vendredi 15 décembre 2017
Sondage
Le Président de l'Assemblée Nationale a-t-il eu raison de sanctionner le «député Insoumis» François Ruffin ?
Questions à...
Pierre Doucet de Jean-Paul Pelloux sont catégoriques : Demain plus qu'aujourd'hui et hier, la formation sera capitale pour un club comme Le Creusot.
Le Président du Comité de Bourgogne, candidat à la présidence de la nouvelle Ligue de Bourgogne – Franche-Comté a accordé une interview vérité à creusot-infos. Sans langue de bois, il place les acteurs du rugby face à leurs responsabilités.
Le leader de l’opposition municipale, dans une interview à creusot-infos parle de la réunion mi-mandat, des chantiers en cours dans la ville du Creusot. Il évoque aussi l’avenir. Il prépare les échéances de 2020. Au Creusot, mais aussi au Breuil, à Torcy, à St-Sernin du Bois.
> Vie locale > Le Creusot

LE CREUSOT : « 10 000 pas sans amour » a surpris et ravi plus de 300 spectateurs

09/08/2017 03:12Lu 3921 foisImprimer l’article
Un très beau spectacle, au pied des jardins des Terrasses.
La plupart d’entre eux étaient debout sur le parking Condorcet. Mais c’était la volonté de la Compagnie La Baleine Cargo  basée à La Rochelle et de sa directrice Françoise Guillaumond…car ils faisaient bien partie du décor. ?Cette comédie burlesque est inspirée de la comédie antique Lysistrata d’Aristophane écrite 400 ans avant J.C où les femmes font la grève du sexe tant que la paix ne sera pas signée.  ?Elle met en scène 6 artistes, 3 hommes et 3 femmes capables d’évoluer dans différents champs artistiques et 6 frigos mobiles, transformables et sonorisés. Elle mêle texte, danse, musique et création sonore.  ?Lysistrata n’est bien évidemment pas dans sa version originale, mais c’est un texte actuel, inspiré de la comédie d’Aristophane pour parler du monde dans lequel nous vivons. ?Le point de départ en est la mise en accusation par les femmes de toutes les guerres, celles d’hier et celles d’aujourd’hui, et leur décision de prendre en main leur destinée.
Les frigos arrivent, s’alignent, se rangent puis se déplacent pour une chorégraphie sans cesse en mouvement. Bousculant les spectateurs, ils créent leur champ de jeu puis leur champ de bataille. Le combat s’engage entre les trois hommes et les trois femmes. Aujourd’hui comme il y a 2400 ans, l’histoire recommence avec la guerre et son cortège d’horreurs. Les femmes se révoltent, refusent d’offrir leur corps à l’être aimé et font la grève du sexe. Le ton est dur et parfois très cru… La lutte amoureuse de la femme répond à la brutalité du mâle.
 Les six acteurs envahissent l’espace, chacun dans son frigo abri, prison ou char d’assaut et la révolte gronde pour que la guerre prenne fin. L’affrontement sans temps mort, soutenu par la musique, le jeu des acteurs et le texte très fort font de ce spectacle un moment très particulier.
Joël Servy

Françoise et Daniel Couraud


C’est la première fois que nous assistons à un spectacle des Beaux Bagages et nous n’avons pas été déçus, bien au contraire. C’était un très beau spectacle, parfois émouvant mais très fort avec des artistes de haute qualité. Il nous rappelle à la réalité avec les guerres et les conflits actuels et la séparation entre les hommes et les femmes. Mais les femmes peuvent-elles réellement arrêter les guerres ?
Et nous reviendrons assister aux spectacles proposés par les Beaux Bagages, c’est une certitude.