mercredi 17 juillet 2019
Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Vice-présidente du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté en charge des sports, Laëtitia Martinez, dans une interview, évoque l’engouement autour du mondial féminin. Elle souligne aussi la démarche volontariste de la Région pour développer et soutenir le sport féminin.
Juste avant les grandes vacances, le Maire David Marti se livre dans une interview à creusot-infos.
Gratuité à la piscine, espace Simone Veil, démolition de la Tour Jaurès et à la Molette, travaux dans les équipements sportifs… Le Maire répond aussi au sujet des prochaines élections municipales.
Le Député de Saône-et-Loire veut redonner du pouvoir aux Maires et encore plus dans les intercommunalités. Rémy Rebeyrotte a aussi dit ce qu’il pense de la menace de rétention des notes du Bac.
Municipales : «Nous avons des Marcheurs dans les deux majorités au Creusot et à Autun…»
Écouter, lire, voir
> SAONE ET LOIRE > Saône-et-Loire

SAÔNE-ET-LOIRE : La nouvelle taxe sur le transport aérien n'est pas vue d'un bon oeil du côté de la CPME 71

11/07/2019 12:45Lu 366 foisImprimer l’article
Communiqué de presse
10 juillet 2019 – La CPME s’insurge contre l’alibi écologique
 
Le concours Lépine de la mise en place de nouvelles taxes vient de reprendre. Ainsi lors de la seule journée de mardi, il a été annoncé l’augmentation de la fiscalité sur le gazole (TICPE) pour les professionnels du transport routier et la mise en place d’une nouvelle taxe sur le transport aérien.
« Ces mesures ne contribueront en rien à la transition énergétique, se désole Jean VIENT –Président CPME 71-, en revanche, précise-t-il, elles auront un impact bien réel sur les entreprises dont elles alourdiront les coûts et sur les consommateurs qui paieront la note finale ».
?« La transition énergétique a décidément bon dos lorsqu’on cherche de l’argent et que l'on se refuse à diminuer les dépenses publiques, fait remarquer Jean VIENT. Une augmentation de charges reste une mauvaise nouvelle pour les entreprises. L’alibi écologique n’y change rien et ne trompe personne lorsqu’il se traduit par une augmentation des prélèvements obligatoires. Ce qui est le cas aujourd’hui ».