jeudi 19 septembre 2019

Offre «Foire»

-15% sur les portails et leur motorisation*

-5% sur les portes de garage**

Hall 3 – Stands 85/87/89

Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Le lundi 9 septembre 2019 restera dans l’histoire pour l’Hôtel-Dieu du Creusot, avec la première intervention chirurgicale réalisée avec le robot chirurgical, le 1er de Saône-et-Loire.
Le Docteur Jean-Philibert Combier a réagi dans une interview exclusive à creusot-infos.
«Le robot ne remplace pas le chirurgien. Il exécute ses gestes. C’est un progrès considérable»
«C’est capital pour recruter de jeunes médecins»
«Le Maire du Creusot a eu une vision d’avenir et de progrès sur ce dossier stratégique»
Vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées et de l’apprentissage, Stéphane Guiguet détaille l’implication de la Région en matière d’investissements, mais aussi pour «le pouvoir d’achat des lycéens et de leurs familles».
Le conseil départemental est mobilisé pour les Collèges. C’est que ce le Président André Accary a annoncé, ce jeudi matin, à Montchanin, où il a fait sa rentrée des classes.
Écouter, lire, voir
> Sports > Rugby

LE CREUSOT : Tout le monde salue, avec émotion, la mémoire d'André Ferrari

21/08/2018 17:40Lu 16711 foisImprimer l’article
creusot-infos a recueilli les réactions de Jean-Claude Bourdiau, David Marti, Jean-François Contant, Guy Arnoud, mais aussi de l’amicale des anciens du COC, de Jean-Paul Pelloux et Pierre Doucet.
ACTUALISE : Mardi à 17h40 avec un nouvel hommage.
L’annonce de la brutale disparition d’André Ferrari (lire l’article de creusot-infos) a ébranlé nombre d’amis du rugby bien au-delà du Creusot. Car «Dédé» Ferrari, Andréa de son prénom d’état civil, ne pouvait laisser personne indifférent tant son engagement était grand autant au service du rugby, du COCB, que du Creusot. Car «Dédé» Ferrari se faisait toujours une joie et un bonheur que son «COC» puisse porter hautes les couleurs de la cité du Pilon.
Les réactions sur les réseaux sociaux, comme celles enregistrées par creusot-infos, sont unanimes pour souligner les infinies qualités de cet homme qui restera comme un des grands dirigeants associatifs du Creusot. En ce sens, on peut en être certain, le COCB saura perpétuer sa mémoire.
A.B.

René Demaizière :

«Il visitait et aidait les anciens»

«Il serait indigne de ma part de me soustraire au concert de louanges (ô combien méritées) adressées à notre grand ami André Ferrari.
Pratiquement, tout a été dit ,quant à son engagement indéfectible auprès du COC. Il était le pont idéal qui permettait de joindre les différentes époques de notre club. Mais, je voudrais signaler particulièrement l'attention qu'il portait aux très anciens, qu'il visitait et surtout qu'il aidait dans les moments difficiles.
Adieu André, tu manqueras beaucoup à toutes les générations de notre cher club.
René Demaizière est Président d'honneur des anciens du COC.

Jean-Paul Pelloux et Pierre Doucet :

«Tu avais la sagesse des anciens et le recul que nous devons tous avoir»

La grande famille du Club Olympique Creusot Bourgogne, est plongée dans une profonde tristesse depuis ce samedi 18 Août.
Elle vient de perdre l’un des siens, l’un de ses grands personnages : André Ferrari, plus communément appelé « Dédé ».
Le club présente ses plus sincères condoléances à son épouse Martine, ses enfants, ses petits-enfants et tous ses proches.
André, tu vas laisser un très grand vide.
D’une implication permanente, sans faille et exclusivement au service des autres, tu as participé, traversé, et partagé toutes les grandes époques de notre vénérable club.
Tu as connu toutes ses grandes heures, mais surtout rencontré toutes les générations, de joueurs, d’éducateurs, d’entraineurs, de bénévoles, des dirigeants, de Présidents depuis 60 ans car ce qui t’animait au-delà du rugby, c’étaient les personnes.
Chose rare, et ce qui est rare, est précieux, surtout de nos jours.
Ton engagement dans le rugby est très ancien, mais surtout pourvu d’une grande richesse, car tu as touché à presque tout ce que l’on peut faire dans un club, c’est dire.
Nous pourrions écrire un livre ! Tu avais la sagesse des anciens et le recul que nous devons tous avoir sur bien des choses.
Ton accent « local » masquait ton origine italienne.
Masquait seulement, car tu savais partager et communiquer ton amour pour ce magnifique pays, gravement touché lui aussi dernièrement….
Mais ton accent ne peut s’oublier, nous devons continuer à transmettre ce que tu faisais si simplement, si naturellement et avec conviction : les valeurs et la culture de cette chère région de France.
Plus que tout autre chose, tes yeux charmeurs pétillaient encore plus, lorsque tu étais auprès des jeunes. Ton sourire et ton enthousiasme constants, nous rassuraient et nous galvanisaient tous.
Et chose encore plus rare, tu te plaçais « au-dessus de la mêlée », plaçant le collectif au milieu, très loin de futiles polémiques.
Cette citation d’une grande dame, Simone Veil, pourrait te résumer quelque peu :
« Les Erreurs ne se regrettent pas, elles s’assument. La Peur ne se fuit pas, elle se surmonte. L’Amour ne se crie pas, il se PROUVE ! ».
Tu l’as fait toute ta vie et tu nous as tracé un beau chemin.
Merci André
Reposes en Paix»
Pour le COCB
Jean-Paul Pelloux et Pierre Doucet
Co-Présidents


Jean-Claude Bourdiau

«Un gentil éternellement optimiste»

«J’ai été informé alors que j’étais à Auxerre. Ca a été un moment difficile pour tout le monde. C’était une terrible nouvelle qui a touché tout le monde et notamment les joueurs formés au Creusot ou au COC depuis longtemps qui l’ont tous connu et bien connu.
Cette mort brutale c’est vraiment terrible. Dédé, même dans les moments difficiles il était toujours là, pour réconforter. Dédé c’était un gentil éternellement optimiste. Il gardait toujours le moral et il s’évertuait à le transmettre aux autres. Il se levait COC et il se couchait COC.
Quand il a accepté d’être co-président avec moi, il a été un soutien précieux. Dédé, c’était quelqu’un qui ne faisait pas de bruit. Et quand il critiquait, ce qui était extrêmement rare, c’est vraiment que ça allait mal. L’histoire a montré qu’il avait pratiquement toujours raison.
Au COC, il a tout fait, de joueur à dirigeant en passant par arbitre, éducateur. Quand on travaillait ensemble, l’école de rugby c’était lui. En fait on pouvait lui demander n’importe quoi, il était toujours d’accord pour donner de sa personne au service du COC, mais aussi de l’amicale des anciens».
Jean-Claude Bourdiau et André Ferrari ont été co-présidents du COCB, pendant 2 saisons, jusqu’en juin 2016

David Marti

«Il a donné sa vie au rugby et à son COC»

«Dédé» je l’estimais beaucoup et c’était un ami. Je l’ai toujours connu au club. Il était un amoureux du sport en général et du rugby en particulier. Et il a donné une partie de sa vie au rugby et à son COC où il a occupé toutes les fonctions. Dédé il n’était pas sectaire. Il était ouvert et dévoué. Quand c’était compliqué, il cherchait des solutions. Il était aussi très altruiste, comme en témoignait son engagement pour le téléthon, pour lequel il s’est mobilisé pendant tant d’années. Il était toujours là. Alors oui, il va nous manquer, oui il va manquer au COCB. Dédé a marqué le club et la ville, car il avait le souci de la bonne représentation du club».
David Marti est maire du Creusot et Président de la CCM, et ancien joueur du COC


Jean-François Contant

«Avec un «Dédé» Ferrari dans chaque club, le rugby se porterait mieux»

«Je suis infiniment triste de cette brutale disparition. Dédé, je l’avais eu comme arbitre, comme délégué sportif. On était parti en Tunisie et j’avais été très heureux qu’il obtienne la médaille de la Fédération, car elle était méritée. Dédé c’était un gars distingué, avec jamais un mot plus haut que l’autre et pourtant il savait faire passer les messages sur le terrain et en dehors du terrain. Il restera comme ayant été un des grands dirigeants du rugby en Bourgogne. Et je le dis, s’il n’avait pas été là, Le Creusot aurait pu avoir des moments plus compliqués. Beaucoup de clubs aimeraient avoir un «Dédé» Ferrari dans leurs dirigeants. Il faudrait un «Dédé» Ferrari dans chaque club et je vous le dis, le rugby se porterait mieux».
Jean-François Contant est président de la Ligue de Bourgogne – Franche-Comté


Guy Arnoud

«Son engagement était total»

«Ce qui m’a toujours frappé, c’est qu’il touchait à tout. Il s’est investi comme peu sont capables de le faire. Notamment en acceptant de prendre la Présidence de l’amicale des anciens. Son engagement était total. Il allait voir les plus anciens, il ne laissait tomber personne, comme il l’a montré dernièrement avec Michel Bardol. Dédé était très humain. Il était devenu naturellement le maitre d’œuvre du Téléthon et je ne suis pas étonné que pour ses obsèques une quête sera effectuée au bénéfice du Téléthon. Sous son impulsion, l’amicale des anciens a souvent celle qui récoltait le plus. Son rôle au COC était essentiel, comme quand il recevait les arbitres et les délégués. Et que dire de son engagement pour l’école de rugby et notamment pour le Challenge Chazette qu’il organisait. En fait, il était tout le temps prêt à s’engager. Avant qu’il parte en vacances, il me parlait de l’organisation du forum des associations qui aura lieu le 2 septembre à la Nef».
Guy Arnoud est président de l'OMS du Creusot

Recueilli par Alain BOLLERY

Les anciens ne l’oublieront pas

«Le rugby , ce sport de voyous pratiqué par des gentlemen, a su créer une famille .
De cette famille j’en fais partie. J’y ai rencontré des personnages extraordinaires, de ceux qui font revivre les émotions et les couleurs de la vie.
J’ y ai rencontré André FERRARI, notre président de l’Amicale des Anciens du COC.
Dédé est mort ! Impossible d’accepter cette idée.
Non, je ne peux me résoudre à cette équation , fin de vie parce que c’est écrit ! Il me semble indécent d’accepter cela !
Pourtant c’est ainsi .
Alors voilà Dédé , tout ce que nous n’avons pas eu le temps de te dire : Merci , merci d’avoir été cet homme attachant, libre, avec cette lumière qui éclairait ton personnage.
Je me souviendrai toujours de ce regard pétillant, le sourire sincère que tu montrais à chacune de nos rencontres, les anecdotes de nos aventures repeintes dans les accents chantant de la gaité que tu portais en toi.
Andrea, était plus qu’un copain, un ami, c’était un frère, un père, un phare pour nous les plus jeunes.
Dédé, va dire à ceux  qui sont là-haut , au paradis des copains , que personne ne vous oubliera.
Nos pensées vont à Martine sa compagne, ses enfants et petits enfants tous imprégnés de cette gentillesse malgré les épreuves de la vie.
J’ ai tant de choses à dire encore, mais tout se bouscule dans ma tête comme une mêlée de rugby d’ ou le ballon ne sortirait jamais .
A Dieu l’Ami, a Dieu mon frère, nous perdons tous une partie de nous.
Michel CUSANT
Secrétaire amicale

Charles Landre

"Par ses engagements, son sens du collectif et sa grande gentillesse André Ferrari était une figure du Creusot, rassembleur et populaire. Au COCB pour lequel il a tant donné il acceuillait avec son inimitable jovialité ceux qui se rendaient au stade qu'ils soient des habitués du Parc des sport ou y viennent pour la première fois. Comme tous ceux qui ont eu la chance de le croiser, de le cotoyer, de lui parler, j'ai été touché par sa sa profonde humanité. Il était inlassablement impliqué dans la vie associative Creusotine et invariablement présent aux cérémonies commémoratives avec toujours la même attention aux autres, un profond sens de l'engagement et son sourire si marquant. Nous sommes tous touchés par la terrible nouvelle, si innatendue, de son décès. Il manquera à tous ceux qui l'ont cotoyé, au Creusot et ailleurs. A sa famille et à ses proches, je présente toutes mes condoléances."