jeudi 15 novembre 2018

Marché Artisanal ce week-end avec de nombreux artisans locaux et ouverture de votre Espace Noël ce Samedi 17 Novembre

Édito
Alors que la France grogne contre la hausse des carburants, ils sont comme muets…
Questions à...

Exclusif

C’est un visiteur de marque qui, dimanche après-midi, a découvert l’exposition «Pierre Soulages, Le Creusot» à L’arc.
Président de l’institut national de la recherche agronomique, Philippe Mauguin s’est confié à «creusot-infos».
Le champion Alain Bernard s'est confié dans une interview à creusot-infos. Pour parler du complexe aquatique du Creusot, mais pas seulement.
«Pour moi c'est important d'aller au contact des jeunes».
«Pour PARIS 2024 je n'ai pas peur, mais je suis inquiet».
«Je vais échanger avec la Ministre pour parler des projets».
C’est officiel, le conseiller régional de Bourgogne - Franche-Comté et Président des Amis de la Rose à Frangy, quitte lui aussi le Parti Socialiste pour créer un autre parti avec Emmanuel Maurel et Marie-Noëlle Lienemann, qu’il accueillera en Saône-et-Loire en novembre.
Denis Lamard s’explique dans une interview à creusot-infos.
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

EDITO : Les écolos auraient-ils perdu la voix ?

05/11/2018 08:00Lu 1359 foisImprimer l’article
Alors que la France grogne contre la hausse des carburants, ils sont comme muets…
Des années et des années qu’ils répétaient le même refrain : Pour combattre le réchauffement climatique, pour combattre la pollution, il fallait taxer le diesel, accusé de tous les maux, alors que nos voitures consomment de moins en moins.
C’est ce qui est «En marche», si l’on peut dire, depuis un certain nombre de mois et en plus de la hausse des cours du pétrole, les Français subissent donc aussi des taxes et encore des taxes sur leur carburant.
Le diesel augmente plus que le sans plomb et les Verts ont donc gagné une partie. Mais curieusement ils se gardent bien de crier victoire. Ils sont devenus muets, ou amnésiques. A moins que ce soit les deux.
Il est des victoires honteuses gagnées contre le peuple. Alors dans ces cas là on se garde bien de montrer son plaisir. Il est plus facile de taper sur le Gouvernement que d’assumer les hausses que l’on a voulues et désirées.
Car tout le monde le sait bien, ce sont les automobilistes, dont les moteurs diesel consomment pourtant de moins en moins, qui sont responsables de tous les maux.... Les voitures, pas les camions. Car eux, même s’ils consomment beaucoup plus, même s’ils sont toujours plus nombreux sur nos routes, eux ils amènent la bouffe sur Paris, et encore mieux des légumes et des fruits bio. Alors forcément ils sont plus vertueux que les voitures. Forcément si c’est pour nourrir les «Bobos»...
On aurait envie d’en rire, mais la réalité est beaucoup plus triste. La réalité c’est que nos concitoyens se serrent la ceinture pour pouvoir aller travailler. La réalité c’est donc que le type qui travaille est donc plus taxé que celui qui ne travaille pas. La réalité c’est que les employées de ma station se font insulter par des clients, comme si elles étaient responsables des augmentations. La réalité c’est que des élus, pardon des opposants au pouvoir et au Gouvernement, se frottent les mains, car ils ont du grain à moudre contre Emmanuel Macron et Edouard Philippe.
Les automobilistes eux sont en colère. Et il n’y a guère que Dominique Bussereau, ancien Ministre des Transports, en rupture avec Les Républicains dont il a pris la porte, qui a eu des propos justes en dénonçant la «récupération politique» sur ce sujet.
Bien évidemment que les manifestations des gilets jaunes, le 17 novembre, seront légitimes. Trois sont déjà programmées à Chalon-sur-Saône, Mâcon et Montceau. Sans doute que d’autres vont être annoncées.
Elles seront l’expression d’une vraie colère - malheureusement récupérée sans vergogne par des élus eux aussi amnésiques -, car celui qui paye à la pompe n’est pas celui qui décide ou de ceux qui ont inspiré les augmentations.
C’est pour cela que le silence des élus et autres représentants et militants d’EELV, qui ont inspiré ces augmentations, a quelque chose de scandaleux.
Les fruits de leur lobbying constant c’est que dans nos régions, où on est obligé de prendre sa voiture. On n’a pas le métro, pas le tramway, on est donc obligé de payer toujours plus. C’est l’écologie punitive dans sa plus belle expression.
Dans notre société où tout va très vite, où on passe d’un sujet à l’autre à une vitesse fulgurante, il serait bien que nos concitoyens s’en souviennent quand ils passeront par les urnes. Le plus triste c’est que cette vertitude ambiante et punitive fait d’abord les affaires des extrémistes. Et ce n’est vraiment pas drôle.
Dernière chose : Nos autorités cachent les vols de carburant qui se multiplient. Ainsi les employés de plusieurs entreprises sont fort étonnés de constater que personne, absolument personne, ne parle des soustractions de carburant qu’ils constatent chaque lundi. Comme si le sujet était tabou.
Alain BOLLERY