dimanche 20 août 2017
Sondage
Souhaitez-vous que le Tour de France revienne au Creusot et/ou dans la Communauté Urbaine Le Creusot - Montceau ?
  • Oui
     66% 694
  • Non
     33% 349
Questions à...
«La Saône-et-Loire c’est 3000 créations par an»
«Mon objectif est vraiment d’éviter les doublons pour gagner en efficacité»
«Aller vers un CFA unique Sud Bourgogne»
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

LE CREUSOT : C’est le Nostalgeek-end, samedi et dimanche !

20/04/2017 20:53Lu 2260 foisImprimer l’article
La troisième édition du Nostalgeek-end est organisée ce week-end à l’Alto. Présentation de l’événement dédié aux jeux vidéo et à la culture des années 90 avec Gaëtan Verdichizzi, président de l’association Nostalgeek. A noter aussi : projection du film «Le Cinquième Élément» de Luc Besson au cinéma Le Morvan, vendredi soir.
D’abord, peux-tu nous rappeler comment est venue l’idée de créer une telle association ?
«L’association Nostalgeek est, comme beaucoup, née d’une bande de copains qui se retrouvaient autour d’un même loisir. On était un petit groupe de joueurs à se retrouver chez l’un, chez l’autre, pour (re)jouer à nos vieilles consoles. On a très vite vu le nombre de copains s’agrandir et on s’est dit que monter une association serait sans doute une bonne idée pour pouvoir organiser de petits tournois. On en a parlé plusieurs fois puis, le jour des 10 ans de la Dreamcast (la dernière console de SEGA), on s’est décidés… On a pris un papier et un stylo et on a rédigé nos statuts.»

Comment le Festigeek, mini-festival sur une soirée à la base, est devenu le Nostalgeek-end ?
«Le Festigeek est né d’une demande du maire de Marmagne qui avait demandé à l’un des musiciens du groupe Hearmangame s’il pouvait organiser un concert. La plupart des membres du groupe étant aussi membres de Nostalgeek, l’association a rejoint le projet, qu’on visualisait comme une sorte de grosse kermesse. L’événement a très vite grossi sur la partie concert, avec un public plutôt jeune, mais on a pu remarquer plusieurs familles qui nous ont donné envie de toucher un plus large public. De plus, le nombre de visiteurs du Festigeek était en constante augmentation et le très beau cadre de Marmagne ne pouvait malheureusement plus suffire au projet. On a alors décidé d’arrêter le Festigeek pour se concentrer sur un événement plus grand et plus familial. Au niveau du contenu il y a forcément pas mal de similitudes, les tournois de retrogaming, les concerts, mais on a vraiment incorporé au Nostalgeek-end cet esprit de kermesse qu’on voulait tant proposer. D’ailleurs le groupe Hearmangame fête ses 10 ans cette année, avec un concert très prometteur lors du Nostalgeek-end.»

Vous organisez cette année la troisième édition de ce week-end dédié aux jeux vidéos et à la culture des années 90… L’engouement vous fait-il espérer encore de nombreuses autres éditions ?
«A priori oui. Le public est présent et super motivé, et puis on existe depuis quelques années, on a une solide base de sympathisants qui nous suivent.»

Toi qui est consultant en retrogaming, quelle est la raison principale de cet attrait pour des consoles qui peuvent paraître «dépassées»… ?
«Les enfants des années 90 ont grandi et sont maintenant des adultes qui ont la nostalgie de leurs anciennes consoles. Ça peut se caractériser de plusieurs façons, qu’il s’agisse de se constituer une belle collection de ce qu’on aurait voulu avoir il y a 20 ans, ou tout simplement de ressortir une console pour se faire une partie de Mariokart entre amis, vautrés dans un canapé. Le retrogaming ravive cet esprit simple et convivial qui avait presque disparu du jeu vidéo, mais qu’on retrouve heureusement aujourd’hui dans le jeu vidéo indépendant.»

Comme pour les deux premières éditions, on s’imagine à un retour fidèle aux années 90…Êtes-vous prêts à quelques jours de la manifestations ?
«On peaufine toujours les détails jusqu’au dernier moment, mais oui on est prêts ! On a ressorti nos sacs bananes, réécouté nos albums des Spice Girls, des 2b3, et révisé nos Super Nintendo.»

Le Nostalgeek-end, c’est aussi un week-end de petits challenges peut-on dire. Comment va se dérouler le programme ?
«On propose beaucoup de petites animations et de challenges en effet ! D’ailleurs la participation à chacun d’entre eux est gratuite (hors coût d’entrée de 2 euros au Nostalgeek-end) et on offre habituellement des lots aux gagnants.
Parmi les classiques on retrouve deux blind-tests (quizz musicaux où il faut reconnaître des musiques), les différents tournois de jeux vidéo, ou encore notre quizz complètement décalé avec des règles rigolotes, où même ceux qui n’y connaissent rien ont une chance de gagner. On a aussi préparé notre élection de Miss ou Mister Rétro 90, un concours inspiré des Miss France mais en plus rigolo. Celui-ci est constitué de plusieurs petites épreuves comme un concours de beauté où les participants doivent ressortir leurs vieilles fringues, d’un mini quizz sur la culture des années 90, ou encore d’un concours de gobage de Flamby comme on le faisait à la cantine.»

Enfin, le concours des post-it sur les vitrines des commerçants s’est bien propagé cette année semble-t-il. Plutôt positif non en amont de votre festival ?
«On a la chance d’avoir des commerçants super dynamiques au Creusot. On avait démarré à la première édition avec les commerçants de l’association Creusot-Foch Animation… L’an dernier, c’est l’association Commerces en Coeur qui a rejoint le projet, et tous les ans de nouveaux participants viennent rejoindre le concours, qu’ils soient adhérents d’une association de commerçants ou non. Ça décore un peu la ville, ça donne de la visibilité aux boutiques qui participent et surtout ça crée un esprit de compétition très sain, où tout le monde regarde les créations des autres avec le sourire. C’est un peu le même esprit que les illuminations de Noël, mais en beaucoup moins cher.»

En «avant-première» ce vendredi soir, projection d’un court métrage puis du film «Le Cinquième Élément» au cinéma Le Morvan. Le programme complet est disponible sur le site internet www.nostalgeek.beer. (les informations pratiques et les animations dans l’onglet «Nostalgeek-end»).