jeudi 24 mai 2018
Édito
Le devoir de mémoire ne doit pas être une option. C’est une obligation et en ce sens, il est particulièrement regrettable que les enfants des écoles du Creusot ne soient pas plus impliqués dans les commémorations. Que ce soit le 11 novembre ou le 8 mai.
Questions à...
Alors que le championnat se termine, Dominique Juillot se livre dans une interview vérité. Il se projette dans l’avenir et dessine ce que devra être l’Elan Chalon 2018/2019. Avec des jeunes. Avec, pourquoi pas, un retour de John Roberson…
Le tourisme en Saône-et-Loire est sur un vent porteur. 2018 sera d’abord l’année du vélo et 2019 sera l’année de l’œnotourisme annonce Elisabeth Roblot, dans une interview à creusot-infos.
L’ancien Ministre sera ce mercredi à Mâcon pour une visite d’expertise. Il se confie dans une interview à creusot-infos :
«André Accary a eu raison de lancer le recrutement de médecins»
«RCEA : On a perdu de belles années»
«Je soutiens la réforme de la SNCF. L’ouverture des lignes à la concurrence est une bonne chose»
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

EDITO : Un appel aux écoles du Creusot

09/05/2018 03:18Lu 2123 foisImprimer l’article
Le devoir de mémoire ne doit pas être une option. C’est une obligation et en ce sens, il est particulièrement regrettable que les enfants des écoles du Creusot ne soient pas plus impliqués dans les commémorations. Que ce soit le 11 novembre ou le 8 mai.
Il fût un temps où quand on était écolier on était invité par son instituteur à se rendre «au monument aux morts» le 11 novembre et/ou le 8 Mai.

Sans qu’il soit demandé de participer à la messe qui précédait, ce qui était laissé à l’appréciation des parents.
Si la tradition de voir des enfants invités à venir assister aux cérémonies commémoratives persiste dans certaines communes, et même dans certaines villes, cela ne semble plus être le cas au Creusot depuis trop d’années.
Ainsi, ce mardi 8 Mai 2018 on a pu compter que trop peu d’enfants à la cérémonie qui avait lieu au Creusot, devant le monument aux morts. Au contraire d’autres communes.
Alors que faire ? Certes le 11 Novembre comme le 8 Mai sont fériés et les parents sont bien libres de faire ce qu’ils veulent avec leurs enfants.
Oui mais quand même. Ne pourrait-on pas imaginer que dans chaque école un appel soit lancé systématiquement avant chaque cérémonie, pour que plus d’enfants y participent ?
«creusot-infos» ose lancer cet appel. Mais il est sans doute possible d’aller plus loin sans que la contrainte ne devienne trop forte dans les écoles.
Ainsi, pourquoi ne pas envisager qu’à tour de rôle les écoles s’investissent dans un projet permettant de mobiliser les enfants sur le devoir de mémoire au sujet de la première et/ou de la seconde guerre mondiale.
L’idée serait qu’entre le CP et le CM2 tous les enfants scolarisés au Creusot assistent, au moins une fois, à une cérémonie commémorative. Au nom du devoir de mémoire.
Certains pourraient trouver cela anecdotique, mais ce serait déjà beaucoup.
Pour tendre vers cet objectif dont on veut croire qu’il est fédérateur, il convient de rassembler les bonnes volontés. Qu’il y ait tous les ingrédients.
Il faudrait donc un appel solennel du Maire du Creusot. Il faudrait ensuite que l’inspection de l’Education Nationale adhère à cette idée. Et enfin, il faudrait que les écoles et donc leur direction et les professeurs des écoles s’inscrivent dans la démarche. On ose alors espérer que bien plus d’enfants seraient présents devant le monument aux morts le 11 novembre et/ou le 8 Mai.
Comme le 11 novembre prochain marquera le centenaire de la fin de la 1ère guerre mondiale, faisons le pari qu’avec un peu de bonne volonté on pourra compter plus d’enfants devant le monument aux morts. Plus d’enfants et plus de parents.
Ce 11 novembre prochain pourrait, dans l’absolu, correspondre avec l’ouverture du nouveau pont de la gare. Et pourquoi pas son inauguration, ce qui pourrait constituer la base d’un projet. Après, tout sera question du niveau d’engagement de chacun.
Alain BOLLERY