lundi 23 septembre 2019
Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Dans une longue interview, le Président de la Chambre d'Agriculture de Saône-et-Loire parle sans langue de bois. Il dresse des constats, accuse, parle de l’avenir et de la question de l’eau.
Il dénonce la main des Etats-Unis derrière des associations agissantes.
«On a des agriculteurs sur les rotules et petit à petit ils se désespèrent»
«Désolé, mais un steak végétal, ce n’est pas une entrecôte»
«On met de l’eau potable dans les toilettes et on n’est pas capable de répondre à l’abreuvement de nos animaux»
Le lundi 9 septembre 2019 restera dans l’histoire pour l’Hôtel-Dieu du Creusot, avec la première intervention chirurgicale réalisée avec le robot chirurgical, le 1er de Saône-et-Loire.
Le Docteur Jean-Philibert Combier a réagi dans une interview exclusive à creusot-infos.
«Le robot ne remplace pas le chirurgien. Il exécute ses gestes. C’est un progrès considérable»
«C’est capital pour recruter de jeunes médecins»
«Le Maire du Creusot a eu une vision d’avenir et de progrès sur ce dossier stratégique»
Vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées et de l’apprentissage, Stéphane Guiguet détaille l’implication de la Région en matière d’investissements, mais aussi pour «le pouvoir d’achat des lycéens et de leurs familles».
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

LE CREUSOT (Beaux Bagages) : « Flou Papagayo », coup de cœur d’Olivier Berthier

21/08/2019 03:17Lu 3849 foisImprimer l’article
La compagnie catalane Mumusic Circus a étonné plus d’un spectateur avec « Flou Papayago », un spectacle plein d’humour et de poésie mais totalement inclassable. Une scène en bois circulaire, le public installé autour, quelques instruments de musique, des agrès et trois personnages attachants qui ne parlent pas mais qui entraînent les spectateurs dans leurs prouesses physiques. Le public a aussi été mis à contribution à travers quelques situations absurdes. On a ainsi vu une institutrice compter leurs pas ou encore des enfants à deux mètres du sol jouer les garçons de café en mouvement…
Bravo les artistes, vous vous en êtes donné à cœur joie, nous aussi !

Bernadette et Patrice BONNARDOT, des aficionados des Beaux Bagages

"Depuis leur création, nous sommes des habitués des spectacles des Beaux Bagages. Nous y assistons le mardi et le samedi. Ce que fait la Ville est très bien pour les gens qui ne partent pas pendant l’été. Les petits-enfants participent également. Les spectacles sont différents et de qualité. Cabanga », spectacle de hip hop est celui que nous avons préféré. Vivement l’an prochain, mais il reste la Fête du Cœur de Ville et la soirée gourmande, deux rendez-vous qu’on ne va pas manquer."

La der d’Olivier Berthier

25 ans au service de la Culture, rien de plus normal qu’Olivier Berthier, directeur des Affaires Culturelles et Vie Etudiante à la Ville, mais aussi directeur artistique du Festival des Beaux Bagages, tire sa révérence ce mardi soir en présence de plus de 500 spectateurs massés sur l’Esplanade Duchêne. Il sera remplacé par Philippe Berthaud.
"J’adresse en premier lieu mes remerciements au public pour sa confiance, sa fidélité, sa présence. Un public toujours plus nombreux. Merci aux collègues du service culturel qui m’ont aidé et soutenu malgré mon humeur, poursuit-il. Merci aux petits bras des services techniques toujours disponibles. Merci au monde associatif, il est exceptionnel au Creusot. A l’Université de Bourgogne pour, entre autres, le Village des Sciences et la belle exposition « Le Creusot vu d’en haut ». Merci à la Ville et à ses maires, Camille Dufour qui m’a « débauché », André Billardon qui m’a maintenu sa confiance et David Marti bien sûr. Et aux deux adjoints à la Culture, Bernard Paulin avec plus de 20 ans de travail sans discorde et Jérémy Pinto actuellement. Et à toute l’équipe de bénévoles des Beaux Bagages sans qui le Festival ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui !"
Joël Servy