mercredi 21 février 2018
Édito
Personne n’a oublié que l’avocat de Nordahl Lelandais a défendu avec de la violence verbale son client en accusant les gendarmes et la justice dans l’affaire Maëlys.
Sondage
Approuvez-vous le principe de départs volontaires des fonctionnaires ?
Questions à...
Le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie, dans une interview à creusot-infos, parle de la bonne santé économique de la Saône-et-Loire, avec comme symbole le renouveau de Framatome, mais pas seulement…
«En Saône-et-Loire, 25% des emplois sont industriels»
«La plus forte amélioration du taux de chômage est dans la Communauté Urbaine»
«Faisons aimer les usines»
L’ancien secrétaire d’Etat à l’industrie de François Hollande répond à creusot-infos sur Framatome et sur l’avenir du nucléaire. Un dossier sur lequel il a été très impliqué quand il était à Bercy.
«Oui, je le dis clairement, en France il faut remplacer les anciennes centrales nucléaires par de nouvelles centrales EPR»
L’élue du Creusot est à la tête d’un budget important au Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté. Dans une interview elle trace les perspectives 2018. Avec un appel à projets pour l’ensemble des clubs.
Écouter, lire, voir
> Sports > Rugby

RUGBY (Fédérale 2) : Le Creusot gagne, mais sans bonus, face à Bourges

11/02/2018 17:45Lu 4668 foisImprimer l’article
Les visiteurs ont donné bien du fil à retordre aux «bleu et rouge» à qui un essai parfaitement valable a été refusé. Il n’ont donc pas accroché le bonus offensif.ACTUALISE : Les réactions d'après-match.
Il fallait s’y attendre, il y avait moins de monde que d’habitude, ce dimanche après-midi au Parc des Sports. Le temps hivernal avait conduit nombre de supporters à rester devant leur écran de télévision pour voir l’équipe de France à l’œuvre en Ecosse. Et en cela les dirigeants des clubs de Fédérale 1, 2 ou 3 remercient sincèrement Bernard Laporte de les avoir ainsi privés de nombre de passionnés et supporters.
Il faut quand même oser programmer une journée de championnat amateur quand les Bleus disputent le tournoi des six Nations… C’est ce que l’on appelle un manque de respect.
Par une température hivernale et sur un terrain lourd et gras, il ne fallait pas s’attendre à voir du spectacle. Les Creusotins avaient bien de bonnes intentions, mais il était difficile de réciter les meilleures leçons de rugby face à une formation venue pour défendre encore et toujours et prétendante au point de bonus défensif.
Les Creusotins avaient pour ambition de prendre le point de bonus offensif. Mais il leur a manqué un essai. Sans doute celui inscrit en première période par Vialay, sur un excellent travail de Bourillot. Un essai refusé pour un en-avant qui n’existait pas, comme le prouve notre reportage photos. Mais tout le monde peut se tromper. Un troisième essai aussi refusé sur la dernière action du match, l’arbitre estimant que le ballon n’avait pas touché le sol dans les règles.
On le voit, c’est bien Le Creusot qui s’est évertué à produire du jeu, à tenter d’accélérer pour faire pencher la balance du bon côté. Il a gagné. C’est bien. Il aurait eu le point de bonus cela aurait été mieux et cela aurait récompensé ses efforts. On notera l’excellente prestation de Bourillot assurant l’homme du match.
Alain BOLLERY
(Photos Alain BOLLERY)

Le film du match

2ème : Faute du Creusot. Khalifa ouvre le score sur pénalité (0-3)
4ème : Carton jaune à Abbatista et au 3ème ligne Billaud, pour un échange de coups. Bourillot rate les perches.
13ème : Belle progression du COC. Catinot ajuste un drop (3-3).
17ème : Catinot rate les perches sur un hors-jeu à 40 mètres en face.
23ème : Nouvel échec de Catinot sur une pénalité à gauche.
28ème : Bourillot trouve les perches (6-3).
32ème : Bourillot fait le trou, sert magnifiquement Vialay qui plonge en coin gauche. Essai refusé.
33ème : Mêlée. Le Creusot récupère balle. Ali est porté dans l’en-but mais retombe sur le dos.
35ème : Succession de mêlées perdues de part et d’autre. Bourge se dégage.
40ème (+2) : Faute du Creusot. Khalifa ajuste de 50 mètres (6-6)
44ème : Superbe accélération de Bourillot qui grille la défense de Bourges pour un caviar à Mathieu Labrosse qui aplatit en coin gauche. Bourillot transforme (13-6).
48ème : Le Creusot avance mais perd la balle. L’arbitre revient à une position de hors-jeu. Bourillot rate la pénalité.
54ème : Khalifa rate de peu une pénalité de 55 mètres pour Bourges.
68ème : Manu Herbin fait le trou et permet à Degueurce de passer la ligne à droite et d’aller inscrire l’essai scellant définitivement la victoire. Bourillot transformation (18-6).
80ème (+2) : Le Creusot prend deux pénal’touches, insiste, passe la ligne, mais l’essai n’est pas accordé.


Entre guillemets :

Julien Lefèvre : «Je suis plutôt content, les gars ont fait un bon match. On a été cohérents dans le jeu, on a vu sur le terrain qu’on a fait ce qu’on bosse aux entraînements et en ce sens c’est un bon match. On voit qu’on ne travaille pas pour rien. Le seul regret qu’on peut avoir c’est qu’on ne prend pas le point de bonus.
Je suis aussi content pour Max Degueurce qui a fait une bonne partie. Au pied on a effectivement eu du déchet dans les pénalités mais on gagne, c’est le principal. En tout cas je suis satisfait du contenu rugbystique».

Raphaël Bourillot : «C’est bien, je suis super satisfait. Même après quinze jours de coupure on retrouve nos principes de jeu. C’est la première fois cette saison qu’on alterne vraiment le jeu, au pied, à la main, devant, derrière… On a une bonne ligne de trois-quarts, Kévin (Catinot) a fait vraiment une belle partie. Et devant, ils font un super match. C’est juste dommage qu’on n’ait pas pu prendre le bonus».

Nicolas Pommerel : «C’est un bon match. Sur le contenu, c’est bien. On a bien répondu devant, les avants qui ont commencé le match ont fait un gros travail. Moi je rentre en cours de match, c’est plus facile… Quand les gars sont usés, c’est que le travail a été bien fait avant. Et à la fin ils étaient à la rue. Le bonus ça aurait été la cerise, mais bon… C’est vrai que sur le contenu on peut dire qu’aujourd’hui on perd un point… mais on en gagne quatre!»
Recueilli par Christophe Bouillet