mercredi 14 novembre 2018

Générale d’Optique fête ses 3 ans

Du Mardi 13 Novembre au Samedi 15 Décembre

Votre Monture Offerte*

pour tout achat d’un équipement optique avec correction
pour les 100 premiers clients

30% de remise sur les solaires

Édito
Alors que la France grogne contre la hausse des carburants, ils sont comme muets…
Questions à...

Exclusif

C’est un visiteur de marque qui, dimanche après-midi, a découvert l’exposition «Pierre Soulages, Le Creusot» à L’arc.
Président de l’institut national de la recherche agronomique, Philippe Mauguin s’est confié à «creusot-infos».
Le champion Alain Bernard s'est confié dans une interview à creusot-infos. Pour parler du complexe aquatique du Creusot, mais pas seulement.
«Pour moi c'est important d'aller au contact des jeunes».
«Pour PARIS 2024 je n'ai pas peur, mais je suis inquiet».
«Je vais échanger avec la Ministre pour parler des projets».
C’est officiel, le conseiller régional de Bourgogne - Franche-Comté et Président des Amis de la Rose à Frangy, quitte lui aussi le Parti Socialiste pour créer un autre parti avec Emmanuel Maurel et Marie-Noëlle Lienemann, qu’il accueillera en Saône-et-Loire en novembre.
Denis Lamard s’explique dans une interview à creusot-infos.
Écouter, lire, voir
> Sports > Basket

Dominique Juillot : «Les supporters de l’Elan Chalon ont aussi grondé de plaisir contre l’ASVEL»

15/10/2018 03:15Lu 1556 foisImprimer l’article
Après le match perdu contre Villeurbanne et après les 5 premiers matchs, Dominique Juillot dresse un premier bilan dans une longue interview.
Samedi soir, le public du Colisée a grondé contre les arbitres. Avec le recul, quel est votre sentiment ?
DOMINIQUE JUILLOT : «Oui le public a grondé, mais il a aussi et surtout grondé de plaisir d’avoir retrouvé une équipe qui défend nos couleurs. Car l’année dernière, l’équipe n’incarnait pas la fierté chalonnaise.
Oui c’est vrai que samedi soir nos supporters ont grondé contre les arbitres. Mais l’un va avec l’autre».

C’est-à-dire ?
«Nous devons reconnaître que l’Elan Chalon est moins fort que l’ASVEL, que nous avons été en difficultés. Mais notre équipe a trouvé les ressources pour se relancer et relancer le match. L’année dernière on n’aurait pas grondé. Alors les coups de sifflet mal compris, mal acceptés, ce sont des faits de match. Je comprends la frustration, mais il faut aussi admettre que nous avons été globalement dominés».

L’Elan a pourtant tutoyé le renversement de situation, la victoire…
«Oui. On revient avec un Robinson exceptionnel, avec aussi la combativité de toute équipe. Je prends un exemple : La combativité de mammouth de Camara. Je ne dis pas qu’on ne peut pas avoir de regrets. Mais soyons honnête : Perdre de trois points contre cette ASVEL, ça laisse augurer d’autres grands moments. Faire le plein du Colisée dès le 3ème match et voir ce Colisée communier avec cette équipe, marquée par la jeunesse et l’enthousiasme, cela donne confiance pour l’avenir. On sait ce qui nous manque et on sait aussi qu’on n’est pas si mal que ça. Se faire plaisir et procurer du plaisir à nos supporters et au public, c’était le premier pari».

Qu’est-ce qui est le plus frustrant ? La défaite à Bourg, ou bien celle contre l’ASVEL ?
«On a joué cinq matches et on sait maintenant que l’on peut faire un bon championnat. En allant à Bourg on avait des certitudes, mais on perd en n’étant pas si mal que cela et c’est sans doute pour cela que l’on fait un très bon match contre Boulazac. Je pense que l’on peut aller gagner des matches à l’extérieur, car il y a du talent dans cette équipe de l’Elan Chalon. Du talent et un goût du sacrifice pour les autres. Cette équipe va se découvrir des ambitions. Il y a de la croyance et de la complicité envers les uns et les autres. Un sportif aime être aimé et le Colisée aime cette équipe».

Après l’ASVEL, vous allez accueillir Monaco, puis Dijon pour le derby. Ces grands rendez-vous à la suite, ce n’est pas trop tôt ?
«Je dirai que contre l’ASVEL on a pu se tarer face à une équipe au jeu solide et qui a suffisamment de banc pour sacrifier des joueurs en défense.
Contre Monaco, ils ne sont pas complètement prêts. J’ai le sentiment qu’après notre prestation contre Villeurbanne, on pourra jouer Monaco les yeux dans les yeux.
Contre Dijon, on affrontera une belle équipe. Ces dernières années, Dijon avait des complexes face à nous. Cette année, ils pensent que leur tour est venu. N’oublions pas que c’est la suprématie régionale qui sera en jeu. Chacun voudra rester en haut de l’affiche. Ca devrait être encore un grand match au Colisée».

Vous êtes serein pour la suite de la saison ?
«Même si d’aventure ça n’allait pas bien, on sait que ça ne partira pas en cacahuète. Après il peut y avoir les blessures».

Vous attendiez-vous à voir Robinson aussi fort ?
«C’est vrai qu’il sort de très très bons matches. Il ne faudrait pas devenir «Robinson dépendants». Mais je ne le crois pas. Il est intelligent et il a envie de faire plaisir et de faire jouer tout le monde. C’est un bon chef d’orchestre».

Le Président que vous êtes, attend quoi ?
«Que chacun soit bien dans sa peau. Quelque chose me dit que tout le club est en mode reconquête. On a fait notre nouveau salon. D’une surface de 300 m2 il sera inauguré pour la venue de Monaco. On y fera tous les repas. Nous avons un centre de formation bien repris en main. Tout le monde est bien concentré sur ce qu’il a à faire, avec envie et confiance. En fait, on a retrouvé le club comme il doit être, sur ses fondamentaux. Un club raisonnable et ambitieux. C’est la marque de l’Elan Chalon».
Recueilli par Alain BOLLERY