mardi 23 octobre 2018

Pensez à vos plantes de Toussaint

Plus de 40 ans d’expérience et Plus de 10 000 m2 de serres à votre service

Ouvert tous les Jours, Dimanches et Jours Fériés

Questions à...
Le champion Alain Bernard s'est confié dans une interview à creusot-infos. Pour parler du complexe aquatique du Creusot, mais pas seulement.
«Pour moi c'est important d'aller au contact des jeunes».
«Pour PARIS 2024 je n'ai pas peur, mais je suis inquiet».
«Je vais échanger avec la Ministre pour parler des projets».
C’est officiel, le conseiller régional de Bourgogne - Franche-Comté et Président des Amis de la Rose à Frangy, quitte lui aussi le Parti Socialiste pour créer un autre parti avec Emmanuel Maurel et Marie-Noëlle Lienemann, qu’il accueillera en Saône-et-Loire en novembre.
Denis Lamard s’explique dans une interview à creusot-infos.
Le directeur de l’Hôtel-Dieu du Creusot fait le point dans une longue interview. Il répond aux syndicats qui ont manifesté, fait le point sur le fonctionnement de l’établissement, dont l’activité se développe.
«Pour toutes nos équipes, il n’y aura jamais assez de patients».
«En Saône-et-Loire, les plus grandes difficultés ne se concentrent pas au Creusot»
«1,2 million d'euros d'investissements sont engagés»
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Creusot

EDITO : Le Creusot et sa forge réhabilités

26/01/2018 03:18Lu 7316 foisImprimer l’article
«La Forge du Creusot outragée, la Forge du Creusot martyrisée, mais la Forge du Creusot libérée !»
C’est comme ça, on peut se permettre de faire du «de Gaulle» au sujet de la Forge du Creusot qui vient d’être officiellement réhabilitée par l’Autorité de Sûreté du Nucléaire.
L’ASN a en effet autorisé la reprise des fabrications sur le site Framatome du Creusot.
Outragée, la Forge l’avait été. Martyrisée aussi, tant on avait assisté à des déchainements de violence verbale au sujet des suspicions de défauts sur des pièces fabriquées à la Forge. Avec un maximum de désinformation.
Faut-il le rappeler, une Député européenne EELV, n’avait pas hésité à «parler de crime contre l’humanité» au sujet des productions nucléaires «made in Creusot».
Les anti-nucléaires avaient joué sur les peurs en mettant le curseur si loin, que nombre d’observateurs et spécialistes du dossier se demandaient si la Forge du Creusot se relèverait du mitraillage politique et médiatique dont elle avait été l’objet.
Le Creusot et ses habitants ont médiatiquement payé cher, car c’est bien toute l’industrie creusotine qui a subi les dégâts collatéraux. Car quand on journaliste de France Info parlait de «l’usine atomique du Creusot», les mots étaient lourds de signification dans ce qu’ils pouvaient porter comme détestation arbitraire, souillant la déontologie.
Prise dans les tenailles de l’ASN, la Forge du Creusot a fait front. Elle a répondu à toutes les demandes, toutes les exigences. Au nom de la transparence. Au nom aussi de son avenir.
Mais l’affront a fini par être lavé. L’Autorité de Sûreté du Nucléaire a fini par réhabiliter la Forge et autoriser la reprise des fabrications.
C’est évidemment une victoire pour tous les salariés. « C’est une immense satisfaction. Cette décision reconnait la qualité du travail réalisé par le site dans le cadre du plan d’amélioration. Je remercie l’ensemble des collaborateurs » a réagi, jeudi, David Haguet, directeur du site Framatome du Creusot.
Framatome est donc autorisé à travailler dans un pays qui dit vouloir prôner la valeur travail. Les productions de la Forge vont donc pouvoir reprendre sur un rythme plus soutenu, dans le respect des préconisations de l’ASN, qui a effectué un certain nombre de recommandations. Même si c’est tabou, il y va de l’indépendance énergétique de notre nation.
Avec cette autorisation pour un nouvel élan industriel et nucléaire, Le Creusot est réhabilité pour un des composants de son ADN qu’est l’acier forgé.
Alain BOLLERY