lundi 09 décembre 2019

20% de cachemire, 20% de soie, 10% de laine et 50% de tendresse… une recette de Noël 100% «TARA’LILAS»

Édito
Les cheminots qui, vendredi, ont décidé de ne pas travailler ont délibérément pris en otage les usagers. Les conséquences de ce mouvement n’étaient pas acceptables.
Questions à...
Responsable de «Services Dispen», Saïd Haddoudi répond aux questions de creusot-infos sur une activité maintenance en plein développement. Il annonce 12 embauches en 2020.
Budget, emploi, chômage, pouvoir d’achat, réforme des retraites, grève à la SNCF… Rémy Rebeyrotte s’est prononcé sur une multitudes de sujets au cours d’un point presse.
Né au Creusot, Gilles Lagarde dont les parents sont à Saint-Jean de Trézy, occupe la fonction prestigieuse de Directeur de Cabinet du Président du Sénat, le 2ème personnage de l’Etat.
Gilles Lagarde a accordé une longue interview à creusot-infos. Il parle de sa fonction, du Président Larcher et du Sénat, mais aussi de la Saône-et-Loire et du Creusot.
Écouter, lire, voir
> SAONE ET LOIRE > Saône-et-Loire

SAONE-ET-LOIRE : La gauche attend plus d’André Accary et de sa majorité, pour le social et pour l'environnement

10/11/2018 09:29Lu 2573 foisImprimer l’article
Plus d’attentions pour les plus faibles et plus en matière d’économies d’énergie, notamment dans les Collèges…
Elle avait un pantalon vert, une écharpe verte et un foulard vert Evelyne Couillerot. Simple circonstance. Mais en tout cas, la co-présidente du groupe d’opposition de la gauche au conseil départemental de Saône-et-Loire avait la tenue en rapport avec le discours tenu, vendredi à la mi-journée à Chalon-sur-Saône.
Après une réunion des troupes au nouveau siège du Parti Socialiste, mutualisé avec celui de la section de Chalon-sur-Saône, Evelyne Couillerot, Violaine Gillet et Jean-Luc Fonteray, ont tenu une conférence de presse.
Histoire d’évoquer le débat d’orientation budgétaire qui sera à l’ordre du jour des conseillers départementaux le 15 novembre à Mâcon. «Il faut que tous les élus soient utiles à nos concitoyens», lance en préalable Evelyne Couillerot, «et pour cela il faut être à l’écoute». Entendez par là que les troupes présidées par André Accary doivent écouter les élus d’opposition.


Et à ce titre, les chefs de file de la gauche ont voulu évoquer le pouvoir d’achat et la transition énergétique. Avec d’abord une affirmation : «Nous sommes fortement opposés à l’écologie punitive».
Sur le premier thème, l’élue du Creusot est catégorique : «La majorité départementale n’a pas compris l’ampleur de la question». Et d’ironiser sur la page 102 du rapport relatif aux orientations budgétaires, pour constater qu’il est écrit que «le revenu des ménages augmente, que la reprise économique est là et que le chômage baisse».
Une mauvaise plaisanterie pour l’opposition qui constate : «Au dernier trimestre on a eu une forte augmentation des demandeurs d’emploi de catégorie A. +2,1% d’augmentation en Saône-et-Loire. C’est une des plus fortes augmentations de la Bourgogne – Franche-Comté».
Jean-Luc Fonteray tacle : «On nous présente des orientations budgétaires sans saveur et sans grande priorité. Nous avons des propositions, mais encore faudrait-il les entendre».
Concernant les aides aux personnes, et plus particulièrement les plus plus faibles revenus, «qui deviennent très pauvres», la gauche s’étonne de de voir que «le fond social logement baisse de 150.000 euros. C’est quand même -30% en trois ans. Nous nous interrogeons. Soit les CCAS prennent les relais, soit les personnes ne font plus appel aux services sociaux du département, faute d’une bonne organisation territoriale».
En ce sens Violaine Gillet remarque : «La dématérialisation est un frein pour beaucoup. Et puis, par exemple, dans le canton de Gergy il y a des habitants qui auparavant pouvaient se rendre à Pierre de Bresse à 9 kilomètres et qui maintenant doivent aller à Chagny à 45 kilomètres.  On voit bien que la baisse est la conséquence de la baisse de demandes. Le dispositif de toute évidence n’est pas adapté».
Concernant les EHPAD, la gauche note que le département fait jouer les aides sociales pour les plus petites retraites, «mais pourquoi que pour celles-ci quand on sait qu’une place en EHPAD c’est 2000 euros par mois et que la retraite moyenne est de 700 euros par mois. C’est même 605 euros pour les femmes. Le problème devrait être pris à bras le corps, mais ce n’est pas le cas», relève Evelyne Couillerot.
Au sujet de la transition énergétique et les économies d’énergies à réaliser, Evelyne Couillerot prend exemple sur Marie-Guite Dufay qui a annoncé vouloir porter de 100 à 110 millions d’euros les investissements dans les lycées en 2019.
«Faisons de même. Il faut d’urgence réduire la facture énergétique dans les collèges et dans les bâtiments du département». Pour Violaine Gillet il semble important que le département suscite des investissements respectueux de l’environnement dans les communes. Elle évoque l’éco conditionnalité.
«On comprend bien qu’une commune quand elle répond à un appel à projets pense souvent à l’entretien de ses routes. Mais si par exemple il y avait un avantage à lancer des investissements pour l’environnement, elle pourrait pourquoi pas lancer un espace de co-voiturage. Ce pourrait être l’objet d’un second appel à projets. Nous souhaitons qu’il soit mis en place, car il faut accompagner la mutation des mobilités».
Jean-Luc Fonteray poursuit : «Le département devrait insuffler alors qu’il est simplement dans la reconduction, sans effets d’entraînements pour les populations de nos territoire». C’est pour cela que Violaine Gillet demande au Président Accary d’entendre le diagnostic de tous les élus, y compris ceux d’opposition. «Nous sommes aussi légitimes que les autres et pourtant on ne nous fait pas participer au diagnostic. C’est vraiment dommage».
Evelyne Couillerot revient sur la gratuité des transports scolaires : «C’est nous la gauche qui l’avons mise en place en Saône-et-Loire dès 2005 et je rappelle que la droite à l’époque y était opposée».
Alain BOLLERY