mercredi 17 juillet 2019
Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Vice-présidente du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté en charge des sports, Laëtitia Martinez, dans une interview, évoque l’engouement autour du mondial féminin. Elle souligne aussi la démarche volontariste de la Région pour développer et soutenir le sport féminin.
Juste avant les grandes vacances, le Maire David Marti se livre dans une interview à creusot-infos.
Gratuité à la piscine, espace Simone Veil, démolition de la Tour Jaurès et à la Molette, travaux dans les équipements sportifs… Le Maire répond aussi au sujet des prochaines élections municipales.
Le Député de Saône-et-Loire veut redonner du pouvoir aux Maires et encore plus dans les intercommunalités. Rémy Rebeyrotte a aussi dit ce qu’il pense de la menace de rétention des notes du Bac.
Municipales : «Nous avons des Marcheurs dans les deux majorités au Creusot et à Autun…»
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

LE CREUSOT : 1er coup de projecteur sur la saison 2019/2020 à L'arc

11/07/2019 13:00Lu 1148 foisImprimer l’article
La présentation officielle au public aura lieu fin septembre.
Mercredi 25 septembre à partir de 19h se déroulera la présentation de la nouvelle saison, en extraits vidéos et avec la présence d’artistes accueillis cette saison, notamment les 3 nouveaux artistes associés :
- compagnie en attendant… Jean-Philippe Naas (spectacles A l’ombre d’un nuage, La rivière)
- compagnie La Ruse – Bérénice Legrand (spectacles Les chroniques d’un pied héroïque, Let’s dance)
- Le Collectif Eskandar – Samuel Gallet (spectacles La bataille d’Eskandar, le bal et la boum littéraires)
La soirée se poursuivra avec le concert de HK Et si on allait au bal !, vers 21h15 (concert à réserver, tarif unique 12€).
Une nouvelle saison qui se lance donc en musique :
>> Une invitation joyeuse de chaque Citoyen du monde à faire partie des Rallumeurs d’étoiles
Après ses débuts avec le Ministère des Affaires Populaires, HK affirme très vite sa veine musicale orientée folk et world avec des textes combatifs, poétiques et fraternels. Sa chanson On lâche rien est devenue l’hymne de lutte et d’engagement par excellence, comme ses albums aux titres évocateurs : Citoyen du monde, Les Temps Modernes, Rallumeurs d’étoiles ; et ses chansons phares Indignez-vous ou Ce soir nous irons au bal. Depuis 2017 et l’album L’empire de papier, HK repart dans une nouvelle aventure musicale, toujours aussi métissée et résistante, avec cette tournée de l’album Live à  Montréal sorti en février.?Conseillé à partir de 8 ans.
« Il a le talent d’allier sa plume poétique pacifiste et engagée aux musiques les plus solaires du monde… Son nouveau disque, L’Empire de papier, une parabole politique de saison, qui nous fait danser sur des rythmes africains, sud-américains, blues ou reggae. Bouclier antimorosité et soirées festives garantis. » Télérama
 
A partir du 1er octobre démarrera le Projet Petite Enfance organisé en partenariat avec le RAM intercommunal et la Ville du Creusot (service développement social et Maison des Parents). Plusieurs représentations en matinée du spectacle A l’ombre d’un nuage, théâtre d’objet à partir de 10 mois, sont programmées pour les assistantes maternelles et les enfants qu’elles (ou qu’ils) accompagnent : le 1er octobre au C2, le 2 octobre à la crèche du Creusot. La compagnie en attendant…, menée par Jean-Philippe Naas, réserve également un temps de formation pour les professionnels de la Petite enfance le 1er octobre à L’arc, de 18h30 à 21h30, sur le thème « Mettre en scène et en jeu le livre pour le tout-petit ».
A l’ombre d’un nuage jouera à L’arc en représentation scolaires le jeudi 3 et le vendredi 4 octobre à 9h15 et 10h30.
La représentation tout public du samedi 5 octobre à 10h à L’arc sera suivie d’un atelier parent-enfant pour les spectateurs qui souhaitent poursuivre ce rendez-vous avec leur tout-petit avec un moment de jeu sur les ombres corporelles.
>>Une promenade au gré des nuages, du vent, des montagnes et des ruisseaux.
Un instant de poésie tout en couleurs pour les tout-petits composé comme une déambulation au cœur de la nature au fil des saisons. Une atmosphère apaisante et feutrée accueille les spectateurs à l’entrée de ce cocon de douceur. Un grand livre d’images prend vie, un pop-up tout en malice manipulé par un personnage un peu jongleur, un peu pantin, un peu magicien. Les paysages illustrés surgissent comme de belles gourmandises à croquer, dans une invitation aux plus grands à partager le plaisir de la rêverie  et  de l’imagination des plus jeunes.
 
Le samedi 12 octobre à 18h30 sera inaugurée l’exposition Papiers à l’œuvre , avec une quarantaine d’œuvres issues du fonds d’estampes de L’arc.
>> Une mise en lumière de plusieurs trésors de la collection d’œuvres imprimées dont L’arc scène nationale est dépositaire.
Pierre Alechinsky, Erro, Adami, Matta, Nicki de St Phalle… Une quarantaine d’œuvres de grands noms des arts visuels des années 60 aux années 90 seront réunies pour cette nouvelle exposition. Sa scénographie mettra à l’honneur le support papier autour des différentes techniques d’impression qu’il propose comme la  lithographie, la sérigraphie ou l’affiche offset.
La figure humaine, l’engagement, la résistance, l’imaginaire poétique… Ce parcours thématique interrogera le regard d’artistes de diverses nationalités à travers des œuvres majeures, emblématiques de courants artistiques nés dans la seconde moitié du XXe siècle.
>>Le vernissage de cette exposition se poursuivra avec le spectacle  Veillons et armons-nous en pensée, une parlerie de Jean-Louis Hourdin nourrie de la complicité des pensées de Jean-Luc Nancy, Bertolt Brecht, Bram Van Velde, Louis Aragon. (spectacle payant à réserver)
>> « Face aux menteurs qui décrètent la fatalité de la fin de l’histoire, de la fin de la lutte des classes, de la fin des idéologies, de la fin des utopies. Face aux oiseaux de mauvais augure qui nous imposent leur fatalité du tout économique et de l’ultra-libéralisme, nous, nous disons qu’il n’y a pas de fatalité si ce n’est celle, rebelle, des poètes et des peintres. Parmi de nombreux autres qui nous tiennent debout, en voici quelques-uns toujours fidèles au poste des combats, toujours présents. » Jean-Louis Hourdin.
 
Le 16 octobre à L’arc, Les déclinaisons de la Navarre
>> Quand Henri de Navarre rencontre Marguerite de Valois… plusieurs fois !
Point de départ : le téléfilm de série B Henri IV, la scène désuète où Henri de Navarre rencontre la future Reine Margot, moment de sensualité torride et de dialogues à la mode Harlequin. Il n’en fallait pas moins pour inspirer Claire Laureau et Nicolas Chaigneau , complices de danse et d’humour. Focalisés sur cet extrait digne d’un roman-photo, le duo facétieux répète en déclinaisons multiples cette rencontre qu’ils réinventent, décomposent et transforment jusqu’à l’absurde. Un tableau de séduction en décalé, irrésistiblement drôle, qui peut rappeler l’œil moqueur des Monty Python. Une partition physique et précise que la bande musicale et sonore rythme et tend sur mesure. Conseillé à partir de 13 ans.
«  Creusant la veine du grotesque, leur pièce oscille alors entre satire et dextérité, via une chorégraphie énergique, virevoltante, qui s’amuse des rythmes. (…) un moment de délectation farfelue. » Paris Art

?La méduse démocratique, un face à face avec Robespierre qui se jouera du 22 au 25 octobre sur plusieurs communes :
mardi 22 octobre 20h30 à la Mairie du Creusot
mercredi 23 octobre  20h30 à la mairie des Bizots
Jeudi 24 octobre  20h30 à la mairie de St-Sernin-du-bois ?vendredi 25 octobre  20h30 à la mairie de Toulon-sur-Arroux
C’est un spectacle en huis-clos, avec une trentaine de spectateurs, qui prendra place dans les salles de mariages ou les salles du conseil.
(Plus une représentation dans le cadre du programme UNIV’ART, le vendredi 25 octobre à 10h30 à l’IUT(salles 3,4) du bâtiment central pour les étudiants de GEII 2ème année)
>> Retour vers le futur politique dans ce face à face avec Robespierre, l’intransigeant révolutionnaire.
Robespierre nous convie autour d’une grande table à mettre à plat notre démocratie. Il prend position sur l’état d’urgence, dément les procès qui lui ont été intentés depuis quelques siècles... Faut-il porter le deuil de la démocratie ? A-t-elle disparu à force d’être confondue avec le consensus ? Puisant dans les fondamentaux révolutionnaires et les interrogations de l’historienne Sophie Wahnich, ce rendez-vous intime avec l’Histoire joue d’éclats de lumière sur notre actualité. Un étrange et passionnant huis-clos avec la figure historique de la Révolution française, où prend corps un Robespierre épuisé, tragique, luttant jusqu’au bout « pour le bonheur et pour la liberté ». Conseillé à partir de 15  ans.
« La mise en scène d’Anne Monfort mêle judicieusement histoire et actualités, documentaire et fiction. Damien Houssier offre une interprétation magistrale et nous emporte dans un voyage suspendu dans le temps. » theatreactu.com