mercredi 28 juin 2017
Édito
Et qu'on se le dise, la nouvelle majorité est aussi légitime que la précédente.
Sondage
Votez pour votre «photo préférée» du Creusot
Questions à...
«La Saône-et-Loire c’est 3000 créations par an»
«Mon objectif est vraiment d’éviter les doublons pour gagner en efficacité»
«Aller vers un CFA unique Sud Bourgogne»
> Sports > Rugby

RUGBY : «Merci Julien» pour tout ce que tu as donné au Club Olympique Creusot Bourgogne

20/03/2017 03:18Lu 11308 foisImprimer l’article
L’emblématique capitaine des «bleu et rouge» a pu mesurer combien personne, au Creusot, n’oubliera ce qu’il a donné au COCB.Il a eu droit à la sortie qu’il méritait avant, pendant et après son dernier match officiel au Parc des Sports. Même ses copains d’enfance rugbystique de Langres sont venus.
Il a terminé comme il avait commencé. Avec le sourire. Et quand, après le coup de sifflet final, il lui a été demandé s’il voulait prendre le parole, il a décliné. Julien Lefèvre n’avait finalement pas besoin de s’adresser au public, aux supporters. Car pendant près de 80 minutes, c’est avec son engagement sur le terrain qu’il leur a parlé. Comme il l’a fait tout au long de sa carrière creusotine.
Car oui, on peut parler de carrière. 13 ans, ou 13 saisons au service du rugby en général et du Creusot en particulier. Les montées, les descentes, il a tout connu. Les joies, les détresses, les mauvais coups de sifflet, les bons aussi… Julien Lefèvre a tellement bien incarné les valeurs du rugby creusotin qu’il méritait la fête qui lui a été réservée en ce dimanche précédent le printemps.
En accord avec Saint-Priest, le match avait été décalé à 15h15. Car dans un scénario bien écrit, Julien a eu droit à une première entrée sur le terrain. Avec son épouse. Avec leur fille, avec leur fils. Julien Lefèvre a donc traversé une longue haie d’honneur constituée avec les gamins de l’école de rugby ; mais aussi des joueurs de la Nationale B, et de nombreux dirigeants bénévoles. Notamment ceux qui œuvrent dans l’ombre.
Il a vécu tout cela avec le sourire. Ce sourire qui a séduit son épouse France. Ce sourire qu’il sait retrouver très vite, même dans les moments difficiles.
Un bisou à son épouse, des accolades à JPP et à quelques autres. Et puis il est retourné au vestiaire pour chercher sa deuxième famille, celle du COCB. Dans son sillage, le cœur serré, tous vêtus du même tee-shirt saluant leur vénérable capitaine, ils l’ont suivi pour sa «der». Car oui, il faut s’y faire. C’était le dernier match de Julien Lefèvre au Parc des Sports. Le dernier match à domicile de sa très belle carrière. Le dernier match à domicile d’un joueur exemplaire.
Dans les tribunes, c’est un «tifo» à la mode creusotine qui a accompagné ces instants de grande pureté. Il était écrit «Merci Julien». En bleu et en rouge. La grande famille du rugby creusotin a communié avec lui, autant que lui a communié avec elle.
Comme d’habitude il a fait un match tel qu’on le connaît. En mettant de l’engagement, du cœur, de l’envie, de l’abnégation. Bref ces vertus cardinales du rugby, dont on aime qu’elles soient portées hautes au Creusot.
Symboliquement, c’est à quelques minutes du coup de sifflet final qu’il a quitté le terrain. Sous les applaudissements. Evidemment. Et puis le match s’est arrêté. Les joueurs se sont retrouvés avec les entraîneurs, autour de Julien, invité à se mettre au milieu. Il avait eu la victoire qu’il méritait pour tout ce qu’il a donné au rugby creusotin.
Dans les tribunes, on était partagé entre bonheur et tristesse. Les deux, comme quand il a retrouvé ceux venus de Langres spécialement et avec qui il a débuté le rugby.
Ils étaient là, comme étaient là les anciens présidents de Julien Lefèvre. Alexandre Agnani, Jean-Pierre Moreau, Michel Popille, André Ferrari, Jean-Claude Bourdiau, et évidemment Jean-Paul Pelloux et Pierre Doucet qui avaient organisé une remise de cadeaux au Mille Club où cette belle journée s’est prolongée, comme on sait le faire dans le monde du rugby…
Au nom de tous les amoureux du rugby creusotin, «Merci Julien». Merci très sincèrement pour tout ce que tu as donné au COCB.
Alain BOLLERY
(Photos Alain BOLLERY, 
Christophe BOUILLET et Rui FERNANDES)


RUGBY : La «der» de Julien Lefèvre au Creusot par creusot-infos