mercredi 17 octobre 2018

Rendez-vous dans votre agence Selectour Voyages Girardot, 20 rue Maréchal Foch

Édito
En annonçant qu’elle ne s’interdisait rien du tout pour 2021, Marie-Guite Dufay a envoyé un message plus que subliminal aux prétendants…
Questions à...
Le directeur de l’Hôtel-Dieu du Creusot fait le point dans une longue interview. Il répond aux syndicats qui ont manifesté, fait le point sur le fonctionnement de l’établissement, dont l’activité se développe.
«Pour toutes nos équipes, il n’y aura jamais assez de patients».
«En Saône-et-Loire, les plus grandes difficultés ne se concentrent pas au Creusot»
«1,2 million d'euros d'investissements sont engagés»
Après le match perdu contre Villeurbanne et après les 5 premiers matchs, Dominique Juillot dresse un premier bilan dans une longue interview.
Dans une longue interview à creusot-infos, Marie-Guite Dufay, présidente du Conseil Régional de Bourgogne - Franche-Comté, se livre sur de nombreux sujets, y compris celui des prochaines élections régionales en 2021 !
Écouter, lire, voir
> Sports > Football

FOOTBALL (Régionale 2) : Saint-Sernin du Bois ne fait pas une «Beaune» affaire

15/04/2018 18:15Lu 3443 foisImprimer l’article
Diminués, les violets ont été dominés par Beaune.
Ils ont eu un but refusé et ils ont joué vingt minutes à dix.
Marqués par la lourde défaite à Selongey, diminués par des blessures, les San-Serninois savaient que leur match contre Beaune ne serait pas facile. Il ne l’a pas été. Entre deux formations qui de toute évidence se craignaient, c’est sur un coup franc que le résultat s’est joué.
On jouait en effet la 22ème minute quand à la suite d’une mauvaise relance, Kruajitch provoqua une faute près de la surface, légèrement sur la droite. Sabri Abich plaça bien son mur, mais la frappe parfaite du numéro 10 M’Charek se logea dans la lucarne gauche. Un but imparable, sur la première occasion de la rencontre. Un but dont on était loin de penser qu’il allait être le seul et donc celui de la victoire pour Beaune.
Jusque là, le ballon avait beaucoup trop été dans les airs de chaque côté et à ce jeu là, ce sont les Beaunois, plus athlétiques, qui s’étaient montrés les plus adroits pour exploiter le ballon. Sans toutefois cependant parvenir à se montrer dangereux.
En fait la première période s’avéra bien terne, avec beaucoup de ballons perdus, de mauvaises passes. Saint-Sernin trouva pourtant l’égalisation sur un coup franc venu de la gauche (45ème). Mais l’arbitre Monsieur Chaton ne valida pas le but pour un drapeau levé pour hors jeu. Etait il évident ? Les Violets le contestèrent et si nerveusement que leur gardien hérita d’un carton blanc avec obligation de se calmer pendant dix minutes et obligation aussi pour Bretigny de prendre place dans la cage.
La seconde période vit bien les San-Serninois se porter plus souvent à l’attaque. Mais de façon souvent trop désordonnée pour vraiment inquiéter la solide défense de Beaune. Avec aussi des munitions gâchées. Comme sur ce corner, obtenu de haute lutte par Romagon et  complètement raté par Va (58ème).
Deux minutes plus tard, ce sont les Beaunois qui se montrèrent dangereux, avec une bonne sortie de Sabri devant Coupelon.
Cela avant que Saint-Sernin se retrouve une nouvelle fois à dix pour un carton blanc sévère attribué à Puvillan, avant trois minutes plus tard un jaune sévèrement attribué à Vincenot qui avait joué le ballon et certainement pas l’homme.
Bref ça ne tournait pas rond côté Saint-Sernin. A l’approche des 20 dernières minutes, les Beaunois crurent au 2-0 mais le portier des violets s’envola pour détourner une belle frappe de Layouni.
Les violets tentèrent bien le tout pour le tout, mais le portier visiteur se montra intraitable. Comme sur une belle frappe de Puvilland (72e). L’égalisation aurait pu arriver à la 82e minute sur un corner qui passa devant le gardien de Beaune sans que personne ne touche le ballon qui ne demandait qu’à être catapulté dans le but.
Les dernières tentatives des locaux s’avérèrent vaines. Saint-Sernin s’incline pour la seconde fois en huit jours. Les chances de montée en régionale 1 sont maintenant plus faibles. Mais sait-on jamais.
Alain BOLLERY