dimanche 19 novembre 2017
Sondage
Appréciez-vous le passage à l'heure d'hiver ?
Questions à...
Dans une interview à creusot-infos, André Accary, président du conseil départemental évoque le débat d’orientation budgétaire programmé ce jeudi, avec un fort volume d’investissements. Avec aussi des annonces :
Le Président de l'Elan Chalon se confie dans une longue interview vérité.
«Le club vit une des périodes les plus difficiles qu'il a connues»
«L’équipe est traumatisée et cabossée»
«L'Elan est malade mais on a commencé la thérapie»
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

ÉTUDES : 5 jeunes du Creusot diplômés d’État en masso-kinésithérapie

14/07/2017 16:42Lu 6442 foisImprimer l’article
Elles et ils ont obtenu leurs diplômes en cette fin d’année.
Pour Valentin Bonneau, Stéphanie De Amorim, Lucie Gaumet, Mathieu Montolieu et Julien Segaud, cette année était normalement leur dernière à l’Institut de formation en masso-kinésithérapie à Dijon… Celle-ci s’est donc bien terminée pour ces cinq étudiants puisqu’ils sont désormais diplômés d'État. On peut même dire très bien compte-tenu des notes de certains sur leurs mémoires de fin d’études : sur le thème «Revue de littérature», Julien Segaud a eu la note de 60/60, Mathieu Montolieu 56/60 et Valentin Bonneau 54/60.
Ces résultats et diplômes viennent récompenser plusieurs années d’études et des parcours audacieux. Ayant exercé en tant qu’infirmière, Stéphanie De Amorim avait choisi d’intégrer le cursus de l’IFMK. Pour les quatre autres diplômés d’une vingtaine années, la réussite vient ponctuer avec brio une première année commune aux études de santé (PACES) puis trois années intensives à l’Institut.
Les résultats ayant été délivrés le 30 juin, c’est le 7 juillet au cellier de Clairvaux que les diplômes ont été officiellement remis pour une promotion de plus de 80 étudiants, avec on l’a dit des jeunes du Creusot qui figuraient en bonne place.
Souhaitons-leur de bons remplacements pour débuter leurs vies professionnelles, et qu’ils ouvrent leurs propres cabinets dans quelques années.
Alix BERTHIER