mercredi 20 novembre 2019

Réservez dès maintenant au 03.85.78.59.50

Soirée Beaujolais : Samedi 23 Novembre

Repas dînatoire et soirée musicale «Cave Men» : Vendredi 6 Décembre

Soirée de la St Sylvestre : Mardi 31 Décembre

Édito
Les cheminots qui, vendredi, ont décidé de ne pas travailler ont délibérément pris en otage les usagers. Les conséquences de ce mouvement n’étaient pas acceptables.
Questions à...
«La Bourgogne est reconnue mondialement...» déclare le Président de Paris 2024 dans une interview à creusot-infos.
Le leader de l’opposition, qui avait échoué de peu en 2014, sera bien à nouveau candidat. Sa liste et son projet seront dévoilés en janvier. Mais Charles Landre a déjà donné quelques pistes dans une interview à creusot-infos.
«Un projet neuf et des pratiques nouvelles»
«L’élection sera le statuquo ou innover»
«Il faut rendre la ville attractive»
«Les quartiers ont besoin d’une action humaine»
1er vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des transports, Michel Neugnot réagit au mouvement à la SNCF, revendiqué «droit de retrait» qui a privé de trains TER des milliers de voyageurs vendredi et qui s’est poursuivi…
«Tout est fait pour que la sécurité soit assurée»
«Sur un Dijon – Nevers pas question de supprimer les contrôleurs»
«Dans les Ardennes c’était un accident de la route»
«C’est un mauvais procès de dire qu’il y avait une situation d’insécurité faute de contrôleurs»
Écouter, lire, voir
> Sports > Rugby

RUGBY (Fédérale 2) : Le Creusot, tel un rouleau compresseur, a écrasé Nuits Saint-Georges

20/10/2019 18:30Lu 5697 foisImprimer l’article
Dans un match d’hommes qui s’est d’abord joué devant, les avants du Creusot ont été sans pitié pour ceux de Nuits Saint-Georges qui ont souvent brouté le peu d’herbe du Parc des Sports. Nuits aurait pu l’emporter, mais la victoire est revenue à l’équipe qui le voulait le plus.ACTUALISE
Ce sont des matches qui ne s’oublient pas, qui marquent l’histoire, disait en substance Nicolas Pommerel dans une interview à creusot-infos. On savait que de toute façon cette rencontre marquerait l’histoire. Déjà pour trois raisons. La première c’est que c’est bien la 1ère fois que Le Creusot, pour cause de sécheresse, disputait son premier match à domicile dans la seconde quinzaine d’octobre. La seconde, c’est que c’est la 1ère fois qu’il était arbitré par une femme qui, même si plutôt avec raison elle a refusé trois essais au COCB, a parfaitement tenu la rencontre. La troisième c’est que c’était la 1ère au Parc des Sports, avec la nouvelle main courante qui permettra d’accueillir des phases finales.


Disons le tout net, si cette équipe du Creusot version 2019/2020 ne se qualifie pas c’est soit qu’elle sera anéantie par les blessures, soit que sportivement elle s’écroulera.
On sait que le rugby débute devant et sans doute plus au Creusot qu’ailleurs. Eh bien les joueurs de Nicolas Pommerel et d’Eric Catinot, excité comme un junior, l’ont prouvé en mettant les Nuitons au supplice.
Cette saison, si le COCB continue de la sorte, on parlera du supplice creusotin sur son terrain. Ou alors il faudra être très très costaud comme Orsay.
Les «bleu et rouge» ont réalisé un match qui à défaut d’être parfait, a montré qu’ils étaient capables d’élever leur niveau pour mettre à la raison un des prétendants affirmés à la Fédérale 1. Il fallait d’ailleurs voir la tête d’Eddy Joliveau, l’ancien creusotin, entraîneur de Nuits, assis dans sa cahute, pour comprendre que même si son équipe pouvait l’emporter sur un coup du sort, il avait parfaitement mesurer que oui Nuits a encore du chemin à faire pour régner en puissance sur la poule.
Avec des pilonnages incessants et dévastateurs de la défense Nuitonne, les Creusotins ont fait honneur à l’emblème de la ville, ce marteau pilon dont l’éclairage a été refait. Les Creusotins ont inscrit quatre essais d’avants, dont deux par Julien Deleplanque qui n’a pas surgi de la planque pour scorer, mais à l’instar de ses partenaires, a toujours été au combat et a su mettre le nez dedans.
Nicolas Pommerel l’espéraient, les Creusotins peuvent se regarder en face après leur belle victoire. Et s’il est encore trop tôt pour tirer des plans sur la comète, il est clair que les autres équipes de la poule vont parfaitement intégrer que si ce COCB a été capable de battre le leader, alors d’autres tomberont s’il ne tombe pas dans la facilité.
Même si c’est bien collectivement que Le Creusot a battu Nuits, il convient de souligner l’omniprésence de Papavadze, ou encore le tranchant de Suta, qui ont été les fers de lance du paquet.
Alain BOLLERY 
(Photos Alain BOLLERY)

Le film du match

5ème : Drop contré de Catinot après un bon travail des avants. L’arbitre revient à une position de hors-jeu. Catinot rate les perches de 25 pratiquement en face.
9ème : Nuits prend une pénal’touche. Marion en envoie Genieux à l’essai, transformé par ce même Genieux (0-7)
13ème : Essai refusé au Creusot qui obtient une mêlée et perd la balle sur une faute à la sortie.
15ème : Le Creusot pilonne la défense de Nuits après une pénal’touche. Mansour ne parvient pas à marquer. Le Creusot obtient une pénal’touche :
20ème : …C’est la bonne. Suta sort de la boite tel un diable et va aplatir. Catinot transforme (7-7)
23ème : Genieux profite d’un hors jeu pour passer une pénalité (7-10)
28ème : Nouveau pilonnage du COCB qui provoque une faute, prend la pénal’touche et Deleplanque va marquer dans un trou de souris. Catinot transforme (14-10)
32ème : Le Creusot prend une pénal’touche mais perd la balle.
36ème : Essai refusé à Suta pour un en-avant préalable.
38ème : Le Creusot se fait contrer dans les 30 mètres de Nuits et c’est le 9 nuiton Meunier qui se charger d’aller plonger derrière la ligne (14-15).
40ème : Nouvel essai refusé au COCB. L’arbitre revient à un hors jeu. Le COCB prend la pénal’touche ; Deleplanque trouve impeccablement Papavadze, vient se replacer avec ses avants et finit le travail en marquant son 2ème essai. Catinot trouve le poteau sur la tansfor (19-15).
45ème Genieux rate une pénalité pour Nuits.
55ème : Faute sur Mansour et carton jaune pour le talonneur de Nuits Vgito. Papavadze va derrière la ligne sur la pénal’touche, mais l’essai est refusé.
65ème : Papavadze perd la balle sur une belle progression. Hors jeu. Catinot passe pénalité (22-15)
72ème : Après une pénalité, essai collectif de Nuits transformé par Genieux (22-22).
75ème : Faute de Nuits sur une mêlée. Catinot ajuste la pénalité de la victoire (25-22).

Éric Catinot (Entraîneur du COCB) : « C'est une grande joie. On était dans l'incertitude, après une semaine compliquée, avec des blessures au dernier moment et des coups du sort pendant le match. Ce qui est intéressant, c'est qu'on avait dit qu'il y aurait un avant et un après Nuits, ce match devait lancer notre saison. Il va falloir compter avec nous cette année car les garçons ont répondu présents pour battre cette belle équipe. Notre saison va vraiment démarrer! »
Dazzy Cornez (Arrière du COCB) : «  On avait comme objectif de les bousculer. Ils sont les premiers, on voulait envoyer un message à l’ensemble de la poule comme quoi on était là. On a bien respecté les consignes, on a joué proprement. On a fait le travail et le résultat final fait plaisir. On va quand même six fois derrière leur ligne (mais trois essais sont refusés car le ballon n’est pas aplati, NDLR), ça prouve qu’on a été perforant. Et en fin de rencontre on a su garder le score. »
Eddy Joliveau (Entraîneur de Nuits-Saint-Georges) : « D’abord félicitations aux Creusotins, ils méritent leur victoire. On a été pris dans l’engagement et sur les rucks. Ils en voulaient plus que nous. Nous, on a été timorés en première mi-temps. Cet après-midi, on a vu une opposition de styles. À la fin, on meurt à trois points, ça se joue sur des détails. Mais aussi sur de l’envie. Et aujourd’hui, c’est l’équipe qui en voulait le plus qui a gagné. »
Recueilli par Christophe Bouillet