais a défendu avec de la violence verbale son client en accusant les gendarmes et la justice dans l’affaire Maëlys.
Sondage
Approuvez-vous le principe de départs volontaires des fonctionnaires ?
Questions à...
Le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie, dans une interview à creusot-infos, parle de la bonne santé économique de la Saône-et-Loire, avec comme symbole le renouveau de Framatome, mais pas seulement…
«En Saône-et-Loire, 25% des emplois sont industriels»
«La plus forte amélioration du taux de chômage est dans la Communauté Urbaine»
«Faisons aimer les usines»
L’ancien secrétaire d’Etat à l’industrie de François Hollande répond à creusot-infos sur Framatome et sur l’avenir du nucléaire. Un dossier sur lequel il a été très impliqué quand il était à Bercy.
«Oui, je le dis clairement, en France il faut remplacer les anciennes centrales nucléaires par de nouvelles centrales EPR»
L’élue du Creusot est à la tête d’un budget important au Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté. Dans une interview elle trace les perspectives 2018. Avec un appel à projets pour l’ensemble des clubs.
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

LE CREUSOT : Il faut dégager le paysage...

15/07/2017 03:17Lu 7220 foisImprimer l’article
Tailler ou couper, il va falloir choisir...
Arbre à couper ou branches à tailler… Les services techniques de la ville et/ou les élus vont devoir choisir. En effet, historiquement parlant, l’implantation de l’usine SNECMA, dont le 30ème anniversaire de son inauguration est cette année, avait été savamment décidée, au cœur de la Plaine des Riaux, de sorte que les trois mâts de l’atelier soient parfaitement alignés avec l’entrée du Château de la Verrerie.
Pour une forme de voyage entre le passé et l’avenir du Creusot, avec les jardins des terrasses pour trait d’union. L’architecte avait parfaitement réussi son coup.
Problème : Depuis quelques semaines, la végétation sur les jardins des Terrasses est devenue un peu trop envahissante. Et désormais les visiteurs de l’écomusée, comme du Pavillon de l’Industrie, en sortant, ne voient plus le bel atelier qui demeure une très belle vitrine technologique et industrielle.
Il n’y a donc pas d’autre solution que de couper des branches ou bien carrément un arbre, pour qu’à nouveau les trois mâts de SNECMA soient à nouveau parfaitement visibles… Gageons que cela sera fait rapidement pour que les touristes puissent bénéficier d’un horizon parfaitement dégagé quand ils sont dans la cour du château et/ou qu’ils quittent celui-ci.
Alain BOLLERY