dimanche 08 décembre 2019

Muscat de Noël, grands crus, bouteilles en coffrets, champagne mais aussi vieux rhums et whiskies de renom…. «La Cave de la Verrerie» : une sélection de produits d’exception

Édito
Les cheminots qui, vendredi, ont décidé de ne pas travailler ont délibérément pris en otage les usagers. Les conséquences de ce mouvement n’étaient pas acceptables.
Questions à...
Responsable de «Services Dispen», Saïd Haddoudi répond aux questions de creusot-infos sur une activité maintenance en plein développement. Il annonce 12 embauches en 2020.
Budget, emploi, chômage, pouvoir d’achat, réforme des retraites, grève à la SNCF… Rémy Rebeyrotte s’est prononcé sur une multitudes de sujets au cours d’un point presse.
Né au Creusot, Gilles Lagarde dont les parents sont à Saint-Jean de Trézy, occupe la fonction prestigieuse de Directeur de Cabinet du Président du Sénat, le 2ème personnage de l’Etat.
Gilles Lagarde a accordé une longue interview à creusot-infos. Il parle de sa fonction, du Président Larcher et du Sénat, mais aussi de la Saône-et-Loire et du Creusot.
Écouter, lire, voir
> Sports > Tennis de Table

TENNIS DE TABLE (Nationale 1 masculine) : Le Creusot débutera à la maison le 21 septembre

16/07/2019 17:05Lu 1408 foisImprimer l’article
Pour remplacer Florian Bourrassaud, l'UPCV a pêché du gros avec la signature de Michel Martinez.
Fort d’un gros recrutement et d’une certaine stabilité, l’UPCV sera l’un des favoris de sa poule et l’objectif de cette première phase est clair et assumé : la première place !
Ioannis Vlotinos, Xu Chen, Théophile Dhôtel et la nouvelle tête d’affiche, Michel Martinez recevront 4 fois à Jean Macé, et notamment leurs principaux adversaires.
Il va falloir être tout de suite dans le bain avec la réception dès le premier match le 21 septembre, de Charleville-Mézières, une des équipes les plus solides de la poule.
Un peu plus tard, le 16 novembre exactement, c’est Levallois, l’autre grand favori de ce mini championnat qui viendra défier les forgerons sur leurs terres.
Le fait de recevoir ces deux équipes n’est pas anodin, quand on connait les statistiques folles des rouges et noirs à Jean Macé ses deux dernières saisons : 11 victoires, 1 match nul et seulement 2 défaites  face aux ogres Amiens et Nice.


Les déplacements à Fouras, le 5 octobre avec deux solides joueurs devant et Chartres le 7 décembre, avec une équipe entre jeunesse et expérience, seront deux virages à bien négocier.
Niort et Antibes à la maison, et Ermont-Plessis à l’extérieur, ne présentent à première vue pas de danger, même s’il faudra rester vigilent en toute occasion. 
Rendez-vous est donc pris pour tous les supporters, le 21 septembre prochain à domicile, pour lancer de la meilleure des manières, ce nouveau chapitre, qui s’annonce on ne peut plus palpitant !

UPCV : Michel Martinez (N°51), Ioannis Vlotinos (N°78), Xu Chen (N°167), Théophile Dhôtel (N°261)

Samedi 21/09 : Réception de Charleville-Mézières 1
Chobeau (N°139), Sabhi (N°164), Delobbe (N°173), Perrin (N°250), Gallois (N°293)
Samedi 05/10 : Déplacement à Fouras 1
Bobillier (N°87), Toranzos (N°111), Droulin (N°220), Leroy (N°296)
Samedi 19/10 : Réception de Niort 1
Soulard (N°187), Renaudon (N°213), Giret (N°230), Bobonete (N°240)
Samedi 9/11 : Déplacement à Ermont-Plessis 1
Drault (N°259),Papadimitriou (N°269), Du Mesnil Adelée (N°340), Druez (N°563)
Samedi 16/11 : Réception de Levallois 1
Filimon (N°90), Pietropaoli (N°96), Battochi (N°143), Vahnish (N°165)
Samedi 30/11 : Réception de Antibes 1
Lagogianis (N°101), Kortoudis (N°369), Blanc (N°629), Grasset (N°821)
Samedi 7/12 : Déplacement à Chartres 2
Bertrand (N°124), Doyen (N°196), Gasnier (N°251), Marais (N°251), Rakotoarimanana (N°260), Blanche (N°279)

Michel Martinez, une pointure du tennis de table français signe à l’UPCV.

C’est certainement l’un, si ce n’est le plus gros coup du mercato pongiste annuel en Nationale 1. Pour remplacer Florian Bourrassaud, parti vivre l’aventure messine, les dirigeants creusotins ont frappé un grand coup en attirant dans leurs rangs Michel Martinez, ex international français, qui a donc choisi de poursuivre sa carrière en rouge et noir.
Rencontre avec ce joueur d’expérience, qui n’en doutons pas, enflammera le chaudron à partir de la saison prochaine, toujours en compagnie de Théophile Dhôtel, Chen Xu et Ioannis Vlotinos. 
Bonjour Michel. Pour commencer pourrais-tu te présenter ?
Je suis donc Michel martinez, j’ai 39 ans. Je suis originaire d’Annecy et je vis actuellement à Montpellier avec ma femme, mes deux enfants et mes deux chats.
Je suis titulaire du diplôme d’état d’entraîneur et je possède également une académie de tennis de table, la Martinez Ping’Academy, qui propose chaque été des stages pour des pongistes de tous âges et tous niveaux en Espagne et dans l’Aveyron.

Peux-tu nous résumer ton parcours sportif et ta carrière ?
J’ai commencé le tennis de table à l’âge de 10 ans en Haute-Savoie, avant d’intégrer le pôle espoir à l’âge de 13 ans, puis de rentrer à l’INSEP (Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance) à 17 ans. J’ai connu mes premières sélections en équipe de France seniors à l’âge de 18 ans, et j’ai notamment participé à cette époque aux championnats d’Europe puis aux championnats du monde. J’ai atteint mon meilleur classement mondial à 19 ans en me hissant à la 105ème place.
J’ai ensuite quitté l’INSEP à 25 ans pour m’entraîner à Montpellier, et j’ai toujours été entre n°2 et n°5 français jusqu’à mes 35 ans. J’ai remporté au passage 6 titres de champion de France en double, et un titre de vice-champion de France en simple. J’ai joué au total 20 saisons dans le championnat Pro Français (17 saisons en Pro A et 3 saisons en Pro B).

Aujourd’hui, quel est ton nouveau projet sportif ?
J’ai longtemps hésité mais j’ai effectivement pris la décision de ne plus jouer en Pro pour le moment, non pas pour des questions de niveau de jeu mais plutôt pour des raisons familiale.
Jouer en Nationale 1 étant moins contraignant, moins exigeant et prenant moins de temps sur la saison, je vais pouvoir profiter un peu plus de mes proches, et c’est ce dont j’ai envie aujourd’hui. 

Pourquoi avoir choisi l’UPCV pour cette nouvelle aventure ?
J’étais à la recherche d’un club ambitieux en Nationale 1, et n’ayant pas forcément le projet de monter en Pro B. A partir de là, il ne restait que 4 à 5 clubs où je pouvais aller, et le projet de l’UPCV m’a paru un des plus solide et un des plus sympas.
Ayant également beaucoup échangé avec le président, j’ai senti qu’il était entouré d’une équipe solidaire, et c’est clairement eux qui m’ont montré le plus de motivation à me faire venir.
De plus et  même si ce n’est que secondaire, le temps de trajet entre mon domicile montpelliérain et Le Creusot étant réduit, du fait de la ligne TGV, et ce n’est pas négligeable non plus. 
C’est pour toutes ses raisons que j’ai choisi et que je suis heureux de rejoindre la Bourgogne afin de poursuivre ma carrière.

Que connaissais-tu du club avant d’y signer ?
Je connaissais l’UPCV à plusieurs titres, déjà pour y avoir évolué régulièrement par le passé lors des tours de critérium organisés au Creusot.
Ensuite, ayant toujours eu des rapports privilégié avec les joueurs grecs tout au long de mon parcours, je connais également très bien Ioannis Vlotinos, depuis plus de 20 ans.
Je suivais un peu les résultats du championnat de Nationale 1, les projets de chaque club et la progression des jeunes, notamment celle de Florian Bourrassaud, qui a malheureusement décidé de s’envoler vers un nouveau projet. J’aurais bien aimé jouer avec lui mais pourquoi pas dans les années futures évoluer sous les couleurs creusotines avec un autre jeune espoir en devenir.
Enfin, j’ai également souvent entendu parler de l’ambiance autour des matchs et des après-matchs, qui m’a-t-on dit sont plutôt sympathiques.

Nous l’avons compris, ta carrière est longue et elle a certainement été remplie de hauts et de bas. Donc pour finir, pourrais-tu nous raconter un fait marquant de tes 25 années de ping à haut niveau ?
Tout d’abord, il faut savoir que j’estime personnellement que mes performances individuelles ne valent en rien les émotions vécues en double ou par équipe.  
C’est pourquoi, plus que des faits, je choisirai plutôt deux périodes importantes de ma vie de pongiste, où ses valeurs de partage sont on ne peut plus présentes.
Premièrement, l’ensemble de mes titres en double, notamment les 5 remportés avec Christophe Legoût ont tous une saveur particulière.
Et deuxièmement, les 4 années que j’ai passé à Angers m’ont particulièrement marquées puisque durant cette période nous avons atteint avec l’équipe, une finale de coupe d’Europe, ainsi qu’un quart de finale et une demi-finale de Ligue des Champions, en partageant tous ensemble des joies, des déceptions, et des rencontres aux scénarios et aux ambiances indescriptibles.
 
Un grand merci à Michel Martinez pour m’avoir accordé ses quelques mots, et rendez-vous à la rentrée 2019 pour la reprise du championnat pour le découvrir en chair en os et à la table.

Michel Martinez en bref et en chiffres :
Son palmarès :
60% de victoire en PRO A entre 2004 et 2014.
Champion de France en Double messieurs en 2002, 2007, 2009, 2010, 2012 et 2014.
Champion de France en Double Mixte en 2000.
Vice-Champion de France en Simple Messieurs en 2006.
Vainqueur du Top 12 national en 2000.
1 participation aux championnats d’Europe en 2000.
1 participation aux championnats du monde en 1999.
Double médaillé d’or en simple et en double aux Championnats Méditerranéens en 1998.
Champion de France juniors en  1995, 1996 et 1997.
Champion de France minimes en 1992.

Son meilleur classement mondial : N° 105
Son meilleur classement français : N°2
Son classement actuel FFTT : N°51 – N°22 français
Son surnom : Mitch
Sa principale qualité : Combattant/Guerrier
Son principal défaut : Déteste la défaite
Une citation qui le caractérise : «La seule personne à dépasser est celle que tu étais hier »