dimanche 24 septembre 2017
Sondage
Craignez-vous une pénurie de carburant avec la grève des routiers ?
Questions à...
Président de l’Elan Chalon, Dominique Juillot prend la parole avant l’ouverture de la saison. Dans une interview, il parle des difficultés de la préparation, des inquiétudes, mais veut croire en des jours meilleurs. En tout cas, la soirée de samedi, contre Pau sera riche en émotions et sera inoubliable.
Hôpital de Montceau... Cinémas de Torcy et de Montceau... Avenir de son parti Les Républicains… La Maire de Montceau évoque tous les sujets dans une interview à creusot-infos.
Dans une interview à creusot-infos, le chef du groupe PS au conseil régional et sénateur socialiste, évoque la crise de la gauche, la crise du PS. Il répond aussi aux critiques de la droite et du centre.
Écouter, lire, voir
> SAONE ET LOIRE > Saône-et-Loire

SAÔNE-ET-LOIRE : Les besoins en main d’oeuvre identifiés sur le département et sur chaque bassin d’emploi

20/04/2017 19:11Lu 1988 foisImprimer l’article
Pôle Emploi souligne une tendance encourageante même si certains besoins sont encore à accompagner au vu des difficultés de recrutement. Toute l’enquête peut être consultée, globalement à l’échelle du département puis plus particulièrement dans chacun des sept bassins d’emploi.
L’enquête sur les besoins en main d’oeuvre est réalisée annuellement par Pôle Emploi avec le concours du Crédoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie). Cette année, pour le département de Saône-et-Loire, l’enquête a visé 14 786 établissements. 4 436 d’entre eux ont répondu à la sollicitation.
Pour Linda Khenniche, directrice territoriale de Pôle Emploi depuis le 1er février dernier, ce taux de réponses approchant les 30% permet de dégager des informations fiables, sur le marché du travail, sur les besoins en main d’oeuvre donc, et par conséquent sur les besoins en formation le plus en adéquation avec les résultats aujourd’hui posés. Elle était accueillie ce jeudi par Claire Nomblot, directrice de l’agence Pôle Emploi au Creusot.
Pour ce qui est de l’ensemble du département de Saône-et-Loire, tous bassins d’emplois confondus, on note que 19% des établissements (des 4 436 on l’a dit) envisagent de recruter en 2017, contre 16,5% en 2016. «Depuis 2015, l’augmentation des projets de recrutement est de 8%», ajoute la directrice territoriale pour appuyer une tendance positive. Cette année 2017, les projets de recrutement sont au nombre de 12 500 en Saône-et-Loire (11 800 en 2016). 12 500 projets - près d’un projet sur cinq recensés dans la région Bourgogne-Franche-Comté -, dont 5 868 dans le secteur des services (47%). Vient ensuite l’industrie agro-alimentaire et l’agriculture avec 3 353 projets (27%).
Un secteur qui d’ailleurs se retrouve lorsque l’on regarde les pourcentages des projets par bassin, ainsi que la liste des dix métiers les plus recherchés. Avec respectivement 3 680 projets et 3 660 projets envisagés sur leurs bassins d’emploi, les régions de Chalon-sur-Saône et Mâcon captent près de 60% des projets de recrutement en Saône-et-Loire en 2017… La raison notamment à des domaines et activités viticoles pour lesquels la période s’ouvre à des possibilités d’emplois saisonniers, mais pas seulement.
Cela dit, sur ce même département, 41,1% des projets sont jugés difficiles, alors que 38,2% l’étaient en 2016 et «seulement» 36,5% en 2015. Des difficultés rencontrées notamment dans des TPE, dans des entreprises de moins de 50 salariés, «qui n’ont pas forcément les services ou les appuis administratifs pour cibler leur recrutement», avance Linda Khenniche, qui présente justement Pôle Emploi comme un soutien aux entreprises, «une charnière entre les demandeurs d’emploi et les employeurs».
La directrice territoriale a profité du point presse de ce jeudi pour rappeler que «52 conseillers Entreprises sont aujourd’hui en poste sur le département, 1 306 demandeurs d’emploi ont été candidats à la méthode de recrutement par simulation, 1 200 en immersions en entreprises, 120 ont suivi la préparation opérationnelle à l’emploi individuel, 3 320 profils ont été promus et 4 100 visites ont été effectuées en entreprises». Des chiffres enregistrés sur l’année 2016. «10% des profils promus auprès des entreprises aboutissent à des embauches», assure Emmanuel Chavot. Conseiller Entreprises à l’agence Pôle Emploi du Creusot, il parle d’un réel accompagnement des profils, en proximité avec les offres d’emploi et les besoins des entreprises.
Si la mécanique n’est pas parfaite et même loin d’être évidente entre la hausse des projets de recrutement d’un côté et la diminution du chômage de l’autre, on souligne des constats dits encourageants à Pôle Emploi. «Sur 12 mois, le nombre de chômeurs en catégorie A a diminué de 5,2% en Saône-et-Loire (24 870 aujourd’hui), et de 4,9% en Bourgogne-France-Comté. En prenant les catégories A, B, C, nous sommes à -0,6%. C’est certes plus modéré mais c’est encourageant», insiste Linda Khenniche, en faisant remarquer aussi : «En Saône-et-Loire, prenant également en compte que nous avons un solde migratoire négatif pour ce qui est de l’emploi. 12% des actifs de Saône-et-Loire travaillent à l’extérieur».
La notion d’attractivité est alors évoquée, attractivité sur laquelle il faut encore travailler, pour le territoire, pour les bassins d’emploi, mais aussi pour les métiers voire les secteurs d’activité, dont certains sont toujours impactés par un déficit d’image, tout en prenant en considération que ces métiers évoluent et demandent davantage de qualifications ou de diplômes, qui auparavant suffisaient.
«Au premier trimestre 2017, c’est donc tout récent, 78,5% des entreprises en contact avec Pôle Emploi en Saône-et-Loire se disent satisfaites des services assurés. C’est un taux de satisfaction supérieur au niveau régional (69%) et national (74%)», conclue tout de même la directrice territoriale.

Zoom sur le bassin du Creusot

Au Creusot comme en Saône-et-Loire, les établissements recruteurs sont plus nombreux qu’en 2016, mais le nombre de projets de recrutement est stable. 770 embauches sont envisagées sur le bassin du Creusot en 2017 (6% des projets recensés sur le département), dont 54% dans le secteur des services. Suivent, à 27%, les fonctions liées à la vente, au tourisme et aux services.
«Ici, l’objectif est d’attirer les cadres et leurs familles», admet Claire Nomblot, directrice de l’agence Pôle Emploi au Creusot. Si cette catégorie n’est qu’au cinquième rang des recrutements les plus difficiles en Saône-et-Loire, les ingénieurs et cadres d’études dans la recherche et le développement sont par contre au premier rang des recrutements les plus difficiles sur le bassin du Creusot. Les ouvriers non qualifiés des travaux publics et les aides à domicile et travailleurs familiaux sont aussi en tête de liste dans les projets de recrutement jugés difficiles. Plus au Creusot (3ème rang) qu’en Saône-et-Loire (8ème rang) pour cette dernière catégorie. «Pour les aides à domicile, les employeurs doivent faire face à un manque de qualifications, ou alors même à des métiers et des tâches qui créent des réticences», explique Emmanuel Chavot.
Alix BERTHIER

Toute l’enquête sur les besoins en main d’oeuvre en 2017 sur le département de Saône-et-Loire est à consulter, en cliquant ici.

Claire Nomblot, Emmanuel Chavot et Linda Khenniche