vendredi 23 août 2019
Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Le nouvel entraîneur de l’Elan Chalon se confie dans une interview. Il explique comment il va travailler et ses premières ambitions dans cette première période de préparation.
Alors que des maires ont le blues, le Député Rémy Rebeyrotte vient de rendre un rapport pour redonner du pouvoir aux Maires, surtout des petites communes, face à des intercommunalités parfois accusées d'une trop grande voracité…
Le Député de Saône-et-Loire veut mettre de l’huile entre les intercommunalités et les communes, pour que leurs élus soient plus reconnus et considérés.
«Des conseils des Maires se prononceront sur les grandes orientations de leur intercommunalité»
A l’occasion d’une conférence de presse, le patron du groupe SOS, dont dépend l’Hôtel-Dieu du Creusot, a affirmé plusieurs choses.
«L’établissement génère un déficit. On l’a repris pour le redresser et le relancer».
«On a dit oui pour une aide-soignante de jour et «on verra» à la fin de l’année pour une infirmière de nuit».
«Pour l’urologie, la nouvelle organisation sera sans coût supplémentaire pour les patients».
«On va avoir un bon énorme en terme de prise en charge des patients».
«Le robot sera utilisé en urologie, en chirurgie digestive et en chirurgie gynécologique».
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Le Breuil

LE BREUIL : Une journée pour sensibiliser les élèves au problème du handicap

13/02/2019 10:25Lu 1535 foisImprimer l’article
Mardi, les élèves ont échangé avec Loïc Garnier responsable de l'handi-basket au Breuil
Pour Lilou, cette journée de sensibilisation au handicap était nécessaire
Les responsables du club de basket du Breuil sont particulièrement sensibilisés au problème du handicap. Ils le démontrent régulièrement à travers des animations et surtout à travers le développement depuis maintenant deux ans, d'une section handi-basket. Et ce qui s'est passé mardi après-midi salle Jean-Baptiste Dumay, confirme la règle.
En effet, en collaboration avec l’école du Breuil, ils ont initié une nouvelle sensibilisation au handicap, sur une demi-journée. Mardi, ce sont en effet les élèves du cycle 2 qui étaient conviés à cette opération, qui sera suivie jeudi de la même démarche ouverte aux élèves du cycle 3. «Au total, neuf groupes d'élèves sont répartis dans divers ateliers. Trois groupes (handicap mental, handi-basket et non voyant) travaillent sur les situations (handicap mental, handi-basket et non voyant) du handicap. Trois autres groupes travaillent sur le harcèlement scolaire et les trois autres sur la prévention par rapport à internet...» a expliqué Séverine Degery, l'enseignante de la classe Ulis, chargée du groupe.
Mardi, les élèves de CP à CE2, soit 90 enfants ont été conviés à cette démarche et 30 d'entre-eux ont participé aux ateliers sur le handicap installés salle Jean-Baptiste Dumay.
Présent à la salle et inscrit dans cette démarche, Alexandre Tosetto a dit son plaisir d'avoir été convié par l'école à cette journée de sensibilisation. Pour le co-président du club, il s'agit de familiariser un maximum de personnes avec le handicap. « Nous essayons à travers notre section handi de faire en sorte que le handicap devienne quelque chose d'ordinaire, que les enfants puissent s'installer dans un fauteuil sans a priori et que tous banalisent le handicap. Nous voulons montrer par exemple que les gens ayant un handicap puissent faire du sport, du basket et plein d'autres choses...». Mardi Loïc Garnier responsable handi-basket au Breuil s'est particulièrement impliqué dans les ateliers, comme Anthony Chevrot chargé de montrer aux élèves le handicap du mal voyant et de l'aveugle à travers des évolutions les yeux bandés.

Lilou (CE2) : Une journée nécessaire !

« je trouve cette sensibilisation intéressante, on découvre ce que cela fait d'être un handicapé qui fait du sport. De plus ce n'est pas très très dur, j'ai essayé le basket les yeux fermés, puis plus facile, du basket en fauteuil. Cette journée est nécessaire dans le sens où elle nous permet de savoir comment les personnes handicapées font pour se déplacer et faire du sport avec leurs difficultés. En plus ces personnes le font pour le plaisir, moi je trouve ça génial...».
JCP