dimanche 30 avril 2017
Édito
La seule question est de savoir comment le pays va pouvoir rebondir après la fragmentation politique qui s’est produite ce dimanche 23 avril.
Sondage
Approuvez-vous la décision d’EDF de ne pas fermer immédiatement la centrale nucléaire de Fessenheim ?
> Vie locale > Le Creusot

LE CREUSOT : De l’humanité et des émotions au Petit Théâtre

19/03/2017 14:24Lu 1175 foisImprimer l’article
Le festival «Vivants !» s’est déroulé cette fin de semaine au Petit Théâtre du château de la Verrerie. Retour sur les festivités. Le Printemps des Initi'arts se poursuit la semaine prochaine.
Le festival avait débuté vendredi en début de soirée. Philippe Durand pour la Comédie de Saint-Étienne s’était alors installé dans le cadre intimiste du Petit Théâtre du château de la Verrerie, à «la table des Fralib», pour témoigner, d’après des propos recueillis auprès d’ouvriers, d’une lutte sociale mais aussi d’une aventure humaine faite de doutes, puis de convictions quant à une société (fabrication de thé dans les Bouches-du-Rhône) à conserver collectivement face aux signaux d’un capitalisme dégradant. Aujourd’hui, les ex-Fralib sont à la tête d’une coopérative, constituée après quatre années de combat…
En cette fin de semaine, la représentation mettant en scène des paroles pleines d'allant sudiste et surtout d’humanité a été jouée deux fois. Et par deux fois, la programmation a ensuite donné lieu à des concerts, celui de Benoit Dorémus (chanson française) le vendredi soir, et Turn on that Sound (pop folk) le samedi soir, sur une date inédite en quelque sorte puisque le groupe avait concocté un répertoire et une scène à la demande des organisateurs du festival.
L’accent sur la place de l’individu dans la société, et plus largement sur le vivre-ensemble, était bien de mise. Une approche réaffirmée aussi samedi en fin d’après-midi, lorsque la compagnie Arc en Scène d’Autun a fait place aux deux artistes Mété Arikan et Yann Lejeune pour le spectacle «A nous deux !»… Beaucoup de comédie et des échanges nous amenant à la réflexion sur ce qu’est le racisme, et même plus sur l’absurdité de celui-ci, de part et d’autre d’une frontière imaginaire qui ne rime à rien…
«Vivants !»… Au vu de la programmation et de l’esprit souhaité, l’intitulé du festival s’est confirmé sur la scène du Petit Théâtre, sans oublier les messages délivrés par Amnesty International autour d’une exposition portant sur la liberté d’expression. Dans un autre registre, le collectif de street-art La Coulure a permis, bombes de peinture comme moyens d’expressions colorés, de réaliser une fresque à plusieurs mains.
Ce deuxième temps fort du Printemps des Initi’arts était à la fois original et accessible, pensé dans une démarche d’ouverture à la réflexion collective et participative au travers de la Culture. Ce week-end était certes dense en termes d’activités, mais on peut dire que la faible affluence constatée (déjà moins de 70 entrées au total sur les rendez-vous de vendredi) est regrettable, compte-tenu du travail effectué et des festivités proposées. Bravo tout de même à Julien Thézé, Justine Jegard, Victoria Miguel et Fleur Lafosse.
«Les sens des arts» seront à découvrir ces mercredi 22 et jeudi 23 mars sur l’esplanade François Mitterrand.
Alix BERTHIER