samedi 20 avril 2019

Du Mercredi 17 au Samedi 20 Avril

Retrouvez les Offres en cours sur le Gigot d’agneau à rôtir, le dos de cabillaud, les pizzas (Les 19 et 20 Avril 19), le jambon Delpeyrat (-20% de réduction immédiate),
le fromage de chèvre « Le Petit Cruzille », le caillé frais campagne, les faisselles et le fromage blanc  « La Bressane » (-30% de réduction immédiate),
les batavias, le Nid de Pâques, la brioche aux gratons, le chardonnay 2016 (-15% de réduction immédiate),
le Montagny 2015 (-15% de réduction immédiate),
le vin rosé 2017 (-20% de réduction immédiate),
le crémant de Bourgogne (-15% de réduction immédiate)

-20% de réduction immédiate à partir de 25€ d’achat à la Boutique Fleurs Vendredi 18 et Samedi 19 Avril

Fermeture Exceptionnelle Lundi 22 Avril

Édito
Les faits très graves qui se sont produits lundi matin, ont révélé autant le manque de respect et de politesse, que cette violence qui n’en finit plus de s’incruster dans les têtes, dans les esprits et donc bien malheureusement dans les actes.
Questions à...
Le vice-président de la Région Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées est catégorique : «On sait s’adapter, on sait être réactif et on peut voter un financement exceptionnel»
Elu lundi après-midi nouveau Président de la Chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire, Bernard Lacour entend mener une présidence de combat. Pour défendre l’agriculture «contre les attaques menées par des minorités». C'est ce qu'il affirme dans une longue interview qu'il a accordée à creusot-infos.
«88% de la société française apprécie notre agriculture et ses agriculteurs et on entend que les minorités»
«L’agriculture française c’est la qualité et la traçabilité»
«L'engagement du conseil départemental a été vital»
«Dans la Communauté Le Creusot - Montceau, on va franchir un cap dans la gestion de l’eau».
Dans une longue interview à creusot-infos, le Député européen sortant, 3ème sur la liste «Les Républicains», n’est pas tendre avec le Président de la République.
«Ce Président est très tacticien et très habile»
«Le grand débat c’est quand même un aveu d’échec».
Alstom, Nadine Morano, Rachida Dati, référendum, immigration, l’élu bressan n’élude aucun sujet.
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

EDITO : Le lycée ça doit être le respect, pas la violence

20/03/2019 03:17Lu 3382 foisImprimer l’article
Les faits très graves qui se sont produits lundi matin, ont révélé autant le manque de respect et de politesse, que cette violence qui n’en finit plus de s’incruster dans les têtes, dans les esprits et donc bien malheureusement dans les actes.
«Moi, quand j’étais ado, jamais je n’aurai osé…» C’est en substance ce que de nombreux enseignants et des personnels du Lycée Léon Blum ont à la bouche depuis lundi matin. Beaucoup l’ont dit à creusot-infos. Oser quoi ? Tout simplement voir un ado ou un jeune adulte frapper un agent ou un enseignant. Mais aussi voir un jeune homme frapper une femme !
Les limites de l’acceptable ont été dépassées. Et au-delà des premières explications avancées par ce jeune qui a envoyé une femme de ménage à terre et à l’Hôpital, ce qui s’est passé est grave.
C’est la bien malheureuse expression de cette violence qui s’incruste partout. Sur internet, sur les réseaux sociaux, dans les échanges, dans les comportements. Facebook a été adulé, promu. Facebook est maintenant montré du doigt pour les torrents de haine et de violence que ce réseau social permet, avec bien peu de modération.
Il ne faudrait pas croire que le Lycée Léon Blum est le vilain petit canard de la Saône-et-Loire et de la Région Bourgogne – Franche-Comté. Simplement dans cet établissement la parole s’est libérée, quand dans d’autres elle est contenue, bridée, interdite, car «il ne faut surtout pas donner une mauvaise image».
Mais à quoi bon si c’est pour que d’une année à l’autre, les maux deviennent plus nombreux, plus forts, et toujours moins acceptables.
Reste maintenant à trouver des solutions et forcément ce n’est pas le plus facile. Des expériences montrent que la vidéosurveillance peut être une solution. Car elle agit un peu et même beaucoup comme la peur du gendarme.
Mais la vidéosurveillance n’est pas voulue par tout le monde. Quand certains la demandent, d’autres la rejettent, au nom d’un certain nombre de principes et de valeurs. Mais quand la réalité de la violence se fait plus forte, il n’est peut-être plus le temps d’avoir des totems en forme d’interdits.
Il faut bien comprendre que les expressions de violence, comme celle qui a eu lieu lundi matin, sont évidemment très choquantes et très traumatisantes pour les personnes qui en sont les victimes. Mais elles le sont aussi pour les autres. Pour les élèves, pour les enseignants, pour les personnels, pour les prents. Parce que cela ne se digère pas, ne s’évacue pas d’un coup de baguette magique. Surtout quand au détour d’un couloir, la violence reste dans les mots.
Depuis le début de l’année scolaire 2018/2019, nous l’avons écrit, ce sont 28 exclusions définitives qui ont été prononcées au Lycée Léon Blum. L’équivalent d’une classe. Un record.
«Mais que peut-on faire de plus ?», lâchent de nombreux personnels, enseignants ou non. C’est bien dans la capacité à apporter et trouver de nouvelles réponses qu’une nouvelle page d’une vie apaisée de l’établissement pourra s’écrire.
En ce sens, il serait bien que la demande d’une audience rapide par la Rectrice soit entendue. Il serait bien que les moyens supplémentaires qui sont jugés indispensables soient donnés. Et par l’Education Nationale et par le Conseil Régional. Et il serait bien que ce dernier donne sa position sur un investissement dans des caméras de surveillance et sa capacité à le faire rapidement.
Après c’est à la communauté éducative du Lycée qu’il sera demandé de trancher ou au minimum de donner son avis. Mais des décisions doivent être prises. Dans la transparence. Pour qu’élèves, enseignants et personnels sachent de quoi sera fait l’avenir. C’est aujourd’hui qu’il doit se préparer et se construire. Car il ne faudrait pas que demain il soit trop tard. Car répétons le, il est inacceptable qu’une femme de ménage a été frappée.
Alain BOLLERY