mercredi 13 novembre 2019

Découvrez les soirées à thèmes de ce mois de Novembre

Samedi 16 Novembre : Soirée Traxx III

Samedi 30 Novembre : Soirée 70/80/90/2000 avec DJ FLUCH

 À partir de 19h sur réservation

Édito
Les cheminots qui, vendredi, ont décidé de ne pas travailler ont délibérément pris en otage les usagers. Les conséquences de ce mouvement n’étaient pas acceptables.
Questions à...
Le leader de l’opposition, qui avait échoué de peu en 2014, sera bien à nouveau candidat. Sa liste et son projet seront dévoilés en janvier. Mais Charles Landre a déjà donné quelques pistes dans une interview à creusot-infos.
«Un projet neuf et des pratiques nouvelles»
«L’élection sera le statuquo ou innover»
«Il faut rendre la ville attractive»
«Les quartiers ont besoin d’une action humaine»
1er vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des transports, Michel Neugnot réagit au mouvement à la SNCF, revendiqué «droit de retrait» qui a privé de trains TER des milliers de voyageurs vendredi et qui s’est poursuivi…
«Tout est fait pour que la sécurité soit assurée»
«Sur un Dijon – Nevers pas question de supprimer les contrôleurs»
«Dans les Ardennes c’était un accident de la route»
«C’est un mauvais procès de dire qu’il y avait une situation d’insécurité faute de contrôleurs»
Dans une interview à creusot-infos il parle du Mondial au Japon, de l’équipe de France, du Top 14, du rugby trop violent et du Creusot.
Écouter, lire, voir
> Sports > Rugby

RUGBY (Fédérale 2) : Le Creusot bat Saint-Priest mais fait rager ses supporters

10/11/2019 18:10Lu 4184 foisImprimer l’article
Par excès dont on ne sait quoi, et surtout par manque de lucidité, les joueurs du Creusot ont permis aux banlieusards lyonnais de les priver du point de bonus offensif, obtenu à la 78ème et perdu dans les arrêts de jeu.
Quand à la 78ème minute, Kévin Catinot s’offrit un rush dans les 30 derniers mètres pour offrir, sur un plateau, l’essai du bonus offensif à Cornez, le Parc des Sports chavira de bonheur. Car ce qui importait ce dimanche de veille de l’armistice de 1918 c’était certes la victoire, mais aussi le point de bonus qui devait aller avec.
Oui mais voilà. Alors que l’arbitre indiqua une minute de temps supplémentaire, alors que Saint-Priest perdit la balle dans les 22 du COCB, les Creusotins manquèrent cruellement de lucidité. Par trois fois ils eurent l’occasion de dégager le ballon en touche. Facile. Oui mais facile n’est sans doute pas creusotin. Alors ce qui devait arriver arriva. Une faute du Creusot et donc une pénalité pour Saint-Priest, avec à l’arrivée tous les joueurs qui poussent pour un essai du 3ème ligne Vaizant, à la 86e minute, avec en prime la transfo.


Pas suffisant pour Saint-Priest pour obtenir le bonus défensif, mais suffisant pour priver Le Creusot du bonus offensif.
Alors forcément, les «bleu et rouge» ne pouvaient pas être pleinement satisfaits à l'heure de rejoindre le vestiaire, tandis que les banlieusards lyonnais fêtaient leur saine réaction des dernières minutes. Dans le sport, il y a des victoires que l’on ne peut pas vraiment fêter, et des défaites dont on peut se satisfaire.
«Il faut espérer qu’en fin de saison ce point perdu ne nous manquera pas», commenta, la rage au ventre, un dirigeant du COCB. Et cette amertume pouvait être partagée, car quand on mène 17-0 à la 15ème minute et que l’on a fait la preuve que l’on pouvait créer le danger tout simplement en étant appliqué et en étant constant dans l’effort, on peut effectivement se poser la question de savoir pourquoi et comment Le Creusot n’avait pas pris le grand large plus vite et plus tôt dans cette partie. Même s'il faut bien admettre qu'avec une mêlée puissante, les visiteurs ont su donner du fil à retordre aux Creusotins.
Mais la réaction d’orgueil de Saint-Priest après 20 minutes ne peut pas tout expliquer. Au delà de sa victoire, Le Creusot a trop souvent joué en mode «courant alternatif» et il l'a payé même s'il ne faut pas trop faire la fine bouche. C’est bien tout le paradoxe de ce match que Le Creusot devait remporter largement avec le bonus, qu’il a gagné avec 11 points d’avantage et qui ne satisfait pas pleinement.
Gageons que les bons enseignements seront tirés de ce match qui a laissé un goût d’inachevé. Problème le déplacement à Pontarlier, sans doute dans le froid avec de la neige pas loin, sera tout sauf une partie de plaisir.
Alain BOLLERY
(Photos Alain BOLLERY)

Le film du match

3ème : Pénalité de Catinot (3-0)
6ème : Dubois manque l’égalisation pour Saint-Priest.
11ème : A la sortie d’une pénal’touche, Papavadze percute deux adversaires et va plonger derrière la ligne. Catinot transforme (10-0)
15ème : Le Creusot avance et la balle sort pour Tuilevuka qui va facilement sous les perches. Catinot transforme (17-0)
27ème : Pénalité de Dubois pour Saint-Priest (17-3)
29ème : Dubois rate pénalité.
32ème : Le 2ème ligne Bonaz profite d’une pénal’touche pour, porter par la meute, inscrire un essai, non transformé.
43ème : Saint-Priest est sanctionné pour un ballon pas libéré, après une grosse séquence.
47ème : A la sortie d’une pénal’touche, Papavadze emmené par les avants, signe son deuxième essai. Catinot le transforme (24-8)
60ème : Pénalité de Dubois (24-11).
67ème : Carton blanc à Vuli.
78ème : Kévin Catinot fait le trou et offre un caviar à Cornez. Catinot transforme (29-11)
86ème Vaizant, profite de la puissance de son pack, pour aplatir. Royer transforme (29-18).

Les réactions :

Nicolas Pommerel (entraîneur du Creusot) : «Je suis très content, parce que je redoutais cette équipe. Ils sont solides, ils sont joueurs, je les craignais vraiment. On a fait une entame parfaite, avec 17 points en un quart d’heure. C’est une belle équipe, donc il est clair qu’on n’allait pas dominer tout le temps. On a d’ailleurs moins dominé ce match que contre Nuits.
Les gars étaient piqués après Meyzieu, et là ils ont eu une belle réaction. Maintenant on va aller à Pontarlier et là on va pouvoir se jauger car lors der nos déplacements chez des concurrents directs, on n’a pris qu’un point. On verra à Pontarlier si on est capable de finir dans les premiers… »
Christophe Tosoni (entraîneur de Saint-Priest) : « On a été cueillis à froid, on prend 17 points d’entrée. On loupe notre entame donc après c’est compliqué, même si on a fait jeu égal. Il nous a aussi parfois manqué la dernière passe ; Le Creusot a été plus réaliste. »
Davit Papavadze (3ème ligne du Creusot) : «C’est notre deuxième match à domicile et notre deuxième victoire après Nuits. On bat une belle équipe. C’est collectivement, en équipe qu’on est allé chercher la victoire»
Recueilli par Christophe Bouillet et Rui Fernandes