jeudi 19 septembre 2019

Offre «Foire»

-15% sur les portails et leur motorisation*

-5% sur les portes de garage**

Hall 3 – Stands 85/87/89

Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Le lundi 9 septembre 2019 restera dans l’histoire pour l’Hôtel-Dieu du Creusot, avec la première intervention chirurgicale réalisée avec le robot chirurgical, le 1er de Saône-et-Loire.
Le Docteur Jean-Philibert Combier a réagi dans une interview exclusive à creusot-infos.
«Le robot ne remplace pas le chirurgien. Il exécute ses gestes. C’est un progrès considérable»
«C’est capital pour recruter de jeunes médecins»
«Le Maire du Creusot a eu une vision d’avenir et de progrès sur ce dossier stratégique»
Vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées et de l’apprentissage, Stéphane Guiguet détaille l’implication de la Région en matière d’investissements, mais aussi pour «le pouvoir d’achat des lycéens et de leurs familles».
Le conseil départemental est mobilisé pour les Collèges. C’est que ce le Président André Accary a annoncé, ce jeudi matin, à Montchanin, où il a fait sa rentrée des classes.
Écouter, lire, voir
> Vie locale > Ailleurs

MONTCHANIN : Le départ en retraite très émouvant du Major Hervé Coste

12/02/2019 03:17Lu 9190 foisImprimer l’article
Le Commandant de la communauté de brigades de Montchanin et du Creusot a fait valoir ses droits à la retraite. Et au cours d’une cérémonie très émouvante, beaucoup de larmes ont coulé.
Il est plutôt rare de voir couler des larmes sur des visages de gendarmes à l’occasion d’un départ en retraite. Oui mais voilà, tout le monde n’a pas la sensibilité à fleur de peau du Major Hervé Coste. Vendredi soir à la salle du Moderne, il a touché tout le monde au cœur. Amoureux des mots, il avait préparé un discours qui fera date, mais qui n’a pas surpris ceux qui le connaissent.
Il faut ainsi avoir vu un gilet jaune du Pont Jeanne Rose rattraper par la peau des fesses un autre gilet jaune venu d’ailleurs, pour lui intimer l’ordre de venir s’excuser d’avoir insulté le Major. Car du 17 novembre 2018 jusqu’à son dernier service, il avait su fermement imposer le respect. A tout le monde.
La haie d’honneur que les gendarmes ont dressée à lui et à son épouse avant un ultime discours dans ses habits de militaire en disait déjà long sur le respect que chacune et chacun avait pour «notre Major».
Le rappel de sa carrière, par le Chef d’Escadron Deniset aura confirmé, à ceux qui ne le savaient pas, que le parcours d’Hervé Coste n’a pas été un long fleuve tranquille.
On se permettra d’écrire dans un clin d’œil qu’un gars réformé au centre de recrutement de l’armée à Lyon et qui ensuite effectue une longue carrière militaire, est forcément bon. Car il fallait du courage, de l’abnégation et de l’audace pour franchir l’obstacle.
Le dernier d’une carrière de 30 ans aura été d’accepter de rejoindre la communauté de brigades de Montchanin et du Creusot. Une mutation vécue, au départ, comme une punition. Mais le Commandant Chevalier, alors adjoint au commandant de compagnie, avait su trouver les mots justes.
Le Major Coste n’a pas manqué de remercier les élus du secteur en lançant avec le sourire : «Moi qui avait passé 20 ans en section de recherches à ne côtoyer des élus qu’à l’occasion de leur garde-à-vue, je vous assure avoir apprécié de boire un café ou le verre de l’amitié».
Personne ne s’en étonnera, souvent les larmes aux yeux, le Major Coste a remercié pratiquement toutes les personnes qui étaient dans la salle et même celles qui n’étaient pas là.
Avec forcément des moments plus forts que les autres. Comme ces remerciements à Andréa, «car je n’aurais jamais pu sauver ces deux jeunes filles qui avaient décidé de se suicider, sans l’intervention de cette jeune fille qui m’a fait confiance»…
Alors oui, on comprend la brume qui est venue se poser dans tous les regards, dans tous les yeux.
De Mickaël de la BMO du Creusot il a souligné la disponibilité, le professionnalisme et la formidable amitié. Des remerciements appuyés aussi, à Laurent, son adjoint, pour son soutien son abnégation et son indéfectible loyauté.
Ayant souligné que fonctionner en binôme était dans son ADN, rappelé qu’en Corse, Thierry lui avait sauvé la vie, il a salué Anaïs pour le travail effectué dans l’abnégation.
Le Major Coste qui a remercié tous les gendarmes de la COB, a terminé en assurant que l’on pleure en partant de Montchanin.  Quel plus bel hommage à sa dernière mission dans la Gendarmerie Nationale, avant de pouvoir se consacrer un peu plus à sa famille et à de nouveaux horizons.
A.B.

Une carrière particulièrement riche
Gendarme auxiliaire à partir du mois d’août 1989, Hervé Costa a fait ses classes à Auxerre, avant de passer par le PSIG de Rilleux la Pape, de rejoindre l’école des sous-officiers de Montluçon. Passé par Marcigny et Charolles, diplômé OPJ en 1997, il a notamment effectué l’interpellation de l’auteur de 52 vols à main armé. Passé par la financière à Dijon, il a aussi effectué quatre années en Corse en ayant répondu à un appel à volontariat. Il devait être nommé adjoint au chef de groupe antiterroriste, avant de rejoindre Marseille et trvailler sur la fraude fiscale. Le commandant Deniset a salué sa loyauté, son dévouement, sa rigueur et son humilité. Le Major Coste a reçu six lettres de félicitations, et un témoignage de satisfaction émanant du Directeur de la Gendarmerie Nationale.