mardi 12 novembre 2019

Au cœur du Golf d’Avoise, votre restaurant «L’Albatros» est ouvert à tous !

Nouveaux gérants - nouveau Chef de Cuisine

Ouverture exceptionnelle Lundi 11 Novembre midi

Édito
Les cheminots qui, vendredi, ont décidé de ne pas travailler ont délibérément pris en otage les usagers. Les conséquences de ce mouvement n’étaient pas acceptables.
Questions à...
Le leader de l’opposition, qui avait échoué de peu en 2014, sera bien à nouveau candidat. Sa liste et son projet seront dévoilés en janvier. Mais Charles Landre a déjà donné quelques pistes dans une interview à creusot-infos.
«Un projet neuf et des pratiques nouvelles»
«L’élection sera le statuquo ou innover»
«Il faut rendre la ville attractive»
«Les quartiers ont besoin d’une action humaine»
1er vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des transports, Michel Neugnot réagit au mouvement à la SNCF, revendiqué «droit de retrait» qui a privé de trains TER des milliers de voyageurs vendredi et qui s’est poursuivi…
«Tout est fait pour que la sécurité soit assurée»
«Sur un Dijon – Nevers pas question de supprimer les contrôleurs»
«Dans les Ardennes c’était un accident de la route»
«C’est un mauvais procès de dire qu’il y avait une situation d’insécurité faute de contrôleurs»
Dans une interview à creusot-infos il parle du Mondial au Japon, de l’équipe de France, du Top 14, du rugby trop violent et du Creusot.
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

LE CREUSOT : Charles Landre a fait sa rentrée avec de nombreux soutiens

02/09/2018 15:30Lu 7579 foisImprimer l’article
«Lorsque le projet est bon, avec une bonne organisation militante, on gagne», a lancé le leader de la droite au Creusot.
C’est au Breuil, au bord de l’étang d’Hervé Languinier, qu’il a tenu à remercier, que Charles Landre, le leader de l’opposition au Creusot, a fait sa rentrée politique, ce dimanche 2 septembre.
Et pour l’occasion, parmi ses soutiens, une belle brochette de personnalités. Le Sénateur Jean-Paul Emorine «qui n’a jamais failli dans son soutien», Marie-Claude Jarrot, maire de Montceau, Gilles Platret, maire de Chalon-sur-Saône et Président des Républicains de Saône-et-Loire, Stéphane Gros, maire d’Ormes, Eric Michoux, maire d’Epervans, Gérard Voisin, député honoraire, mais aussi les conseillers départementaux Marie-Thérèse Frizot et Lionel Duparay, et d’autres élus, dont Jean-Luc Gisclon, soutien de la première heure.
L’invité surprise du rendez-vous était Jean Hingray, maire de Remiremont dans les Vosges, «un élu qui s’est toujours battu pour ses valeurs» a souligné Charles Landre, évoquant aussi les points communs entre Remiremont et Le Creusot, «dont la désindustrialisation». Et Charles Landre d’ajouter : «Même si on ne fait pas partie du même territoire, il faut se parler».


Cette notion de dialogue et d’échange devait ensuite être mise en-avant par le leader de l’opposition au Creusot et porte-parole de l’opposition au conseil communautaire.

«Demain nous aurons besoin de partis forts»


Jean Hingray a d’abord fait part de son expérience de jeune élu. Quand on lui a fait comprendre qu’il fallait qu’il prenne «la porte des Républicains», ce qui l’a conduit à rejoindre le Centre d’Hervé Morin. Il a surtout insisté sur les fondamentaux de la politique : «Oui les gens attendent quelque chose de nous. Il faut former des gens et organiser des rencontres. Il faut aussi leur donner la parole et en ce sens, en Novembre, je vais faire voter mes habitants sur un projet important pour Remiremont».
Cette volonté de son invité de rassembler, de fédérer, Charles Landre veut la porter. «Oui nous devons être capables de nous rassembler, même si nous ne sommes pas dans les mêmes chapelles», dit-il. Et d’ajouter : «Demain, j’en suis convaincu, nous aurons besoin de partis politiques forts. Et cela même si actuellement, c’est vrai, nous nous sommes dans une période floue». En ce sens, l’élu du Creusot est catégorique : «Il faut arrêter de réagir aux enquêtes d’opinion, aux sondages, aux réseaux sociaux. Nous avons besoin d’un projet pour le pays. Et ce que je déplore de ce Gouvernement, c’est qu’il est plus dans les mesures que dans le projet. Moi je suis persuadé qu’il faut reconstruire un projet et faire de l’addition plutôt que de l’exclusion. Et surtout ne pas trahir les compagnons de route».

D'accord avec François Sauvadet


Pour Charles Landre, des projets bien identifiés doivent servir à faire revenir les électeurs aux urnes. «Quand François Sauvadet demande six ou sept priorités pour la Bourgogne – Franche-Comté, il a raison. On aura besoin pour 2020 de présenter des listes avec des compétences et des projets. Car lorsque le projet est bon, avec une bonne organisation militante, on gagne. Nous devons avoir un message d’ouverture et d’innovation. Dans notre pays, tout est à reconstruire. Il faut réinventer, notamment pour les communes qui vont avoir moins de moyens».
Face à ce défi, Charles Landre s’est félicité de voir «plus de jeunes que d’habitude. C’est encourageant car c’est vous qui allez construire le pays de demain», leur a-t-il lancé», en rappelant : «Mon ambition est de réanimer le débat d’idées».
Alain BOLLERY