lundi 20 août 2018
Édito
Ce n’est pas parce que son retentissement médiatique est énorme, qu’il convient de juger l’affaire Benalla à un niveau supérieur de ce qu’elle est et représente.
De quoi s’agit-il ? D’un garçon qui s’est cru plus fort que les autres, parce qu’il était dans le cercle rapproché de la sécurité du Président de la République.
Questions à...
Après une saison à découvrir l’élite du basket français, Bastien Pinault a une formidable envie de voir l’Elan Chalon réussir un bel exercice 2018-2019. Il a envie de tout casser et il veut consentir les efforts nécessaires pour doubler son temps de jeu.
Au soir d’une journée d’intégration où il a emmené ses joueurs sur une falaise avant de les faire marcher sur l’eau, juste avant la reprise officielle de l’entraînement, l’entraîneur de l’Elan Chalon a répondu à nos questions.
Dans une interview fleuve à creusot-infos, Anibal Castano balance ses vérités. Sur son sport le basket, sur la Fédération, sur l'arbitrage.
Écouter, lire, voir
> Sports > Football

EDITO : Z comme Zidane

27/05/2018 08:45Lu 1142 foisImprimer l’article
Le héros de la finale de 98 est maintenant triplement dans la légende.
A l’échelle de notre pays, Zinédine Zidane restera à jamais comme le héros de la finale de la Coupe du Monde 1998, dont on fêtera les 20 ans de la victoire dans moins de deux mois.

Ca c’est donc à l’échelle de la France, car dans les autres pays où le football est roi, de l’Italie à l’Argentine, en passant par le Brésil, la perf de notre «Zizou» le 12 Juillet 1998, est rangée au rang d’autres joueurs de prestige, comme Maradona, Gerd Muller, Pelé. Bref de grands joueurs qui un jour ont fait gagner leur pays en étant au rendez-vous d’une finale.
Depuis ce samedi 26 Mai 2018, Zidane est désormais la plus grande légende du football mondial. Il est en effet le premier à avoir remporté trois fois de suite la finale de la Champions League, la plus prestigieuse compétition des clubs. Et dans un siècle, dans deux siècles, et peut-être même au-delà, il sera toujours fait référence à cette triple couronne.
C’est d’autant plus magique et exceptionnellement impressionnant qu’il faut se souvenir que Zinédine Zidane a été propulsé entraîneur du mythique Real Madrid, alors que celui-ci était en crise.
Depuis il a donc cumulé trois titres européens dans la plus prestigieuse des Coupes. Avant à Madrid, on disait encore Z comme Zorro. Maintenant c’est Z comme Zidane et c’est à jamais.
La seule tâche noire dans la carrière de Zizou restera, pour certains, son coup de boule à Materazzi le 9 juillet 2016. Je me permets d’écrire pour certains, car pour d’autres, Zizou a mis son honneur plus haut qu’une possible victoire en Coupe du Monde. Et ce qui a été considéré comme un «pétage» de plombs, restera pour certains comme la signature d’un homme qui n’aura pas accepté une insulte touchant son amour propre. Qui peut finalement lui en vouloir ? Après tout il avait déjà une étoile sur son maillot. Et son carton rouge est lui aussi rentré dans l’histoire.
Résumons : Zidane est entré dans l’histoire avec ses deux buts en finale contre le Brésil. Il a assis sa notoriété internationale avec son «coup de boule». Il vient de devenir à jamais le premier entraîneur à avoir remporté trois fois de suite la plus prestigieuse coupe d’Europe des Clubs. Chapeau l’artiste. Chapeau, car lui a toujours porté en étendard son amour de la France. Il est toujours bon de le rappeler dans une époque où la tension est trop souvent trop palpable dans notre beau pays.
Alain BOLLERY