jeudi 19 septembre 2019

Offre «Foire»

-15% sur les portails et leur motorisation*

-5% sur les portes de garage**

Hall 3 – Stands 85/87/89

Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Le lundi 9 septembre 2019 restera dans l’histoire pour l’Hôtel-Dieu du Creusot, avec la première intervention chirurgicale réalisée avec le robot chirurgical, le 1er de Saône-et-Loire.
Le Docteur Jean-Philibert Combier a réagi dans une interview exclusive à creusot-infos.
«Le robot ne remplace pas le chirurgien. Il exécute ses gestes. C’est un progrès considérable»
«C’est capital pour recruter de jeunes médecins»
«Le Maire du Creusot a eu une vision d’avenir et de progrès sur ce dossier stratégique»
Vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées et de l’apprentissage, Stéphane Guiguet détaille l’implication de la Région en matière d’investissements, mais aussi pour «le pouvoir d’achat des lycéens et de leurs familles».
Le conseil départemental est mobilisé pour les Collèges. C’est que ce le Président André Accary a annoncé, ce jeudi matin, à Montchanin, où il a fait sa rentrée des classes.
Écouter, lire, voir
> Sports > Rugby

NECROLOGIE : Le COCB en deuil avec la disparition du «Bzouk»

22/05/2019 03:10Lu 5268 foisImprimer l’article
Joueur de légende du vieux COC, Wladyslaw Bzinkiewicz, dit le «Bzouk» s’est éteint. Son nom polonais l’a sans doute privé de l’équipe de France.René Demaizière rend hommage au champion : «Il était le meilleur 2ème ligne que notre club ait possédé»
C’est bien un joueur de légende du Creusot qui vient de s’éteindre à l’âge de 89 ans. Wladyslaw Bzinkiewicz, dit le Bzouk, a porté très haute les couleurs du Creusot. Il avait notamment été de l’équipe qui était montée en groupe A.
Ses parents, polonais d’origine, étaient venus en France pour travailler au Creusot. Wladyslaw était lui né au Creusot. C’était le 1er janvier 1930. Il avait donc la nationalité française. Il avait surtout une carrure exceptionnelle. Il avait découvert le rugby à son adolescence, et il n’avait pas 20 ans quand il avait été appelé en équipe une du COC.
Joueur puissant il aura porté les couleurs «bleu et rouge» pendant 20 ans, de 1949 à 1969.
Fraiseur, il avait travaillé à la SFAC. Marié il a eu deux enfants avec son épouse Micheline : Roland et Bernard. Le premier a travaillé dans la Police ferroviaire et le second à la BNP.
Le Bzouk était à l’armée quand son épouse avait donné naissance à Roland. Il était à l’armée et de Dijon il avait rejoint le célèbre Bataillon de Joinville où il était avec Lucien Mias.
A une époque où les rugbymen devaient concilier rugby et travail, le Bzouk était une véritable légende sur le terrain. Il a mérité l’équipe de France, mais à l’époque son nom polonais était comme un handicap et les grands manteaux du comité de sélection s’étaient abstenus de l’appeler pour qu’il porte le maillot frappé du coq.
Quand en 1969 il avait arrêté de jouer, il s’était naturellement occupé des jeunes et notamment de ses enfants. Puis de la sélection de Bourgogne. Roland avait lui pris la direction du Stade Dijonnais et Bernard du club de Roanne.
Le Bzouk était connu pour avoir une hygiène de vie parfaite. Pas plus d’un verre de vin par repas. Arrivé en retraite, il avait rejoint l’ACAPS pour continuer de vivre et partager son amour des pratiques sportives. En fin de vie, il avait intégré la maison de retraite du Canada et c’est à l’Hôtel-Dieu qu’il a poussé son dernier souffle.
Ses obsèques auront lieu jeudi 23 Mai à 14h30 en l’église Saint-Henri. A son épouse Micheline, à ses enfants, à sa famille, à ses amis, creusot-infos présente ses sincères condoléances.
A.B.

Wladislaw Bzinckiewicz faisait partie de la légion d'origine polonaise qui contribua largement à la montée du COC, en première division et à son maintien. J'ose prétendre qu'il reste le meilleur 2ème ligne que notre vieux club ait possédé, et qu'il méritait une sélection nationale, n'eut été son origine. Cet athlète exceptionnel savait se faire respecter et était notre tour de vigie rassurante pour affronter les meilleurs clubs de l'époque, avec de grands 2èmes lignes ,tels que Mias, Sorro, Moga membres de l'équipe de France. Son exceptionnelle longévité sportive lui a même permis, à près de quarante ans de jouer avec ses fils Bernard et Roland sous le maillot bleu et rouge.
Adieu mon ami Wladis.

René Demaizière
Pt d'honneur des anciens du COC