samedi 26 mai 2018

Du 24 au 26 Mai

Retrouvez toutes les Offres en cours sur le rayon sous-vêtements

 (-30% en bons d’achat samedi 26 mai),

les pommes choupette, les pommes de terre à chair ferme, les moules de filières, les quiches saumon fondue de poireaux, le filet de bœuf, le rumsteak, faux filet, le cœur Breton fraise, le cœur croustillant, cœur framboise

Édito
Le devoir de mémoire ne doit pas être une option. C’est une obligation et en ce sens, il est particulièrement regrettable que les enfants des écoles du Creusot ne soient pas plus impliqués dans les commémorations. Que ce soit le 11 novembre ou le 8 mai.
Questions à...
Alors que le championnat se termine, Dominique Juillot se livre dans une interview vérité. Il se projette dans l’avenir et dessine ce que devra être l’Elan Chalon 2018/2019. Avec des jeunes. Avec, pourquoi pas, un retour de John Roberson…
Le tourisme en Saône-et-Loire est sur un vent porteur. 2018 sera d’abord l’année du vélo et 2019 sera l’année de l’œnotourisme annonce Elisabeth Roblot, dans une interview à creusot-infos.
L’ancien Ministre sera ce mercredi à Mâcon pour une visite d’expertise. Il se confie dans une interview à creusot-infos :
«André Accary a eu raison de lancer le recrutement de médecins»
«RCEA : On a perdu de belles années»
«Je soutiens la réforme de la SNCF. L’ouverture des lignes à la concurrence est une bonne chose»
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

LE CREUSOT : 300 manifestants contre la loi Travail et le «projet Macron»

12/09/2017 18:30Lu 9355 foisImprimer l’article
Ils se sont réunis sur l’esplanade François Mitterrand ce mardi en milieu d’après-midi, avant de défiler jusqu’à la place Schneider, puis d’aller terminer la manifestation sur le parvis de la mairie.Retour en photos sur la manifestation.
Les manifestations contre la loi El Khomri ou bien contre les intentions d’Emmanuel Macron, alors ministre, s’étaient essoufflées… La série annoncée de manifestations contre Emmanuel Macron, président, a débuté disons timidement si l’on tient compte de l’affluence observée à l’heure du rassemblement sur l’esplanade François Mitterrand en milieu d’après-midi.
Les syndicats et la Police nationale (encadrement de la manifestation) tombaient juste : environ 300 personnes au plus fort de la manifestation, autrement dit durant le défilé et le temps des discours.
Bien que le rassemblement était souhaité plus important, la CGT veut croire que «ce n’est qu’un début» et appelle à poursuivre le mouvement… Et en cette rentrée, le Président de la République, le Gouvernement, en ont pris pour leurs grades. Les manifestants se sont exprimés notamment «contre une dictature libérale, dans laquelle les pauvres et les salariés vont encore se faire sucrer»…
Parmi le cortège, on remarquait d’ailleurs la présence de sections syndicales de Thermodyn, Alstom, Industeel, Snecma, Creusot Forge, Haulotte, Géant Casino, NFM… Les difficultés du fabricant de tunnelier ont été pointées du doigt, et les déficits, créés selon la CGT par l’actionnariat chinois depuis 2015, n’incitent pas à l’optimisme...
Dans la fonction publique, FSU 71 craint des répercussions, et des parallèles public-privé dénoncés par des gels d’indices, des suppressions d’emplois par dizaine de milliers.
Ces déclarations et indignations appuyées ont été prononcées sur les marches de la mairie, où les leaders du cortège ont souhaité terminer pour affirmer que «les élus sont pour cette loi Travail, inacceptable». Aussi bien David Marti, maire du Creusot, que Rémy Rebeyrotte, député LREM de la troisième circonscription de Saône-et-Loire, ont été critiqués, et contredits par rapport au dossier FrancEole…
C’est par une pensée pour les Antilles que Magali Nectoux, pour l’Union locale CGT, a conclu l’intervention principale de la manifestation. Quant au Président de la République, les militants appellent à ce que le rendez-vous revendicatif du 21 septembre soit le signe d’une opposition qui prend à nouveau de l’ampleur contre la loi Travail.
Localement, la CGT était rejointe par des syndicalistes FO, FSU, MNCP (chômeurs et précaires), des militants et élus du Parti Communiste, de gauche, des agents des collectivités du Creusot, de Montchanin, des retraités… C’est un «projet Macron» et ses conséquences dans leur ensemble qui a été fustigé.
Alix BERTHIER